You are currently viewing Vaccination contre la COVID-19 : un remède pire que le mal ? – NOTRE-PLANETE.INFO

Vaccination contre la COVID-19 : un remède pire que le mal ? – NOTRE-PLANETE.INFO

  • Post category:Covid-19
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Article mis à jour le 

Depuis que la pandémie de COVID-19 a entraîné une psychose dans les pays développés,des « vaccins » ont été mis au point en un temps record avec un seul mot d’ordre : la vaccination pour toutes et tous, dès 5 ans, coûte que coûte. Toutefois, les « vaccins » révolutionnaires qui nous sont proposés puis imposés ne sont pas sans risques. Les données de pharmacovigilance qui remontent très timidement sont déjà catastrophiques et laissent craindre le pire poussant de plus en plus de scientifiques et médecins à demander l’arrêt immédiat de la « vaccination », notamment chez les personnes jeunes et en bonne santé.

Avertissement : nos recherches montrent que la mésinformation ou désinformation est très importante, autant du côté des « pro-vaccins » que des « anti-vaccins » COVID.

Suite à la pandémie de COVID-19, les pays développés ont adopté une curieuse stratégie sanitaire : plutôt que de soigner rapidement les malades avec des traitements qui font leurs preuves (Ivermectine, Azythromicine…) – comme en témoignent le Brésil, l’Inde, le Japon et de nombreux pays africains – et qui sont utilisés depuis des décennies sans contre-indication, ils ont accepté, dans l’urgence des soit-disant « vaccins ».
Et pourtant, en plus de 40 ans de recherches, aucun vaccin n’avait jamais été mis au point contre les coronavirus… Jusqu’à ce jour ?

L’ivermectine est maintenant utilisé comme traitement anti-COVID par 28 % de la population mondiale.

En temps normal, il faut environ 8 à 12 ans pour qu’un vaccin soit autorisé mais l’urgence de la pandémie et le nombre soi-disant « catastrophique » de morts a incité les gouvernements à accepter des autorisations temporaires de mise sur le marché, sans aucun recul sur les conséquences sanitaires d’une telle décision.
« Cette précipitation a généré une série de problèmes potentiels, comme l’impossibilité de connaître les événements indésirables à moyen et long terme, qui se confirment en pratique jour après jour, sans parler du silence gênant et même l’interdiction, dû à la censure des grands médias et réseaux sociaux et même de l’OMS elle-même, concernant les propositions de traitements pour cette nouvelle maladie en utilisant des médicaments sûrs et établis pour maladies virales et thromboemboliques similaires. » (déclaration de 300 médecins brésiliens du 20 juillet 2021)

La pandémie de COVID-19 aurait[1] tué environ 3,5 millions de personnes en 2021 (Worldometers), à comparer aux quelque 40 millions de morts évitables par an mais qui n’intéressent guère et aux 83 millions de personnes en plus sur Terre chaque année…
En France, l’âge médian des décès à cause de la COVID est de 73 ans et 88% des personnes décédées ont une comorbidité – Santé Publique France, mars 2020 à mars 2021)

Dans les pays occidentaux, cette stratégie est avant tout politique et financière (la vente des « vaccins » rapporte beaucoup d’argent notamment à Pfizer dont les revenus ont bondi de 92 %) puisque le débat scientifique et médical est muselé et les traitements précoces ont rapidement été interdits.

Les messages abrutissants, terrorisants puis les mesures liberticides fonctionnent bien : 56,7 % de la population mondiale est maintenant vaccinée et 8,67 milliards de doses de « vaccins » ont été injectées (Our world in Data, 12/2021) dans ce qui est dorénavant la plus grande expérience médicale de l’histoire de l’humanité.

Les conséquences, minimisées, étouffées, ridiculisées et balayées par trop de politiques et la plupart des journalistes, sont pourtant du jamais vu dans l’histoire des médicaments.

Aujourd’hui, aux Etats-Unis et en Europe, 3 vaccins sont principalement administrés :

  • COMIRNATY (BioNTech et Pfizer) – Vaccin à ARNm
  • COVID-19 VACCINE MODERNA – Vaccin à ARNm[2]
  • VAXZEVRIA (ASTRAZENECA) – Vaccin à vecteur viral

Ces deux premiers « vaccins » – les plus administrés dans les pays occidentaux – ne sont pas des vaccins traditionnels, c’est-à-dire avec des virus atténués ou inactifs : ils se basent sur l’ARNm (ARN messager), une révolution médicale qui aurait mérité plus d’études, de précaution et de temps avant d’être massivement utilisée sur la population. En effet, ces « vaccins » sont administrés au plus grand nombre possible alors qu’ils sont encore en phase de test pour au moins 2 ans comme le montre le tableau suivant :

Tableau résumé des données des 4 Autorisations de Mises sur le Marché (AMM) publiées sur le site de l’Agence Européenne du Médicament (EMA). Source : Dr Catherine Frade
Titulaires de l’Autorisation de Mise sur le Marché (= MAH = Marketing Autorisation Holder, en anglais)BioNTech / PfizerModerna BiotechAstra ZenecaJanssen
Date d’obtention de la possibilité de demander une Autorisation de Mise sur le Marché européenne (date d’éligibilité)23 Juillet 202012 Octobre 20209 Juin 202028 Juillet 2020
Date de dépôt du dossier de demande d’Autorisation de Mise sur le Marché à l’Agence Européenne du Médicament30 Novembre 202030 Novembre 202011 Janvier 202115 Février 2021
Date d’obtention de l’Autorisation de Mise sur le Marché Européenne conditionnelle21 Décembre 20206 Janvier 202129 Janvier 202111 Mars 2021
Date du Rapport d’Evaluation Européen Public du dossier d’AMM (= EPAR = European Public Assessment Report, en anglais) qui résume l’ensemble des études déposées en termes de qualité, sécurité, tolérance, efficacité et rapport bénéfice/risque.23 Décembre 2020

 

Version utilisée :
19/02/2021
(140 pages)

20 Janvier 2021

 

Version utilisée :
11 mars 2021 
(169 pages)

29 Janvier 2021

 

Version utilisée : 181 pages

11 Mars 2021

 

Version utilisée (218 pages)

Date du rapport du Plan de Management des Risques (= Risk Management Plan, en anglais)23 Décembre 2020
(114 pages)
20 Janvier 2021
(95 pages)
18 Février 2021
(106 pages)
11 Mars 2021
(103 pages)
Délai pour déposer les compléments de preuves de qualité pour la substance active et le produit finiJuillet 2021

 

A noter : Utilisation de 2 nouveaux excipients

Juin 2021

 

A noter : Utilisation de 2 nouveaux excipients

Décembre 2021Aout 2021
Délai pour déposer la confirmation d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccinDécembre 2023Décembre 2022 à Juin 2025 (cf. EPAR p. 134, 139)

 

Mai 2022 (analyse principale)

 

Mars 2024 (sujet âgé et maladie sous-jacente)

Décembre 2023

Les effets indésirables de ces « vaccins » et donc le rapport bénéfice / risque est donc officiellement encore en cours de test et les vaccinés en sont les « volontaires ».

Combien de personnes sont mortes suite à la « vaccination » anti-COVID ?

Outre les très nombreux témoignages (volontairement non médiatisés et rapidement censurés sur les médias sociaux) qui émergent des victimes et proches dans les pays les plus vaccinés, ce sont les données de pharmacovigilance qui donnent une estimation très conservatrice des effets indésirables graves et mortels de cette « vaccination ».

Pourquoi les avertissements de la pharmacovigilance sur ces « vaccins » sont très discutables

Quelque soit la base de données étudiée, les messages d’avertissement sont nombreux et martèlent que l’on ne peut déduire aucune relation entre les vaccins suspects et les conséquences observées suite à la vaccination : « Les informations présentées sur ce site web ne reflètent aucune confirmation d’un lien potentiel entre le médicament et le(s) effet(s) observé(s). » (EduraVigilance) ; « Il est important de noter que les données de la Yello Card ne peuvent pas être utilisées pour dériver les taux d’effets secondaires ou comparer le profil d’innocuité des vaccinations contre le COVID-19, car de nombreux facteurs peuvent influencer la notification des effets indésirables. » (Yello Card pour le Royaume-Uni)

Et pourtant, cette prudence, relativement acceptable depuis des décennies pour d’autres traitements et autres vaccins, n’est pas recevable pour la « vaccination » anti-COVID pour les raisons suivantes :

  • On estime que seulement 10 % des cas d’effets indésirables sont enregistrés dans ces bases de données (méconnaissance, interdiction, refus et pression hiérarchique, difficultés techniques …) ce qui donne encore plus de crédibilité aux cas qui sont enregistrés.
    Mentionnons le Dr belge Thierry Hertoghe qui témoigne de sa difficulté à faire remonter les effets indésirables de sa propre « vaccination » : « Je tiens ici à témoigner comme médecin et patient d’un effet négatif du vaccin dont d’après moi la fréquence de survenue d’effets majeurs dangereux du vaccin est largement sous-estimée, peut-être à cause d’un manque de vérification et parce que la plupart des cas d’intolérance ne sont simplement pas répertoriés.« 
    Le Dr. Philippe de Chazournes (île de La Réunion) affirmait le 23 septembre 2021 : « on nous interdit de signaler les éventuels effets indésirables » et risque par ses propos d’être radié de l’ordre des médecins…
  • Les seules données remontées sont tout simplement du jamais vu dans l’histoire de la vaccination et c’est valable pour tous les pays qui publient leurs données de pharmacovigilance : il y a un bond statistique colossal et édifiant (+ 1000 % sur les décès aux USA) qui ne laisse aucun doute sur les effets délétères de ces « vaccins ». Il ne peut y avoir de confusion avec un autre traitement anti-COVID puisqu’ils sont interdits ou administrés au compte-goutte dans ces mêmes pays. En outre, il s’agit de personnes vaccinées qui ne devraient donc pas en théorie développer des formes graves du COVID et qui ne nécessitent donc pas de traitements.
    Sir Christopher Chope, membre du Parti conservateur au Parlement anglais, interpellait son gouvernement le 10 septembre sur la transparence autour des injections contre le Covid : « Les vaccins contre le Covid-19 causent beaucoup plus de dommages aux citoyens Anglais que tout autre programme de vaccination dans l’histoire. »
  • En Allemagne, 15 autopsies réalisées et analysées par Dr. Arne Burkhardt et Dr. Bhakdi sur des personnes mortes jusqu’à 6 mois après avoir été « vaccinées » ont montré que pour 14 d’entres elles, c’est le « vaccin » qui en était la cause avec un mécanisme d’auto-destruction de l’organisme inconnu jusqu’alors.
  • 86 % des décés remontés dans la base de données américaine VAERS n’ont pas d’autres explications que la vaccination. En effet, 50 % des décès interviennent moins de 48 h après la vaccination et 80 % en moins d’une semaine (Scott McLachlan, Magda Osman et al. Analysis of COVID-19 vaccine death reports from the Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) Database Interim: Results and Analysis)
  • L’opacité des données de pharmacovigilance ou leur publication partielle rend difficile la vérification des propos rassurants des gouvernements. En France le rapport de la cour des comptes du 22/09/2021 souligne l’opacité et la confusion des données communiquées par le gouvernement concernant le taux d’occupation des lits en réanimation, un indicateur clé dans la gestion de la pandémie. Ce manque de transparence et les propos mensongers répétés n’invitent pas à la confiance.
  • Si l’on considère que les décès remontés par la pharmacovigilance sont des personnes mortes suite à l’injection, pas nécessairement de l’injection, soulignons que de la même façon, les décès signalés par COVID-19 sont des personnes décédées avec COVID-19, pas nécessairement de COVID-19… (Classen B. Trends Int Med. 2021).
  • De très nombreux témoignages dans tous les pays fortement vaccinés remontent sur les réseaux sociaux et les sites non officiels de recensement des effets indésirables. A contrario, il est très difficile de retrouver de tels témoignages (très rares) pour les autres vaccins.
  • Une dizaine de vaccins sont administrés à une très grande partie de la population mondiale depuis des décennies sans que de tels effets néfastes soient constatés, nous ne pouvons donc pas considérer que la « vaccination » actuelle est exceptionnelle en terme de couverture vaccinale et que par conséquent, le nombre de décès et de cas graves le seraient aussi.

Intervention du Dr. Youngblood le 3 novembre 2021 devant les conseillers du comté de San Diego, aux États-Unis.

Union Européenne : plus de 36 000 morts

Dans l’Union Européenne, c’est la base de données sur les effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation de médicaments (EudraVigilance) qui est utilisée pour remonter les conséquences néfastes des vaccins anti-COVID.
Près de 3 millions de cas d’effets indésirables y sont enregistrés dont plus de 43 000 personnes handicapées et plus de 36 000 décès suite à la « vaccination ». C’est tout simplement du jamais vu dans l’histoire de la pharmacovigilance européenne.

Nombre de décès remontés et enregistrés dans la base de données EduraVigilance suite à la « vaccination » anti-COVID du 27/12/2020 au 30 décembre 2021 pour les pays de l’Union Européenne
« Vaccin »Nombre de morts
COVID-19 MRNA VACCINE MODERNA (CX-024414)10 170
COVID-19 MRNA VACCINE PFIZER-BIONTECH (TOZINAMERAN)16 481
COVID-19 VACCINE ASTRAZENECA (CHADOX1 NCOV-19)7 371
COVID-19 VACCINE JANSSEN (AD26.COV2.S)2 245
TOTAL36 627

France : 29 157 cas graves et 1 512 morts

En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) publie un « point de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid-19 » qui détaille les effets secondaires des 4 vaccins administrés. Malgré les quelque 1 200 décès et les 29 157 cas graves (officiels), leur rapport se borne aussi à marteler que cela « ne montre pas de spécificité particulière en faveur d’un rôle du vaccin », on se s’interroge donc sur l’origine de ces dizaines de milliers de cas graves, jamais vus auparavant…

Les 3/4 des cas d’effets indésirables remontés concernent des personnes âgées de 18 à 64 ans, les personnes qui sont les moins à risque de mourir du COVID (seulement 8 % des décès). Autrement dit, le rapport bénéfice / risque de ces « vaccins » est très mauvais chez les personnes de moins de 65 ans.

« Les patients COVID ont représenté 2% de l’ensemble des patients hospitalisés au cours de l’année 2020, tous champs hospitaliers confondus » (ATIH)

Le nombre total de décès associés au Covid-19 depuis mars 2020 est de 54 813 personnes en France selon Santé Publique France.

Ainsi, tout comme en Europe (UE), en France, la vaccination est plus dangereuse que la maladie pour les personnes jeunes et en bonne santé : « pour les personnes âgées de moins de 45 ans, le risque de décès après vaccination est 1,4 fois plus élevé (Astrazeneca) par rapport à la mortalité Covid-19 et le risque de séquelles très graves entraînant une invalidité, un décès ou un pronostic vital engagé est jusque 5,2 fois plus élevé pour Pfizer. Pour les personnes sans comorbidité, le vaccin apparaît délétère pour les moins de 65 ans. Concernant les enfants avec comorbidité, le risque de décès supposé lié à la vaccination est de 41 à 56 fois plus élevé qu’avec la Covid-19. Et puisqu’aucun enfant en bonne santé n’est décédé de la Covid-19, le risque lié à la vaccination est tout simplement infiniment plus élevé. » expliquent des scientifiques dans (REINFOCOVID)

La morbidité d’une population se définit comme étant le « nombre de personnes malades ou le nombre de cas de maladies dans une population déterminée, à un moment donné » (DREES)

« On le sait il y a une sous déclaration en pharmacovigilance (…) nous sommes à la mi novembre à plus de 110 000 déclarations d’effets indésirables. Pour vous donner un ordre de grandeur, les années sans pandémie on est plutôt autour de 45 000 événements indésirables tous médicaments confondus » affirmait Christelle Ratignier-Carbonneil directrice générale de l’ANSM lors de son audition devant le Sénat le 1er décembre 2021.

Quelques témoignages d’effets indésirables en France

Voici quelques témoignages sélectionnés (anonymisés mais sans modification) parmi tant d’autres (il y a une dizaine de témoignages par jour) visibles sur les groupes Facebook « Recensement effets indésirables » :

15 juillet 2021
« mon papa 43 ans pression du travail à reçu 1 dose le 7 juillet au matin il est décédé d’un arrêt cardiaque vers midi sur la route en revenant manger à la maison il à du se sentir mal avant il s’était garé sur le bas côté …mo d er n a ma maman est en dépression depuis voilà je voulais juste en parler ce soir je suis triste« 
15 août 2021
« Mon fils ****** vacciné moderna le 22 juillet…Décédé le 24 juillet !!!
Mon petit-fils ****** l’a découvert dans son lit.
****** avait 39 ans et heureux de vivre.
Suite à ma requête et mon avocat, les analyses sont en cours concernant les raisons inexpliquées de son décès.
« 
30 août 2021
« J’ai 31 ans, maman de deux petites filles. Je me considère en parfaite santé, belle nutrition, je m’entraîne 5 jours semaine, non-fumeuse, un verre à l’occasion.
1ère dose Moderna 30 mai, le lendemain des chaleurs intenses…et 14 jours de fatigue intense à avoir de la difficulté à me lever le matin. Jusqu’à là on m’avait prévenue.
2e dose 26 juillet dernier. Le 9 août au matin, des points et crampes au coeur, comme tout le monde en a déjà eu…en respirant. Je me dis « relaxe respire ça va partir… », mais non…ça continue et fort.
Je me rend à l’hôpital par l’entremise d’une amie, on me demande mes antécédents, mais surtout mes dernières dates de vaccination…étrange?
On me fait un électrocardiogramme, c’est beau. Prise de sang sont belles, mais on détecte un peu d’inflammation…donc anti-inflammatoire pour 7 jours.
Je quitte le pays pour 5 jours, je reviens et les pincements recommencent…pression dans l’omoplate, dans la poitrine, essoufflée comme si j’avais fait deux heures de cardio en montant 5 marches…(dieu sait que mes workouts quotidiens sont beaucoup plus intenses que ces 5 marches là…) engourdissement du bras gauche…
Le médecin me demande de me rendre aux urgences jeudi soir dernier, on me refait un électrocardiogramme, et cette fois-ci des prises de sang…et pour terminé un échographie du coeur.
Résultat = J’ai un décollement du péricarde (enveloppe du coeur) car du liquide (inflammation) s’est introduit entre le coeur et celui-ci.
Je fais donc une péricardite…qui selon le médecin est souvent vu lors d’un « shot down » du système immunitaire…ah ben! Je me demande bien pourquoi moi qui est en super santé peut bien avoir SHOT DOWN son système immunitaire…vous en pensez quoi doc? « Probablement une péricardite post-vaccin, c’est fréquent! »
J’ai donc des antibiotiques à prendre religieusement pour soigner tout ça pendant 3 mois (oui oui 3 mois) du repos, réduire mes entraînements…(donc aussi ma qualité de vie habituelle). On m’a dit et je cite « une péricardite ce n’est pas dangereux lorsque c’est bien soigné! »
Alors pourquoi on continue d’injecter des gens…qui auraient peut-être fait face au virus sans problèmes, mais qu’on leur injecte un vaccin non-homologué…en créant des problèmes de santé à des gens qui étaient EN PARFAITE SANTÉ?!
Mes enfants ne seront pas vaccinés, mon conjoint non plus, clairement pas!
« 
02 septembre 2021
« Bonjour à tous. Je ne pensais pas venir un jour poster ici… Et pourtant… Un de mes amis, 56 ans, est décédé 4 jours seulement après sa 2e dose. Crise cardiaque… Il s’est plaint de malaise quelques instants seulement après l’injection. Son état a empiré jusqu’à sa fin prématurée. Personne ne l’a pris sérieux et bien évidemment, son acte de décès ne stipule que la crise cardiaque et à aucun moment, le vaccin a été mis en cause.
En ce qui me concerne, 2e injection le 11 août. Aucun ressenti notoire dans les jours qui ont suivi. Mais depuis plusieurs jours, je souffre de migraines aussi brutales que violentes. Mes règles sont hémorragiques, j’ai des palpitations fréquentes et des douleurs vives apparaissent dans mon bras droit. Je suis épuisée et, honnêtement, inquiète. J’ai 4 jeunes enfants et me faire traiter d’inconsciente car je refuse de les vacciner me fait bondir ! Courage à toutes et tous….
« 
02 septembre 2021
« Bonjour,
J’ai travaillé dans une clinique SSR pendant 2 ans, jusqu’au 31 août. Le public est généralement âgé, en situation de réadaptation suite à une chirurgie traumatique (prothèses de hanches, genoux, membres fracturés, etc etc).
Selon la pathologie, mais aussi l’état de santé et le moral des malades, leur séjour était plus ou moins long, mais tous repartaient réparés, capables d’autonomie, même s’il fallait mettre en place une aide à domicile lors du retour à la maison.
Nous avons eu 2 « clusters » depuis le début de l’épidémie.
Les malades atteints sont tous répartis réparés mais aussi guéris car il y a eu une prise en charge médicale. Aucun n’est mort malgré les multiples pathologies dont souffraient certains (insuffisance hépatique, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, diabète etc etc). Mais depuis quelques mois, j’ai observé que des malades se dégradent à vive allure, vieillissent d’une façon accélérée, présentent de sérieux troubles gastriques, des AVC, des problèmes respiratoires, des fatigues insurmontables, des troubles cognitifs, des dépressions nerveuses etc etc. Pour la plupart, le séjour se finit à l’hôpital, dont certains ne reviennent plus. Le taux de mortalité a explosé à la hausse alors que c’était de l’ordre de l’exceptionnel « avant »…avant que les malades ne soient vaccinés. Je suis stupéfaite par le déni général. Alors que c’est factuel, sous nos yeux, personne n’admet qu’il y a une hausse exponentielle du nombre de morts et que cela a commencé lors des campagnes massives de vaccination.
Ne pourrait on pas regarder ce qui se passe du côté des EHPAD et faire des statistiques sur les dix dernières années ?
« 
02 septembre 2021
« Un petit camarade de la classe de mon fils (12 ans) viens se faire piquer, puis passe en réanimation car vomissements, fièvres très fort qq jours après l’injection. Le petit était en délire totale. Aujourd’hui il est sorti de la réanimation(3 jours) mais toujours hospitalisé. Sa maman vient de dire, je cite « se vaxx.. sont tellement dangereux »… Elle a pensé que son fils va mourir Je suis choqué, en colère..« 
03 septembre 2021
« J’ai reçu une dose fin mai de Pfizer. J’ai 38 ans en bonne santé sans antécédents médicaux spécifiques. Je n’ai plus mes règles depuis 2 mois, et atteinte de dysgueusie depuis plus d’un mois (goût métallique dans la bouche quand je mange des aliments sucrés: fruits, biscuits, viennoiseries et certains légumes un peu sucrés: carottes, tomates…).C’est vraiment handicapant au quotidien -4kg sur la balance ! Et j’attends toujours mes règles.« 
03 septembre 2021
« Ambulancier depuis 8 ans , et volontaire à la 1ere vague, je me suis occupé de quelques patient suspicion COV.
Pendant la 1ere et 2eme vague , je n’avais presque plus d’urgence SAMU AVC , AIT ou infection en tout genre. Mais depuis que la « vaccination » , je vois un peu trop de patients ayant des problèmes cardio pulmonaire. Beaucoup trop de thromboses.
Ce que je remarque aussi , ce sont des pneumonies de personnes « vaccinées » 2 doses. Le SAMU nous demande de prendre en charge en ce moment des patients suspicion COVID , hyperthermie, difficultée respiratoire. Et quand vous lisez le courrier du médecin passé 1h avant , il est écrit sur le courrier :
– patient BPCO
– température à 37.8 (où est l’hyperthermie décrite par le 15)
– pneumonie poumon gauche
– test covid négatif
Donc rien à voir avec suspicion COVID.
J’amène un peu trop d’AVC , problème cardio peu de temps après la vaccination. À un niveau inquiétant.
« 
03 septembre 2021
« Je suis aide soignante dans un service de cardiologie. Actuellement nous avons un adolescent de 17 ans en soins intensifs qui a fait une myocardite 4 jours après le vaccin. Après un doute, comme d’habitude, le cardiologue a confirmé qu’il s’agissait d’un effet du vaccin, enfin !!!
Et nous recevons régulièrement des personnes plus ou moins jeunes (20, 30, 40, 50, 60 ans) pour ce genre de pathologies après vaccin. Et des personnes qui n’ont pas forcément de vulnérabilités.
Je ne suis pas vaccinee, et je serai donc, dans quelques jours, mise à pied , sans salaire, comme une malpropre, moi qui fais partie de ces soignants qu’on applaudissait des balcons il y a quelques mois !
« 
04 septembre 2021
« Un homme de 48 ans de mes connaissances , auquel j’ai pris un rendez vous pour être vacciné sur ***** le 4 aout a vu son bras vacciné enfler .Il est resté enflé 3 jours et le 8 au matin il est décédé dans sa salle de bain d’un AVC . Malheureusement personne ne lui a dit d aller consulter.« 
05 septembre 2021
« 1er injection de pfzz le 25 mai :
Symptome « classique » fatigue, maux de têtes, veine qui gonfle sous le pieds, jusqu’à la ça va. 2eme injection de pzff le 20 juillet à 11h:
5mn après leger vertige mais ça va .
17h :39,7 de température, mes yeux se ferment, je tiens plus debout, tout est flou, je m’endors. 23h réveillée par mon cœur qui s’emballe, mais ça passe.
Le lendemain maux de tête mais ca va.
Le 3 août (13 jours après la deuxième dose)Je suis en voiture, je conduis, j’allais très bien, d’un coup, je ne contrôle plus rien, mon cœur s’emballe, mon corps me lâche, je sens que je perd connaissance, mon côté gauche ne répond plus (bras, jambe, visage) pouls à 190, tension à 7.
Verdict :AIT et troponine positive à 16 (marqueur cardiaque)
Bref pour faire court, pdt 1 mois, je suis restée assise à ne rien pouvoir faire de normal.
Tension qui passe de 7 à 18.
Pouls de 46 à 150.
J’ai été réglée 3 fois en 1 mois (je suis réglée comme une horloge)
Aujourd’hui 1 mois après, me sentant mieux j’ai voulu faire la rentrée de mes enfants, donc essayé de reprendre une vie normal.
Hier soir tension à 8, le cœur qui s’emballe, et je suis incapable de vous dire ce qu’il s’est passé cette nuit, trou noir complet !!
« 
05 septembre 2021
« Désolé pour mon français!
J’ai 34 ans et je été obligé de me faire vacciner en février pour ne pas perdre mon travail. immédiatement après la première injection, j’ai eu une douleur intense au bras, après environ 13 heures vers 22 heures, j’étais au lit, j’avais des douleurs à la poitrine et au bras et cela a grandi jusqu’à mon sein gauche, le lendemain et pendant les 10 jours suivants, j’étais très fatigué, toujours avec des douleurs au bras et mon sein, avec peu de force dans mon bras gauche, je ne pouvais pas tenir ou soulever des choses.le 23 mars j’ai pris la deuxième dose dans la nuit j’ai eu une très forte fièvre, je suis passé de tremblement de froid (j’ai mis 7 couvertures) ou je mourais de chaleur. Nausées, vomissements et dysenterie toute la nuit, je n’ai jamais été aussi mal, j’ai pris 3 tachipirine pour faire baisser la fièvre ! le lendemain, j’étais très fatigué, sans force avec des douleurs dans tout le corps qui ont duré environ deux semaines.
Ma soeur n’était pas si chancheuse.
Elle a 37 ans, le lendemain du vaccin elle a commencé à avoir des douleurs à la poitrine et au milieu du dos, elle se sentait très fatiguée, et elle était essoufflée, elle est allée à l’hôpital au bout de quelques jours, péricardite avec épanchement du péricarde ! commencé un traitement pour faire résorber l’épanchement.
il y a quelques semaines,elle a eu une crise cardiaque. heureusement pas d’arrêt cardiaque ! 3 cardiologues le ont dit que la péricardite était causée par le vaccin ! a maintenant l’exemption de vaccin. mais les dommages au cœur demeurent.
« 
06 septembre 2021
« J’ai 28 ans et j’ai toujours été en très bonne santé. Je n’ai pas d’antécédents médicaux et je mange le plus sainement possible. Il y a un mois j’ai eu ma deuxième dose avec le vaccin Pfizer car je n’avais pas d’autres solutions pour pouvoir travailler. Après l’injection j’ai fait un malaise dans ma voiture et je me suis cognée la tête contre la vitre. J’ai vu tout tourner pendant plusieurs minutes. Durant la semaine j’ai eu des migraines très douloureuses ainsi que des vomissements matin et soir. J’ai pris beaucoup de Doliprane pour que ça passe.
10 jours plus tard j’ai commencé à cracher du sang et mon rythme cardiaque s’est emballé. Le moindre effort me fatiguait et j’étais essoufflée tout le temps.
Le 17 août j’ai eu mes règles qui ont duré 12 jours alors qu’habituellement elles ne durent qu’environ 5 jours. Le sang coulait abondamment. Mon copain m’a emmené chez le médecin et celui-ci n’a jamais voulu me dire qu’il y avait un lien avec le vaccin… hallucinant.
En revenant chez moi et en me démaquillant je me suis aperçue que j’avais des problèmes de peau alors que je n’en avais jamais eu auparavant. Quelques plaques rouges dans le cou et des boutons sur les joues étaient apparus. Mes lèvres sont devenues très sèches et je ne peux plus porter de lentilles car j’ai les yeux qui sont devenus secs également.
Mon copain est en déplacement et je ne peux pas rester seule à la maison donc je suis actuellement chez ma mère. Je me sens encore faible et j’ai du mal à me remettre de tous ces effets secondaires. Je vais mieux certes mais j’ai besoin de beaucoup de repos.
« 
07 septembre 2021
« Bonjour à vous tous! Je travaille en ostéopathie et plusieurs de mes clients ont eu des effets sérieux.
Un homme 45 ans, Astra Zeneca première dose, atrophie de plusieurs muscles du bras injecté (Deltoïde, biceps, fléchisseurs de la main) avec perte de force importante. Ses sensations ont commencé instantanément après l’injection.
Homme de 50 ans, convulsions sévères le jour même de sa première dose Pfizer. Il n’est pas épileptique! Je ne sais pas s’il a séquelles ou non.
Femme de 62 ans, première dose de Pfizer, choc anaphylactique dans l’heure suivant l’injection…Dame en bonne santé sans allergies connues, ne prenant aucun médicament. Homme 70 ans, deux doses avec le délai d’attente pour une « protection optimale », tout de même attrapé la covid + 2 jours dans le coma…
« 
07 septembre 2021
«  Mon père, deuxième doses Pfizer le 15 août, entre à l’urgence le 31 août, intubé le 1er septembre. Dans un coma artificiel depuis…« 
07 septembre 2021
« Bonjour à tous. Je poste ce message complètement impuissante et désemparée de la situation.
Un couple d’amis proche qui attendent un enfant se sont fait vac**ner malgré nos mises en gardes (nombreuses et justifiées) des deux doses (Pf***) alors qu’ils ont 33ans et sont en bonne santé. Suite à la première d*se notre amie enceinte de 4mois et demi à faillit perdre son bébé, mais hospitalisée en urgence ils s’en sont sorti avec un alitement pendant 11 semaines. Vient ensuite la deuxième d*se (cela ne les a pas dissuadés) il y a 3 semaines. Depuis hier notre ami est admis au urgences suite à 40 de fièvre et vomissements, il perd connaissance. La cause un calcul dans la vésicule biliaire se transformant en péritonite.. il devait se faire opérer l’après-midi même. Aujourd’hui il est en réanimation car il fait une septicémie.
Sa femme alitée n’ayant pas d’autres choix que de se débrouiller seule et le stresse n’arrangeant rien vient de rentrer aux urgences car son col s’est ouvert. Elle risque de perdre son bébé (elle est à peine à 7 mois de grossesse.)
« 
08 septembre 2021
« Je fait la 1ère dose de Pfizer le 15 mai et je me suis sentie très fatiguée, palpitations ,frissons et dans le brouillard pendant environ 3 semaines (fièvre et état grippal pdt 1 semaine). La 2ème dose m’a fait ressentir les mêmes effets le 15 juin, sauf qu’après quelques jours, je ne parvenais plus à bouger mon bras droit (vaccinée à gauche). Je suis allée faire une radio et il ont détecté une tendinite de l’épaule, plutôt étrange car je n’avais pas fait d’effort avec ce bras. J’ai fait de la kiné, une infiltration et j’ai toujours des douleurs. Je viens de revenir du Maroc ou j’ai contracté le Covid malgré toutes mes précautions et j’ai presque une forme sévère qui s’est abattue sur moi, tel un tsunami. Je suis encore en plein dedans et dois mesurer mon taux d’oxygène car il est limite. J’avais les bronches en feu pendant 2 jours, je ne pouvais même plus parler.« 
08 septembre 2021
« J’ai été vaccinée le 26 mai et le 26 juin 2021, doses Moderna. Depuis le 7 juin 2021 je n’ai plus eu de règles, date à la quelle ses dernières étaient sensée arrivé étant sous traitement de la pilule contraceptive Classique. J’ai vécu 3 mois sans règles et deouis j’ai eu un retour de règles et mon trouble hormonal persiste car maintenant j’Ai mes règles toutes les 2 semaines malgrès la prise de ma pilule habituelle.
Ses troubles ont étés diagnostiqués par le médecin généraliste et Gynechologue comme un effet secondaire dû au vaccin et ils ne savent pas jusqu’à quand cela va persister. Ils ont dit que je souffrais d’un dérèglement hormonal. A savoir qu’au paravant je n’avais jamais eu ce souci.
J’ai stoppé ma pilule contraceptive hier pour une durée de 3 mois sous recommandation du Gynechologue pour observation.
« 
09 septembre 2021
« Mon amie va@@@@v 1dose avec pfi……….le20aout……pdt 2semaines apres l injection n est pas bien du tout…..le4septembre elle est hospitalisee…..Fievre. mal dans les reins. prise de sang et catastrophe .globules en chute… systeme immunitaire la cata. Elle est tjrs hospitalisee en chambre isolee;. et a developpee une infection ;ce qui a donne aux medecins qui ont sautes sur l occasion qui se presentait et qui bien sur ne veulent pas reconnaitre que c est du au va@ààà,@;que si son systeme immunitaire c est casse la figure c est a cause de l infection.et on eu le culot de lui dire qu elle avais cette infection avant.. elle n a pas eue le choix car vivant seule avec 2enfants et travaillant aupres de personnes agee elle n a cede a la pression.« 
09 septembre 2021
« Le fils d’un copain, 22 ans, jeune homme très dynamique qui a bossé dur pour se payer sa formation et faire le job de ses rêves: moniteur de plongée sous-marine…
A du se faire vacciner pour le faire .
Décollement de la plèvre (la peau des poumons), il lui est maintenant interdit de plonger car cela est dangereux pour lui…
« 
10 septembre 2021
« J’ai eu une réaction allergique à la deuxième injection du vaccin Pfizer qui s’est caractérisée par une réaction inflammatoire 2 h après l’injection à l’endroit où j’avais eu un strap un semaine avant. Brûlure au second degré de la peau, réaction d’urticaire sur les deux chevilles, les avants bras, le torse et le cuir chevelu. Je suis suivi et la déclaration a été faite à l’ansm. « 
10 septembre 2021
« Ma soeur c’est fait vacciner 1er dose le 26juillet, elle est décédé le 7aout d’une embolie pulmonaire dans la nuit.
46ans, 4enfants en parfaite santé.
« 
10 septembre 2021
« Ma fille de 16 a eu sa deuxième dose de vaccin covid hier à midi …
13h elle part faire la sieste …
Pas possible de la réveillé à 17h elle était dans un état comateux
L’ambulance arrive…après plusieurs essais et une tension a 7 **** ne se réveille pas ..
Arrivée aux urgences.. elle ouvre enfin les yeux
Elle n’arrive pas à me parler..je vois les larmes coulés sur les joues de ma princesse…
Vers 20h elle arrive enfin chuchoter…mais pas possible de bouger sa jambe droite…
A l’heure actuelle **** est toujours hospitalisée ..sa jambe droite ne fonctionne toujours pas…
Notre princesse a peur car elle s’est fait vacciner pour sa passion , la gym , Et là elle a l’impression que son rêve s’envole …
On espère que tout va rentre dans l’ordre….
« 
10 septembre 2021
« Bonjour, j’ai reçu la première dose pfizer le 15 août. Douleur bras +++ pendant 3 jours. Ensuite nausées et maux de tête pendant 1 semaine. Plus tard douleur cuisse et mollet. Après début douleur nuque cervicales !!! Après ça va un peu mieux.
2 eme dose le 5 septembre et l’enfer !!!! Douleur atroce bras fièvre 40 frissons sueurs douleurs tous les os fatigue nuque cervicales tremblements maux de tête violents comme un casque. Restez alitée 2 jours à souffrir le martyre!!! Mnt douleurs nuque persistante !!! Je regrette énormément !!!
« 
11 septembre 2021
«  Bonjour à tous, aujourd’hui j’apporte mon témoignage, je ne suis ni complotiste, ni anti vaccin mais mon entourage sait ce que je pense de celui ci qui soit dit en passant n’en est pas un. Malgré tout, je n’ai pas imposé mon opinion ni mon choix de ne pas faire cette injection à mon fils de 19 ans car la vraie liberté est de pouvoir choisir. Il n’était pas pour se faire « vacciner » mais il l’a tout de même fait suite à l’influence de son père…2 ème dose reçue le 31 août . Hier, donc 9 jours après, il se retrouve aux urgences…douleur poitrine et coeur à 145 au repos… évidemment petite myocardite détectée…je ne comprendrai jamais comment on peut imposer aux peuples des « vaccins » qui sont si nocifs pour la santé …histoire de gros sous!!! Encore et toujours
Si tout ces effets étaient réellement recensés, les statistiques exploseraient des records…
« 
12 septembre 2021
« Bonsoir. Infirmière liberale en région toulousaine, c’était vax ou changer de job…
1ere dose : asthénie majeure, douleurs au ventre, perturbation du cycle menstruel , nausée. 2eme injection lundi dernier (moderna je n’avais pas précisé) : hyperthermie 38.5 sous doliprane, douleurs articulaires +++, nausées, fourmis visage et extrémités, rush cutané sur le torse, joues en feu même sans fièvre, asthénie ++++. Bref , j’ai cru mourir! C’est bien flippant!
« 
13 septembre 2021
«  Alors cela fait 3 semaines que j’ai eu ma seconde injection, Pfizer , et ça fait 3 semaines que je suis pas bien. Douleur dans tout le dos , des maux de tête , une extrême fatigue et des épisodes où j’ai des symptômes grippaux.
Je ne peux plus faire grand chose , moi qui suis hyperactive je ne me reconnais plus.
« 
13 septembre 2021
« 31 ans. 12/08/2021. Pfizer 1ère dose. Je sors du centre de vaccination au bout des 15 min de surveillance. Je me sens un peu bizarre mais sans plus. Je marche 5 minutes, je me stoppe net, je fais une crise de tachycardie, je sens que mon rythme cardiaque augmente de façon anormale, je sens que je fais de l’arythmie cardiaque. Je suis obligée de ralentir mon pas pour réussir à rentrer chez moi (1km). J’arrive chez moi, je suis épuisée, besoin impérieux de surélever mes jambes (douleurs +++++ dans les mollets). Egalement, douleurs pelviennes +++. Sensations de vertiges/étourdissement (un seul épisode de 10 secondes). Je dois fractionner une petite tâche de la vie quotidienne en petits morceaux entrecoupées de moments où je m’allonge pour parvenir à la finaliser (préparer un sac avec quelques affaires). Le lendemain jusqu’au 4ème jour post-injection, épuisement et douleurs cardiaques associées à l’arythmie, du mal à faire même de petits efforts et toujours un besoin impérieux de surélever les jambes. Dans la journée de J4, l’après-midi, je suis assise avec les jambes surélevées et je discute avec ma mère et mes cousines quand soudainement, j’ai une sensation de mal à la tête (douleurs localisées à l’arrière du crâne sur la gauche), j’ai du mal à parler, du mal à mettre les syllabes dans l’ordre pour dire des mots (l’épisode dure quelques minutes), je choisis d’aller me reposer (m’allonger seule dans ma chambre). Toujours des douleurs à la tête (surtout à l’arrière du crâne) durant la soirée, mais plus de difficulté de langage. Durant la nuit, je fais une crise de tachycardie, douleurs extrêmement importantes au niveau du crâne, douleurs dans le coeur, sensations de serrement, et douleurs extrêmement importantes dans les jambes, j’ai cru que j’allais mourir. Durant les jours suivants, toujours de l’arythmie jusqu’à J10-J12, des douleurs dans les mollets ++++, très grande fatigue. Assez étonnamment, de J10 à J20, des sensations de fourmillements dans les mains, douleurs musculaires diffuses alors que pas ou très peu d’efforts. Quelques sensations de piques au niveau thoracique vers J15 à J20. Aujourd’hui, je me sens globalement guérie (les examens paracliniques réalisés chez le cardiologue attestent de ma guérison), mais je me sens plus fatiguée qu’auparavant et plus fragile. J’ai fait une déclaration au centre de pharmaco-vigilance.« 
13 septembre 2021
« Bonjour, voici mon témoignage: Début Mai j’ai essayé de rassurer ma mère (70 ans) de se faire vacciner pour qu’elle soit protégée de ce COVID. Elle n’était vraiment pas partante, mais j’ai trouvé les mots pour la persuader. Le matin arrive pour son injection Pfizer.. l’après midi des douleurs au ventre, hospitalisation le soir même avec un caillot qui monte au cerveau.
J’essaye de rassurer mon père en lui disant qu’elle est dans de bonnes mains, et heureusement qu’elle est à l’hopital …
le lendemain matin mon père me téléphone en larme effondré me disant que maman est en train de mourir ! je quitte mon travail sur le champ pour chercher mon père et foncer sur Toulon, l’hopital gardait ma mère sous respirateur…
arrivé sur place , tous les médecins nous reçoivent dans un salon, pour nous expliquer ce qui c’était passé, thrombose générale et ils ne pouvaient rien faire …
ma question envers eux a été « voyez vous un rapport de tout ce qui c’était passé avec le vaccin de la veille » réponse non …
En regardant mon père qui était effondré sur sa chaise, je n’ai pas voulu aller plus loin.
j’ai été donné la main à mère tout en lui caressant le front…en attendant que son coeur s’arrête ….
« 
13 septembre 2021
« J’ai 28 ans , Vacciner au Pfizer le Dimanche 29 Août, les premiers effets indésirables apparaît dans les 2h suivant la vaccination :
Sensation d’engourdissements dans la jambe droite je marche en boitant en premier lieu suivi le soir de fourmillements ,
le lundi vu médecin traitant et le mardi pas d’amélioration,
Mardi soir tout bascule , je suis dans mon lit et mes deux jambes sont paralysée, impossible de les bouger .
A ce jour je suis hospitalisé maintenant depuis 2 semaines avec un diagnostic « trouble neuro moteur » en attente d’une place en centre de rééducation.
Les médecins ne veulent pas admettre le miens avec le vaccin . 
« 
13 septembre 2021
« Bonjour, j’ai 27 ans je suis infirmière. En parfaite santé avant la première vaccination par astrazeneca (avant que celle ci ne soit interdite pour les personnes de moins de 50 ans). Conséquence fièvre importantes, fatigue, maux de tête… 10 jours après sensation de jambes lourdes et faiblesse musculaire puis douleurs. La douleur s’accentue avec des sensations d’élancement dans les deux jambes, faiblesses musculaire, perte de la sensibilité. Aux urgences IRM pour éliminer un syndrome de la queue de cheval. Retour à domicile avec des antalgiques qui ne me soulage pas du tout. Les jours passent et la marche devient de plus en plus difficile, à cela s’ajoute des troubles de la déglutition et une faiblesse au niveau des bras. Nouvelle hospitalisation en mai dans un service de neurologie qui suspecte un syndrome de guillain barré, au vu de la dégradation de mon état et les résultats de la ponction lombaire les médecins décident de commencer le traitement par immunoglobuline. Suite au traitement on m’annonce qu’on ne sait pas si j’ai réellement fait ce syndrome étant donné que je « ne rentre pas dans toutes les cases ». On me laisse sortir car mon état s’améliore en me disant que ça ira de mieux en mieux. Mais pas de diagnostic posé donc aucune prise en charge et les neurologues refusent de se positionner face à un éventuel lien avec le vaccin. Je marche de nouveau, je n’ai plus de trouble de la déglutition mais les douleurs sont toujours présentes et ne s’atténue pas. Cela fait 6 mois que je souffre au quotidien, les douleurs sont constamment présentes et s’accentuent au fur et à mesure de la journée. J’ai du changer toutes mes habitudes de vie, je ne peux plus faire de sport, de randonnée, faire mes journées de travail devient de plus en plus difficile, mon corps ne récupère pas et je suis épuisée. Je ne sais toujours pas de quoi je souffre, je n’ai toujours pas de traitement adapté…« 
14 septembre 2021
« Bonjour
Je suis infirmière et donc soumise à l’obligation vaccinale.
Je suis en arrêt car j’ai fait une réaction allergique avec oedème du visage et de la trachée dans un premier temps et phlébite du bras gauche avec probable AIT.
Du coup céphalées en permanence et perte de sensibilité joue droite.
« 
15 septembre 2021
« Bonjour je fais suite à mon expérience, 24 juillet première inj cominarty biontech fosun , ensuite l’horreur : vertiges, nausées, sensation de désorientation, malaises X3, beug, vision trouble, pb neurologiques,fourmillements bras jambes, douleur poitrine , tachycardie, paralysie faciale ponctuelle, paralysie bras et jambes ponctuelles, plaques rouges , gonflement, l’impression d’être empoisonné. Cauchemar… Idées noires.
Après 5 prises de sang, rdv neurologue, IRM cérébrale et médullaire , et ECG : multiples petit avc. Petits caillots sanguins, rien aux autres examens.
Les différents médecins que j’ai vu m’ont dit : on est débordé de gens avec des effets secondaires graves
« 
15 septembre 2021
« Mon gendre 31 ans,reçois sa 2eme dose de Moderna la semaine dernière. 2 jours après l’injection, il se sent fatigué, le lendemain n’étant vraiment pas bien, il décide de se rendre à l ‘hôpital, après bilan sanguin et electro cardiogramme, il le transfère au Chr service soins intensifs cardiologie, IRM verdict Myocardite. A l’ heure actuelle il est toujours hospitalisé, avec interdiction de se lever. Lui ont dit que la convalescence sera longue. Je précise qu ‘il était auparavant en pleine santé, ne fume pas ne boit pas.« 
16 septembre 2021
« 4 fois mes règles en 1 mois, fatigue extrême, tachycardie.
Maintenant à la selle du sang qui pisse.
Et pas d hémorroïdes pourtant.
« 
17 septembre 2021
« ****** 29 ans, mon adjoint direct, pleine santé, péricardite 10 jours après sa 1 ère injection pfizer. Hosto et à la maison depuis 3 mois…« 
17 septembre 2021
« J’ai 2 grandes filles de 24 et 22 ans, nous avons reçu le Pfizer. La première a des règles très abondantes depuis 4 semaines, elle est épuisée et anémiée. Pour ma part j’en suis à 3 semaines non-stop. Ma deuxième fille, c’est l’inverse, alors qu’elle est d’habitude très régulière.
Et toutes les 2 ont ressenti le jour des injections, des vertiges, des absences, et même un « trou noir » pour l’une.
Bien sûr ce n’est pas aussi dramatique que beaucoup de vos témoignages, mais ça nous interroge quand même… d’autant que nous l’avons fait « malgré nous »…
« 
18 septembre 2021
« Bonjour,
J’ai 43 ans. J’ai toujours été en bonne forme physique. J’ai toujours marchė beaucoup avec une bonne endurance. J’ai fait ma deuxième dose Pfizer le 12/7. Trois semaines après, j’ai commencé à avoir des douleurs articulaires sur toutes les articulations (chevilles, genoux, hanches, coudes, poignets, phalanges,…). J’ai aussi de fortes douleurs musculaires. Cela s’est empiré de semaine en semaine. Je suis allée voir mon médecin généraliste qui m’a fait deux prises de sang globales, mais aucune information utile n’en sort. Il a donc décidé de m’envoyer en médecine interne (RV fin octobre). En attendant, j’ai de plus en plus de crises. La douleur est toujours latente, mais l’intensité et les points de douleurs vont et viennent par vagues.
« 
19 septembre 2021
« Garçon de 16 ans pleine forme normale sans antécédents et sportif, reçu sa deuxième dose pf il y a 12 jours, 24h difficiles cloué au lit, respi/tête etc depuis fatigue et il s’est réveillé aujourd’hui saignement de nez, sang dans la bouche, ça ne lui est jamais arrivé, à l’hosto aucune recherche, aucun lien possible avec le vaccin ont-ils précisé car la maman leur a clairement demandé: c’est qu' »il doit être enrhumé », ce qui n’est pas le cas.« 
19 septembre 2021
« Depuis le 2 août, après 1ère injection, aussitôt joue à moitié paralysée , à suivre, tension à 20, démangeaisons et brûlures, traitement mis depuis, pas encore assez, toujours par moment tension 20, malgré traitement faut augmenter sans savoir pourquoi ni combien de temps ni pourquoi alors que j’en avais pas avant, démangeaisons pareil traitement 6 mois!! sans savoir quand ni comment ça finira, Et fatigue, vitamin D, descendu de moitié !! médecins font mine de pas entendre, déclarer Pharmacovigilance mais pas de réponse.« 
20 septembre 2021
« Ma grand-mère de 87 ans a recommencé à avoir ses règles et plusieurs autres dans le centre de personnes âgées après 2e doses de vaxx …ce sont des hémorragies… je crois« 
21 septembre 2021
« Bonjour ma fille de 22 ans c est faite vacciné pfizer le 20 août première injection deux jours après vomissement oedeme fasciale, palpitations … elle est en arrêt depuis car son cœur se met a palpiter sans raisons et d un coup il bat pas assez… urgence qui lui ont dit que c est le stress d avoir du se faire vacciné, mais qu’il faut consulter un cardiologue et ordonnance d un relaxant quelle ne prendra pas . Rdv cardiologue qui lui a dit c est normal vous faites pas de sport lol elle en faisait pas avant le vaccin et tous allez bien. Mais si dans 15 jours trois semaines ça va pas mieux revenez vers moi. Mon médecin traitant lui dit bien que ces des effets du vaccin car il en voit beaucoup avec les mm symptômes, heureusement pour d autres ca part sous 1 semaine à 15 jours. Donc pour le moment pas de deuxième injection …. en arrêt… je dois faire aussi le vaccin pour garder mon emploi je suis pas sereine du tout.« 
22 septembre 2021
« La fille d’un ami d’enfance est décédée lundi d’une crise cardiaque, suite à son vaccin Pfizer. Elle avait 17 ans.« 
22 septembre 2021
« Bonjour, je vous contacte car je suis assez désespérée par mon état de santé (même si j’ai vu qu’il y a pire et je pense bien à toutes ces personnes).
J’ai été vaccinée début juin + 2eme dose mi juillet.
Mes symptômes ont commencé 3 semaines après la 1ere injection : vertiges, épuisement, impression d’avoir un problème au cerveau : ça ne tourne pas rond, parfois melange de mots, perte de mémoire immédiate, tête brûlante, légère sensation de manquer d’air parfois…
Après de très nombreuses analyses de sang qui ne montrent pas grand chose à part une inflammation, j’ai vraiment l’impression d’avoir un problème au cerveau, peut-être inflammation ? Ou attaque par le vaccin comme avec le virus ?…?
Je ne vois pas d’amélioration en 3 mois, je ne suis plus capable de travailler, je crains que mon état ne s’améliore pas, d’autant plus que je ne sais pas comment me faire accompagner par un médecin ou un spécialiste qui comprenne le sujet.
« 
23 septembre 2021
« Bonjour à tous,
1er septembre 1er injection avec Moderna 5 jours après j’ai commencé à avoir mal au veine et mal au jambes. Je pars à l’hôpital qui me dit que je fais une thrombose de type 1. Je rentre chez moi et ma tête commence à être paralysé je n’arrive plus à marcher. L’hôpital me découvre un kyste au niveau du cerveau suite à ça mon cœur a commencé à faire des siennes j’ai un BPM de 31 qui va jusqu’à 208. Comme ça alors que je dors.
« 
23 septembre 2021
« Mon frère, le jour de ses 40 ans, injection Pfizer, le lendemain, il tombe au travail, crise d épilepsie. Hospitalisé 5 jours, les médecins ne comprennent pas. Pas d antécédents, rien. Il va certainement faire sa deuxième dose.
Mon ami, Alain, mort à 57 ans d unne crise cardiaque, injecté 2 fois.
« 
24 septembre 2021
« Bonjour,
Je témoigne concernant l’oncle de ma compagne. Diabétique et doublement « vacciné » Pfizer.
Première injection expérimentale en mai, et la deuxième en juin. Il a maintenant des problèmes cardiaques, alors que son coeur allait très bien avant. Il a du liquide autour du coeur, il est actuellement hospitalisé. Il ne fait aucun doute que cette maladie est apparue suite à ces injections.
« 
26 septembre 2021
« Je me suis fait vaccinée par le vaccin pfizer le 21 mai dernier. Depuis ce jour je suis malade, j’ai eu TOUS LES SYMPTÔMES DU COVID tout en étant NÉGATIVE À TOUS LES TESTS.. J’ai dû être hospitalisée car je me suis étouffée devant mes enfants, l’air ne circulait plus dans mes poumons, ma gorge… J’ai une vie saine, je ne bois jamais d’alcool, jamais d’excès. En juin, À l’hôpital il s’avère que j’ai une pericardite et que mes voies respiratoires sont « abîmées » mais ce n’est pas dû au tabac (aucune tâches sur les poumons), depuis le 6 juin j’ai arrêter de fumer.
Au mois de juillet, encore à l’hôpital, j’ai toujours cette pericardite et en plus un de mes poumons est abîmé, ma respiration est toujours mauvaise et on m’annonce que je risque de faire de la tachycardie, je dois surveiller mon rythme cardiaque. On m’annonce que ça arrive à 1 personne sur 2500, que ce sont des effets secondaires RARES et que je n’ai pas de chance (avec leur sourire à la con) … Mais que ça existe
On m’a dit que c’était de ma faute car je travaillais trop, je fumais, j’avais déjà dû avoir le covid.. Sauf que je l’ai jamais eu..
J’ai 34 ans et maman de deux enfants en bas âge, et maintenant à cause de ça, je ne peux plus courrir sans devoir récupérer ma respiration pendant au moins 20 minutes. Je suis aide à domicile et des fois je dois m’asseoir pour reprendre mon souffle tellement ça coince. Par moment sans raison, mon cœur s’emballe.. Je monte en vrille et redescend grâce à un exercice de respiration..
J’ai pu, heureusement, obtenir le pass sanitaire grâce à une contre indication de mon médecin, à ne pas faire cette deuxième dose, et grâce à une amie infirmière qui s’est battu pour mon cas.mais certaines personnes comme moi, ont eu exactement les mêmes problèmes.. Certains sont morts.. Et on me demande surtout de fermer ma gueule et ne pas raconter tout ce qui m’est arrivé.. Que je suis un cas à part, une exception dans leur pourcentages.. Dans leurs statistiques..
J’ai 34 ans et je respire difficilement depuis ce 21 mai, je suis jeune, je me remettrait.. Ou pas.. Il est possible que ce soit irréversible.
A mes amis, vaccinés ou pas, je suis toujours là mais quand même bien démunie face à cette merde qui m’est tombée dessus, je ne suis pas une statistique oubliée.. 
« 
26 septembre 2021
« Je viens d’apprendre un décès lié à la v dans ma famille
par discrétion je ne donnerais pas le nom , vaccin Pf
date début septembre
malaise subitement le lendemain de son vaccin a son travail
52 ans , en parfaite santé, se fait v, deux jours après décède . 
« 
27 septembre 2021
« Bonjour à tous,
J’ai reçu les deux doses de Pfizer en mars et avril 2021 sur conseil de la généraliste, et endocrinologue .
Depuis début août, j’ai attrapé une maladie auto-immune rare, mes lymphocytes T, présents dans les globules blancs détruisent mes bulbes des cheveux sur le front et les tempes et ceci de façon irréversible, je suis sous cortisone et c’est une maladie qui ne guérit pas, je suis anéantie, je n’ai jamais eu de problème avec mon cuir chevelu,
En fait mon système immunitaire s’est emballé subitement et en plus j’avais un papilloma-virus soigné il y a 30 ans au laser, que j’avais pris à la maternité juste après la naissance de ma fille et bien ce papilloma s’est réveillé subitement après le vaccin.( On l’a vu suite à un frottis effectué en juin 2021).
A l’hôpital où je suis suivie, on m’a dit qu’il ne fallait pas faire la troisième dose de vaccin, ils ne veulent pas faire de déclaration en pharmaco vigilance, mais mon médecin généraliste a fait une déclaration pour la maladie auto-immune des cheveux qui s’appelle un lichen plan pilaire frontal fibrosant.les cheveux tombent en lisière, reculent un peu plus tous les jours et ne repousseront pas. Je serai peut être chauve dans peu de temps, c’est très difficile à supporter et il n’y a aucune aide psychologique.
« 
27 septembre 2021
« Bonjour ! Mon témoignage concerne des proches et des connaissances dont j’ai pu vérifier les infos car je ne ferai jamais d’injection expérimentale, ni volontairement, ni sous la menace. Premier cas : Un collègue de mon ex : crise cardiaque quelques heures après la première dose. Deuxième cas : Le papa marathonien d’un ami meurt de thromboses multiples après 1 mois de souffrances suite à la deuxième dose. Entre temps, un ami pompier me rapporte voir des dizaines d’AVC par jour depuis le début de la vaccination. Troisième cas : Un oncle meurt quelques semaines après la deuxième dose. Quatrième cas : La fille d’une amie (22 ans) paralysie faciale et tremblements suite à la deuxième dose. Cinquième cas : un voisin se plaint de puissantes migraines et de vertiges l’empêchant de se déplacer mais n’ose pas aller consulter car c’est arrivé quelques heures après injection donc il a peur du verdict. Sixième cas : Ma grand-mère qui est à l’hôpital, très fatiguée, mal au bras depuis la première dose et refuse la deuxième. Et on pourrait continuer encore mais ça me fait déjà assez monter les nerfs d’écrire tout ça. A ce stade il faut être aveugle pour ne pas comprendre ce qu’il se passe.« 
27 septembre 2021
« Après ma première injection j’ai ressenti une grande fatigue et une bronchite pour laquelle j’ai du consulter mon médecin. J’ai eu un traitement antibiotique.
Au début du mois de juillet, dans la nuit j’ai eu des malaises ( j’étais désorientée avec un goût étrange dans la bouche, un odeur étrange).
Quelques jours plus tard, dans la nuit, j’ai fait une crise d’épilepsie, j’ai été emmené à l’hôpital, a la suite du scanner, ils découvrent un œdème au cerveau. Suite à l’IRM, on m’indique que je présente une tumeur au cerveau. J’ai été opéré de cette tumeur le 30 août. L’analyse de la tumeur, révèle un stade 4. Mon pronostic vital est sombre. Je vis un cauchemar. Je suis un jeune maman de 29 ans avec aucun antécédent.
« 
28 septembre 2021
« Bonjour à tous , je vous raconte mon cas et celui de mon fils de 23 ans depuis vaccin juillet même endroit même heure même lieu , puis deuxième dose en août , pour ma part ,première dose courbatures le lendemain ensuite , mal au bras , mon fils a fait le soir même vers 20 h une crise épilepsie ou tétanie , il était assis sur le canapé tout à coup il est tombé dans les pommes ,yeux qui revulsaient, 1 bras en l air qui bougeait et mouvements saccadé set il était inconscient ,j ai eu la peur de ma vie , c a a duré qq minutes mais impressionnant et il ne se souvient de rien du tout , j ai failli appelé les pompiers , depuis il a toujours des sueurs nocturnes qui le réveillent la nuit en transe , il avait vu cardiologue qq mois avant pour son sport , pour voir si tout allait bien avant vaccin car il fait du sport muscu assez intensif et tout allait bien rien à signaler je lui ai dit de retourner voir le généraliste et de lui dire car je lui en ai parlé lorsque je suis allée voir mon medecin et je l’ ai signalé sur le site gouv et labo de Nancy m a rappelé pour plus de précisions« 
29 septembre 2021
« J’ai analysé mon parcours de vaccinée. Étant très immuno déficiente j’ai eu droit à trois doses. J’ai eu peur de la Covid, et comme une grosse conne je me suis fait vacciner. Maintenant si vous saviez comme je me suis fait prendre dans les mailles du filet. Je n avais pas une santé au top, mais maintenant je suis dans un état grippal permanent depuis le 30 juillet, j’ai développé une maladie du cuir chevelu, j’ai beaucoup de pointes au coeur et de nevralgies cervicobrachialles, des maux de tête intenses, des poussées de fièvres, des douleurs dans le bas ventre, aussi au niveau du pancréas, une vision floue, la tête cotonneuse, des troubles du rythme cardiaque, et le pompom une fatigue si extrême que j’ai failli m endormir au volant cet après-midi….hier soir j’ai même eu mon oeil gauche qui ne voyait plus du tout pendant quelques minutes. Bref je me suis fait injecter quelque chose qui nuit gravement à ma santé. Je pense que ce vaccin va finir par me tuer « 
1 octobre 2021
« J’ai 39 ans et en bonne santé, excepté de l’asthme. Suite à mon post-partum en avril, je fais une otite et j’hérite d’acouphènes dans l’oreille droite.
En juillet, je me fais faire la première dose du vaXX PXXXXXer. Depuis, j’ai eu de gros maux de tête, des retards de cycle, des vertiges non stop comme un état d’ébriété constant et une fatigue accrue. Mes acouphènes ont également augmenté. Le scanner cérébral n’a rien donné, ni les examens en cours chez l’ORL. Je ne sais pas si ces vertiges sont liés à ma première injection; mais j’ai un gros doute.
« 
4 octobre 2021
« Un ami de 24 ans a souhaité ce faire vacciné pour pouvoir partir en voyage de noce début août, douleurs au bras compression a la poitrine fatigue, il rentre de son voyage et vers le 24 août fait sa deuxième injection il ne ce sent pas bien dutout, tres mal à la poitrine, teint blanc sueur, essoufflement et a beaucoup de mal a respirer , sa mère le force a aller aux urgence. Il a fait une thrombose aiguë suivie d’un arrêt du cœur !!.
Il s’en est sorti de justesse, il a été reconnue l’ARS et phizer comme effets graves au vaccin.
Il est en arrêt maladie jusquen’ janvier, il venait d’acheter un terrain et a commencé la construction de sa maison pour fondé une famille, sa vie s’écroule tout les crédits et travaux sont arrêté, il travaille dans le bâtiment et son cardiologue et pneumologue disent qu’il ne pourra plus jamais porté de charge lourde ! , il dit que sa vie est foutu
« 
5 octobre 2021
« Bonjour ma soeur 44 ans elle se fait injecté Pfizer la veille de son opération de l’utérus 48 h après forte douleur en bas du ventre il s’aperçoivent qu’elle a une hémorragie le médecin disais que ça venait du vaccin mais il s’est rétracté
Ma nièce 21 ans astrazeneca première injection grosse fatigue état covideux ++++ x 1000 deuxième injections douleur a l’estomac a en mourir puis il lui diagnostic une maladie de Crohn
« 
7 octobre 2021
« Je met ici mes observations familiales : Mon frère (38 ans) est décédé d’un arrêt cardiaque le 26 juillet, 5h après sa vaccination pfi… et le 29 septembre, ma maman a fait elle aussi un arrêt cardiaque ce 29 septembre, 5 mois après sa vaccination pfi…Je précise qu’aucun des deux n’avait le moindre problème de santé. Aucun traitement pour l’un comme pour l’autre.« 
9 octobre 2021
«  Bonjour, je témoigne pour une amie proche: 2j après 1e dose de M…..a, attaque du foie et inflammation fulgurante du système nerveux, vision floue, diagnostic: apparition «inexpliquée » d’une sclérose en plaque. elle ne fera pas la 2e dose« 
10 octobre 2021
« Je témoigne pour un collègue de 33 ans qui a fait les 2 doses de Pfizer cette année. Je n’ai pu l’en dissuader car me dit-il « Il croit à la science  » et « Pourquoi lui voudrait-on du mal? « . Depuis 2 mois il se plaint de fatigue et de troubles de la mémoire, un peu comme s’il était en burn-out. Il me dit qu’il va aller consulter pour ses troubles de la mémoire.« 
10 octobre 2021
« Il y a 8 jours, j’ étais aux urgences.
( Thrombus ( caillot de sang) de 9mm dans la jugulaire droite) —> ce n’est pas à cause du vaccin, puisque je refuserai jusqu’à ma mort ces injections tueuses, c est une complication du port-a-cath que j’ai d’implanté)
Au bout de plusieurs heures, l’on me sort de mon box pour y rentrer un homme de 40 ans. Je suis exactement à 1m20 du box, séparé par un rideau, donc je entends parfaitenent l’interrogatoire de l’urgentiste.
Le monsieur décrivait des symptômes de crise cardiaque imminente. Pas fumeur, pas de antécédents, excellente santé et sportif+++. L’urgentiste a juste eu le temps de lui demander :  » Vacciné Covid récemment ? »…et le patient de répondre  » oui, j’ai eu ma seconde dose il y a 2 jours « …. Biiiiiiiiiiiiiip ( son coeur a lâché)
Pour ceux qui s’inquiète de savoir s’il a survécu, ils l’ont récupéré, merci Seigneur …mais s’il ne s était pas rendu à temps aux urgences ?!
Deuxième témoignage :
Alors que j’attendais tjrs aux urgences en dehors du box, j’ai pu observer — ils étaient dans un carré de verre– les urgentistes, après cette crise cardiaque post-vax.
Ils étaient penauds, vraisemblablement totalement habitués à en voir, et résignés.
Je les regardais avec des yeux ahuris et dégoutée, j’avais envie de leurs crier dessus, de leurs demander pourquoi ils acceptaient l’inacceptable ( j’ai du aller au WC pour me retenir). Bref.
De retour à mon post d’observation ( on a que cela à faire lorsque l’on patiente de longues heures aux urgences), j’entends la conversation suivantes, entre 2 urgentistes : Urgentiste 1 :  » Le cou ( ils parlaient de moi, puisque depuis le début je les entendais me designer par  » le cou –> endroit où mon thrombus de situe), elle doit être le seul thrombus NATUREL que l’on ait vu depuis * inaudible* « 
( En référence à tous les thrombus acquis post-vaccinalement et responsables de centaines de milliers de décès)
Urgentiste 2 : ah ah ah ! …
Non seulement les docteurs savent, mais ( ceux-ci, du moins) s’en amusent !!! 
« 
11 octobre 2021
« …Je dois bien constater autour de moi que tous les non.v (voisins, amis) se portent très bien et que les autres sont mal en point…3 cas de cancers fulminants, fatigue intense, toux chronique, maux de tête, 1 cas de paralysie, aggravation chez les cardiaques avec pose de pacemaker, 2 infarctus….etc…« 
12 octobre 2021
« Je vois ici des témoignages de cancers fulgurants des poumons, estomac…après vaccination. J’ai deux amis avec situation similaire…après vaccination… L’un cancer estomac et intestins, L’autre avec cancer poumons et muscle jambe… peu de temps avant elle s’était cognée la jambe en déménageant… cette amie a plus de 60 ans, les cancer du muscle sont très rares chez les personnes de plus de 60 ans…« 
13 octobre 2021
« Mon petit frère 38 ans, sportif de haut niveau et entraîneur, a depuis sa dernière injection Pfizer, de très grosses fatigues. Il est très essoufflé et a du mal à trouver son second souffle. Il a toujours été très sportif et là il me dit avoir pris 10 ans. Il va faire des analyses sanguines la semaine prochaine, je lui ai conseillé de demander ses taux de D-Dimeres. On croise les doigts. « 
14 octobre 2021
« Bonjour, je suis pour la vaccination , mais depuis les 2 vaccins, le dernier le 15 juin , j’ai des effets secondaires importants, l’algologue m’a dit que j’avais les mêmes effets secondaires que les covids longs.
Depuis 4 mois, j’ai des douleurs chroniques intenses 24h sur 24, neurologiques et mécaniques dans certaines parties du corps, je ne peux pas marcher longtemps, ça devient douloureux, je ne peux plus m’asseoir, à cause du coccyx, devenu très douloureux (après les vaccins) donc je ne peux pas reposer mes jambes. Je peux dormir que sur le ventre.
On a découvert une inflammation et compression des nerfs inguinaux et du nerf du bras gauche (bras vacciné), une calcification des tendons des grands tranchonters et le dernier os du coxxyxe est déplacé.
« 
15 octobre 2021
« Pour ma part deuxième dose mi-juillet ce vaccin m’a pourri mon été je me retrouve avec une dermatite, urticaire, zona sur une grande partie de mon corps j’ai eu aussi un problème de coagulation saignement après la douche des coulées de sang, j’ai aussi eu une angine bactérienne du certainement à mon système immunitaire qui part en vrille gorge gonflée ce qui m’a provoqué une névralgie au cervical que j’ai toujours.« 
16 octobre 2021
« Bonjour à tous,
Mon frère âgé de 49ans a fait sa 2ème injection au début du mois de Juin.
Depuis mi-septembre, il se plaint d’une extrème fatigue qui l’empêche dans toutes les tâches de son quotidien. Il y a 2 jours, en début d’après-midi, il est victime d’une hémorragie nasale avec perte de sang extremement importante. Nous appelons le 15 qui nous indique les gestes à faire et l’hémorragie cesse au bout d’une trentaine de minutes. Le soir même, 2ème hémorragie qui s’avère être encore plus grave. Perte de sang CONSIDERABLE dont la matière n’est pas vraiment liquide mais une sorte d’amalgame visqueux… cette fois-ci, le 15 envoie les pompiers, direction les urgences. Retour à domicile 3 heures plus tard mais l’hémorragie continue…
« 
17 octobre 2021
« bonjour à tous 2ème dose du vaccin fin juin depuis grosse fatigue, je m’endors n’importe où je tombe carrément endormie. D’autre part j’ai fait de l’allergie dans les yeux, des suées froides, et le plus douloureux c’est cette douleur dans les jambes et les cuisses des crampes sans arrêt, de l’arthrose qui apparait d’un seul coup. des sensations d’électricité dans les pieds. je viens faire une prise de sang et la un dérèglement total dans mes globules alors que j’en ai fait une avant ma vaccination et tout était normal.« 
17 octobre 2021
« Deuxième dose la semaine dernière.
Ma grand-mère a fait une attaque cardiaque ce matin, et apparemment un AVC, elle était toute bleue au niveau du front, de la mousse plein la bouche. Décédée pendant 3 minutes, réanimée, on attend le verdict au niveau des séquelles.
Elle était absolument contre cette injection mais sous pression de sa « médecin » elle a cédé, peur de ne plus avoir accès au soin.
C’est une femme dynamique se débrouillant très bien seule, et ses derniers résultats médicaux étaient excellents, on arrive pas y croire.
« 
19 octobre 2021
« Mon papa 1ere injection Pfizer le 6 avril 2021 heureux en pleine forme 71 ans, je l’ai trouvé mort chez lui…. arrêt cardiaque le 12 avril….
Le chef du SAMU et médecin n’ont pas voulu noter qu’il venait de se faire vacciner. Juste on m’a répondu pour me calmer face à mes interrogations : « c’était son choix de se faire vacciner ! Donc Madame restez là-dessus… »
Je n’en parle presque jamais car douloureux mais je veux pas qu’on oublie que le plus grave effet secondaire des vaccins est la mort tout simplement…
« 
20 octobre 2021
« Bonjour, j’ai longuement hésité mais voici mon histoire.
Je ne voulais pas me faire vacciner à la base. Je ne suis pas anti-vax mais je voulais attendre et voir les résultats des études et effets secondaires.
Malheureusement a cause de mon travail et du fameux passeport vaccinal j’y suis allée pour une première dose mod…. en juin.
Première journée tout est correct. Lendemain, douleur intense au bras, fatigue ( j’ai quitté plus tôt au travail ) et couchée a 18h le soir. Mot de tête ainsi que ganglions enflés sous l’aisselle pendant une bonne semaine.
J’ai attendue 3 mois pour la deuxième doses. Et boom: fièvre de 48h douleurs musculaires fatigue intense , déshydratation mineur, ganglions enflés sous l’aisselle et palpitations cardiaques. 1 mois plus tard je me décide à aller consulter car depuis anxiété incontrôlable et injustifiée, palpitations cardiaques avec pics a 140 pm au repos!
Ont m’a fait tous les tests et rien! Sauf pic d’adrénaline injustifié et pourrait, je dis bien, pourrait a due au vaccin.
Je suis constamment fatiguée avec un cœur qui bat trop rapidement. Je suis maman de jumeaux de 9 ans plein d’énergie qui commence à trouver ça long que maman soit épuisée et le moral à plat. Je regrette amèrement ce vaccin. Ça va finir par m’achever …..
« 
21 octobre 2021
« Bonjour ma sœur et son ami ont fait les deux dose depuis le mois de mai, son ami ça fait 3 mois qu’il est hospitalisé il a eut thrombose, Avc,foie, toujours hospitalisé il est très mal en point, ma sœur elle est beaucoup fatiguée maux de tête elle a fait des examens prise de sang, le docteur lui a dit que c’est possible que ça soit une thrombose elle a rdv le 5 novembre à l’hôpital « 
22 octobre 2021
« J ai dans mon entourage plusieurs personnes qui, depuis leurs doubles injections, sont extrêmement fatiguées maintenant. Une autre est complètement déprimée, à Morphe, angoissée.. Ce sont des personnes en bonnes santé.« 
22 octobre 2021
« c’est mon mari. 36 ans sans aucun antécédent. Depuis la 2 ème soupe de Pf faite en avril il en est à sa 6 ème poussée d’herpès labiale. Avec un épuisement physique et des troubles du comportement très important de type accès de colère sans raison. Il fait le lien avec la 2 eme dose et la baisse d’immunité qui entraîne ces poussées d’herpès mais pour les accès de colère du tout !
Son bilan est normal. Il fait une cure de désintox avec glutathion propolis vitamine c et d et de probiotiques.
« 
24 octobre 2021
« Apparition d’extrasystoles ventriculaires (trouble du rythme cardiaque) chez ma fille de 12 ans après une 1ère injection de Pfizer qui nécessitent la prise d’un bétabloquant. Refus des deux cardio qui la suivent d’effectuer un signalement (pro vaccin ++) minimisation voire déni d’un quelconque lien avec le vaccin. Il s’agirait « d’une fragilité personnelle révélée par le vaccin ». Aucun antécédent cardiaque avant sa première crise de tachycardie 10 minutes après l’injection. Signalement auprès de l’ANSM : demande d’un complément de dossier et annonce l’impossibilité d’obtenir un Pass mais la nécessité pour l’obtenir de recommencer le schéma vaccinal soit au total 3 doses ! On marche sur la tête !!« 
25 octobre 2021
« J’ai pris ma première dose Pfizer vendredi 15 octobre et Mardi sur l’autoroute j’ai eu comme un gros coup de poignard dans le ventre, j’ai juste eu le temps de me mettre sur un parking et appelé l’ambulance, après un scanner aux urgences on me dit que j’ai fait une pancréatite aiguë, rester coucher sans manger sous Baxter, deux jour après bloc opératoire pour une endoscopie (CPRE) qui n’a montré aucun calcul biliaire et ils ont conclu que c’est à cause de l’alcool pourtant j’en bois très rarement.
Je leur ai dit que j’étais vacciné 3 jours avant mais ils m’ont dit que c’est juste une coïncidence
« 
27 octobre 2021
« Je témoigne pour mon cousin de 20 ans, Une semaine après sa première dose il a attrapé une pneumonie ensuite un mois après sa deuxième dose il reprend une pneumonie et un rash sur le corp, il est toujours sous traitement … il a perdu 10 kilo depuis, je suis très inquiète…« 
29 octobre 2021
« Bonjour
Ma sœur a eu sa 2eme d-o-s-e de P il y a 3 mois. Depuis, elle n’a plus de règles.
« 
31 octobre 2021
« Pas de vax pour moi mais une copine avec « angine  » une semaine après chaque dose PFZ. Une autre en pleine forme moins de 40 ans, très sportive, 2 doses en juin, malade comme un chien pendant plusieurs jours surtout après la 2° et vient de faire un kyste sur l’ovaire, douleurs insupportable , le kyste a explosé aux urgences ( heureusement pas chez elle) et hémorragie interne, opérée quelques heures plus tard. Mais il parait que ça n’a rien à voir avec le vax , et que je suis complotiste« 
31 octobre 2021
« suite au v, j’ai fait plusieurs malaises et une crise d’épilepsie qui m’a emmené à l’hôpital. J’ai passé un scanner et un IRM qui a révélé une tumeur au cerveau. J’étais jusqu’à présent en parfaite santé.« 
1 novembre 2021
« Je suis sage-femme depuis 25 ans et farouchement opposée à cette inj… Actuellement, jeune patiente enceinte de 5 mois, me dit, derrière la porte presque ( gênée) , qu elle saigbe du nez toutes les nuits, au point de se réveiller, étouffée par des caillots de sang dans sa gorge et/ ou vomissant ce sang avalé… son conjoint  » en a marre qu elle trempé ses draps toutes les nuits « …
Inquiétant….et ce n est pas un fake d Halloween…
Je lui demande si elle s est faite vcc et comment cela s est passer :
Le lendemain de sa 2 ème dose ( avant grossesse) elle est tombée inanimée mais cela n a inquiété personne …
Réponse de la gyneco : ‘ si ça continue on n aura qu a cauteriser les vaisseaux du nez  » Aucun contrôle prosz de sang prévu… foie? Plaquettes?coagulation ????? 
« 
5 novembre 2021
«  Bonjour à tous !
Je vous ai parlé d un ami de 36 ans qui a fait une seule injection pfizer en juillet qui avait chopé le covid, perdu 9 kilos et n avait plus d appétit…suite à cette injection bien évidemment !
j ai mangé avec lui hier soir, il me raconte qu il n a jamais été chez le medecin de sa vie et ne prends jamais de médicaments…
Depuis son injection, il n a jamais eu autant de soucis de santé…
-Herpès (lèvres principalement) alors qu il n en a jamais fait avant..
-pelade ( il perd ses cheveux!)
-Douleurs articulaires de partout
Je précise qu’il s’est rendu compte que c’était depuis cette piquouse que tout part en vrille ds son corps… lui qui n y croyait pas et m insultait de complotiste, il a enfin compris et surtout très peur… donc pas de 2 ème injection pour lui il est catégorique.
« 
8 novembre 2021
« j aimerai témoigner d un cas en Suisse.
Un ami , la 40 aine a fait la première dose et 4 jours après , crise cardiaque.. je précise que cette personne n a jamais eu de réels soucis de santé…
Il a dû être réanimé par électrochocs..
Il est vivant actuellement, mais sent qu il j est plus vraiment le même..
On lui demande de faire quand même la deuxième dose, car selon les médecins ça n a rien à voir avec le v…..
« 
8 novembre 2021
« Mon conjoint a fait sa dernière dose en septembre, et depuis il est pratiquement tous les jours pas bien. Alors est ce que ça vient réellement du vaccin je ne sais pas, mais je pense que oui car d’habitude c’est le genre à ne jamais être malade ! Ou alors une fois dans l’année !
Et depuis il rentre du boulot en étant très fatigué, avec des gros maux de têtes, quelques fois l’estomac en vrac, pas faim et nausées.
« 
10 novembre 2021
Florian Dagoury, recordman du monde d’apnée a partagé son expérience sur Instagram : «  Myocardite, péricardite et régurgitation mitrale triviale ! Merci Pfizer.
Après ma deuxième dose, j’ai remarqué que mon rythme cardiaque était beaucoup plus élevé que la normale et que ma capacité à retenir mon souffle avait considérablement diminué. Pendant le sommeil, je suis à 65-70bpm au lieu de 37-45bpm. Pendant la journée, je suis toujours au-dessus de 100bpm au lieu de 65bpm, même lorsque je m’assois et me détends. Une fois, j’ai même atteint 177bpm alors que je dînais avec des amis ! !!!. 10 jours après mon deuxième vaccin, j’ai consulté un cardiologue qui m’a dit que c’était un effet secondaire courant du vaccin Pfizer, qu’il ne fallait pas s’inquiéter et qu’il fallait se reposer. 40 jours après le deuxième vaccin, je n’avais pas progressé et j’ai donc consulté un autre cardiologue qui m’a diagnostiqué une myocardite, une péricardite et une régurgitation mitrale triviale ! Il s’agit essentiellement d’une inflammation des muscles cardiaques causée par le système immunitaire et de petites fuites de sang provenant des valves qui ne se ferment plus correctement. J’ai maintenant du mal à atteindre 8min d’apnée, 150m de plongée et j’ai même une forte envie de respirer en faisant des plongées de 40m. Une diminution de 30% de mes performances de plongée en gros.
Ma première pensée et recommandation aux plongeurs en apnée du monde entier est de choisir un vaccin qui est fait à l’ancienne comme Sputnik, Sinovac, Sinopharm etc… au lieu de ces nouveaux vaccins ARNm.
« 
11 novembre 2021
« Mon mari, 42ans ,sportif ( plusieurs marathons à son actif) , aucun souci de santé. 15 jours après la 2eme injection alors qu’il était partir courir , il a été obligé de s’arrêter au bout de 1km à cause d’une douleur subite au niveau du cœur irradiant vers l’épaule et le bras, puis envie de vomir et mal de tête ( symptômes classique du malaise cardiaque).
Aux urgences, la prise de sang indiquait une souffrance cardiaque confirmée 3h plus tard par une 2ème prise de sang . Résultats pas assez élevés pour indiquer un infarctus mais suffisamment pour indiquer une nécrose de cellules cardiaques ( je suis infirmière donc je sais aussi de quoi je parle). L’hôpital l’a laissé sortir sans aucune consigne… en attendant le prochain malaise ? Les résultats concordent avec un micro caillot qui serait passé ou éventuellement une myocardite … je ne crois pas au hasard du calendrier . Nous attendons d’en savoir plus car il a pris RV chez le cardiologue pour un bilan complet.
« 
12 novembre 2021
« Ma maman, 76 ans, en Ephad. Obligée de se faire la piqûre, sinon confinée dans sa chambre pendant 7 jours après chaque sortie… une seule dose de P. Car elle avait eu le C. Deux semaines après, zona ophtalmique très douloureux, 15 jours de fauteuil roulant car ne peux plus marcher. Depuis, extrêmement fatiguée, difficultés à marcher, parler et entendre… Je suis très en colère!!« 
14 novembre 2021
« Gros effets secondaires pour moi depuis ma première puis 2ème dose d hypertension sévère qui ne se stabilise pas malgré un traitement lourd
Je dois passer des examens cardiaques le 23 11
Tension anarchique, grosse fatigues, palpitations
Jamais rien eu avant vaccin ni à risque tout allait bien
Le cardiologue me dit qu il y a eu ce genre d effets mais qui ne durent pas…sauf que c est depuis mars 
« 
15 novembre 2021
« Voilà maintenant 1,5 mois que mon Papa est hospitalisé aux soins intensifs du CHUV pour un syndrome de Guillain barré… Une paralysie totale de tous les muscles ainsi que du système respiratoire… Je ne sais toujours pas à ce jours s’il y a un lien avec le vac*** Pfizer car aucuns médecins ne se prononces à ce sujet…Mais cela m’interpelle et je ne peux pas m’empêcher d’y penser…
Mon Papa est une personne qui n’avait pas de soucis de santé… Il était heureux, il venait d’être grand-père, son plus grand bonheur était de pouvoir s’occuper de sa petite fille pendant que Maman et Papa allaient travailler…
Malheureusement à ce jours il ne peut ni bouger, ni parler, ni respirer sans aide… 
« 
16 novembre 2021
« Bonsoir à tous et toutes,
J’ai totalement perdu l’audition d’une oreille de manière définitive 8 jours après injection avec PFZR.
« 
17 novembre 2021
« Bonjour,
Vaccinée des deux doses Pf*zer depuis début juillet, j’ai fait un séjour en hôpital de 5 jours début octobre (soit 3 mois pile poil après ma deuxième dose…, hasard?). J’ai bientôt 27 ans, et je n’avais jamais été hospitalisée jusque là.
Grosse frayeur pour ma part, je suis arrivée aux urgences avec de gros problèmes respiratoires (je ne pouvais pas faire 5m sans essayer de reprendre mon souffle, crachais des glaires marron/noir, le moindre effort physique était impossible). Aux urgences, test PCR négatif, puis je passe un scanner TAP: là les médecins ne savent pas, on indique sur le résultat pneumopathie interstitielle ou covid-19. Je suis mise sous oxygène (que je retire de moi-même deux jours plus tard car je n’en ressens pas le besoin). Je suis sous anticoagulants (deux fois par jour; et çaa duré 15 jours après l’hospitalisation) et autres joyeusetés dont je ne me souviens plus les noms, ainsi que fer et vitamines car je suis anémiée. Toute les infirmières avec qui j’ai pu discuter à l’hôpital m’ont affirmé que ce que j’avais était dû au vaccin, aucun médecin ne l’a confirmé (bien qu’une l’ai fortement sous-entendu sans le dire clairement)… 
« 
18 novembre 2021
« Une amie vient de m’annoncer le terrible décès de sa maman. Après vac*** son état mental et physique s’est dégradé en l’espace de 4 semaines. Après autopsie de l’hôpital il s’agirait d’un cas de Creutzfeldt Jakob. Ils lui ont avoué à demi mot que cela provient du vac*** car pas un cas isolé mais ne le feront pas remonter à la pharmacovigilance. « 
22 novembre 2021
« Ce matin ma fille vaccinée va chez le médecin.
Depuis une semaine fièvre et rhume.
Les enfants fièvre, rhume, fatigue, conjonctivite, tympan percé Bronchiolite Otite.
Ma fille otite cinusite.
Le médecin lui avoue que depuis 2 jours les tests PCR que faient faire le médecin aux vaccinés Reviennent tous positifs.
Et moi forte douleurs dans la poitrine, très grande fatigue.
J’ai une neuropathie périphérique du système nerveux central Et mes douleurs sont insupportables .
À quoi sert de se faire vacciner alors que tous les cas en ce moment de ce médecin sont des vaccinés. 
« 
23 novembre 2021
« Bonjour à toutes et tous . Depuis la deuxième dose de P..fiz.r en juillet ma soeur de 46 ans enchaîne les galères. Très malade pendant qq jours après la deuxième. Comme une grosse grippe ( fièvre courbatures maux de tête nausée etc … ). Et puis c’est passé . Mais depuis début octobre, c’est pas là même histoire . Très lourde fatigue, douleurs dans les articulations bras et épaules , la vue qui baisse d’après son ophtalmo, et sommeil pas top d’après ce qu’elle me dit . Je ne suis pas rassuré… Ma mère 66 ans , une super santé , sportive , bonne hygiène de vie , pas de tabac , alcool sans excès . Depuis les Pikouzes, pareil galères sur galères . Glande thyroïde stabilisée qui recommence à deconner , ensuite excema dans la bouche ( elle a jamais eu ça auparavant ) , et en ce moment elle sent de fortes douleurs intestinales… Ça commence à faire bcp pour une personne en EXCELLENTE santé .. Bonne journée à tous .. « 
« Bonsoir,
J ai été vaccinée pour ma derniere dose en août .
Depuis j ai eu des problèmes de contraception avec des règles hypers abondantes (+ d’un mois) croyant que cela provenait de la.pillule ,je l’ai donc changé.
Mais depuis je suis extrêmement fatiguée ,je n arrive pas à remonter la pente,je dors sans cesse pour un oui ou non….
J ai des fourmillements dans les.doigts de ma.main droite que je n avais pas avant, (diagnostic canal carpien )
Et le pire est que je tousse d’une toux sèche sans cesse ,sans raison, sans allergie et surtout sans être asthmatique depuis + de 2 mois cela est monté crechendo…
Pour tenter de me soulager je prends ventoline et becotide à ma propre initiative qui ne font pas grand chose sauf cesser cette toux pdt qqs mins…voir quart d heure….
J ai effectué radio examens … rien….
Je suis exténuée par cette toux sèche incessante…
Je pense aux effets néfastes du vaccin car avant ces injections j ai tjrs eu une santé de fer …
« 
25 novembre 2021
« Bonjour
Je m’occupe de façon psychomotricienne de personnes atteintes d’alzheimer, j’anime des ateliers avec des orthophonistes etc, je ne suis pas va Xx pour info
Depuis août, j’ai constaté que beaucoup de mes patients qui ont fait leur 3ème dose font des avc, hémorragies cérébrales, régressent dans la maladie, et beaucoup de Dc, environ 2 cas graves ou DC par semaine
Il y a 15 jours, une patiente très âgée fait un infarctus durant mon atelier
Je fais le nécessaire (pompiers etc) et lui demande quand elle a vu un médecin ou personnel médical hormis l’infirmière qui vient tous les jours, elle me répond « hier quand j’ai fais ma 3ème dose »
Résultat je ne sais pas si je la reverrais un jour…
Je n’ai pas le droit de parler et personne ne veut faire le lien, mais on pousse ces personnes qui sont déjà très malades vers une très mauvaise porte, alors qu’on sait très bien que sur une pathologie de type alzheimer, ce produit est vraiment mauvais, accélère la maladie et à terme rapide, DC 
« 
26 novembre 2021
« 1er dose. Le 10septembre 2021 moderna
Maux de tête intense puis prise en charge par les pompiers pour oedème de quincke avec crise d asthme .alors que ma dernière crise d asthme remonte a 13ans .
fatigue intense maux de tête à ne plus pouvoir travaille . Je suis sous traitement pour les migraine car sans traitement je ne peux plus travaillé et j ai constamment des fourmis dans les mains .il avait était recommandé de ne pas me faire la deuxième dose mais allergologue et pneumologue voulait me faire des tests .6 novembre test et il m on t fait signe avant le consentement Pour le pfzier .
Il. M on t pique en deux fois migraine immédiate et réduction du champ de vision .
Leur réponse allez voir un neurologue et un ophtalmo .
Du coup les migraines sont tellement intenses que le traitement de la première ne fonctionne qu une fois sur deux .
« 
27 novembre 2021
« J’aimerai vous parler de mon fils Âgé de 21 ans 1 ère injection 12 juillet
2 eme injection 13 août
Par pfizer ou moderna
C’était un jeune homme sportif, svelte, et en parfaite Santé !
En octobre : saignements très importants nez + bouche
Cautériser en urgence
L’orl a dit qu’il avait le nez explosé c’est à dire plein de vaisseaux sanguins explosés.
On découvre une hypertension artérielle Celle ci jusqu’à 20/16 au réveil ! Alors qu’il est sous traitement contre l hyper tension
Rdv en urgence chez un cardiologue
Le cardio ne comprends pas encore pour le moment : batterie d examens à faire !
Le cardio pense qu’il aura son traitement à vie contre l hypertension ! 
« 
29 novembre 2021
« Bonjour J’ai fait une injection pfizer en août suite à celle-ci j’ai commencé à avoir une paralysie (appelle au SMUR passage aux urgences irm ect ) je n’ai pas pu faire ma 2de injection car d’après les médecins c’était du Loto je pouvais être encore plus paralysé mais il ne voulaient pas me faire de contre indication tout ça n est pas très logique du coup j’ai laissé tomber mais bon je me retrouve à devoir payer mes tests PCR pour éviter de me retrouver paralysé encore… j’ai l’impression de marcher sur la tête je ne trouve pas ça normal que faire ? « 
1er décembre 2021
« Notre fils, notre frère, ******* 24 ans, étudiant en 6 ème année de médecine à Nantes, se fait vacciner le 08 mars avec @str@zenec@. La veille de son décès, le 17 mars, il se plaint de douleurs au ventre mais il dit que ce n’est pas grave, pas de quoi s’inquiéter, qu’il a pris un rdv chez le médecin. Il pense à une gastro, ou au stress car il venait de passer un examen blanc. Le lendemain, n’ayant pas de nouvelles malgré nos nombreux appels téléphoniques, je décide d’aller chez lui. En même temps, ses amis en lien avec nous, décident d’appeler les pompiers. J’arrive en même temps qu’eux et je comprend qu’il n’est plus de ce monde. La police est présente ainsi que le médecin légiste. Ils concluent à un décès suspect et émettent des réserves, décidant de pratiquer une auto psie le lendemain.
Les résultats de l’autopsie, ont révélé des tromboses partout, tout les organes vitaux étaient touchés même le cerveau. 
« 
2 décembre 2021
«  * Mon beau frère, AIT 1 mois après 2eme dose Pfizer. Hospitalisation et traitement à vie dorénavant.
* amie de ma mère : polyarthrite rhumatoïde suite 2eme injection Pfizer – plus d’un mois pour retrouver un semblant de mobilité. Traitement à vie dorénavant.
* mon voisin en super santé. 2eme dose Pfizer, 1 semaine au lit à se vider. Doit passer des examens car problèmes hépatiques dorénavant.
* usager de mon taf : 3 heures après 1ère dose moderna, gonflement de la face. Le lendemain appel de son médecin, hospitalisation en urgence, embolie…. sauvé de justesse. Il a 30 ans.
* enfin ma fille de 19 ans : maux de ventre qui la laisse au lit des journées entières.
Céphalées et saignements de nez +++++++ 
« 
3 décembre 2021
«  J’ai fais vacciner mon fils de 14 ans pour qu’il puisse faire du sport essentiellement. Première dose de P le 18 septembre.
Le 20 septembre il a été pris de douleurs aiguës au ventre sensation de ceinture que l’on lui sert autour du bas ventre et coup de poignards se sont ses termes pendant les périodes de crises. Il a passer 9 semaines à l’hôpital avec deux passages en réanimation pour le soulager lors de grosses douleurs( ketamine, Valium et j’en passe…)
Multitude d’examens, irm cérébrale car une perte de sensation côté gauche, 2 scanner abdominal qui montre une thrombose sur la rate, traitement, pour au final 3 semaines après avoir fait une échographie abdominale on dit ce sont des kystes…
Infection pulmonaire..
Fibro et Colioscopie avec des biopsies pour éliminer toutes maladies..
Tous les examens reviennent positifs, il n’y a rien.. pourtant mon fils est tjrs sous morphine depuis le 20/09 et il souffre toujours et surtout la nuit donc difficile d’avoir une vie normale. 
« 
4 décembre 2021
« Une ado de 14 ans, sous pilule (donc règles régulières) a fait ses 2 doses p** en aout et se retrouve maintenant avec des règles chaque semaine. La 1ere dose lui avait déjà causé des problèmes de menstruations…
Une de mes clientes (infirmière) a un collègue qui s’est fait machiner pour le travail. Il a été retrouvé mort quelques jours après chez lui.
Une autre de mes clientes a une nièce, atteinte de mucoviscidose, qui a fait la 1ere inj. Et décédée le jour même, c’était le mois dernier.
Un ami, son père a fait les 2 doses et a constamment des fourmillements au bout des doigts de la main gauche, douleurs dans la tête du côté gauche. Sa femme et lui ont décidé de ne pas faire la 3eme (ils ont entre 50 et 60 ans je ne sais plus exactement).
Un de mes clients, 77 ans, a déjà eu 2 fois le cowid mais il a fait le pf** quand même. Résultat, depuis son injection au mois de juillet, il a des douleurs articulaires un peu partout, qui le réveillent même la nuit très souvent et il a tellement mal qu’il ne peut plus dormir. Du coup il se pose des questions…. 
« 
5 décembre 2021
« Je tiens à témoigner pour relater les effets dont mon épouse a été victime et des symptômes dont je suis victime depuis ma première et seconde injection. Pour mon épouse elle était sens cesse fatigué à ne rien faire de plus qu’à l’habitude, elle vient de décédé le 29 novembre 2021. Pour moi le lendemain de ma première injection j’ai dormis 31 heures et à la seconde 24 heures et en août 2021 j’ai fait 2 comas et ils m’ont réanimé 2 fois moi j’ai survécu, malheureusement mon épouse non, et à chaque fois le diagnostic a été CHOQUE SEPTIQUE, bizarre NON ?« 
6 décembre 2021
« Bonjour, je vous apporte mon témoignage de double vacc à contre coeur…
Dose 1 a contre coeur au tout début de la propagande parce que malheureusement je n’ai eu d’autre choix que de garder mon travail, injection h+1 douleur au cou, migraine. H+3 douleurs au bras et je ne le sent plus, l’IDE me dit que c’est dans la tête tout va bien !!
Dans la nuit réveil en panique ! J’étouffais ! Une énorme compression des côtes, impossible de respirer comme il faut, douleur au bras+++, plus aucun repère espace temp, mon mari me calme et je me rendors.
Le lendemain matin, j’etait un vrais chiffon!! impossible de lever un doigt ! Plus aucune force musculaire, je voyais trouble, hyper chaud et mal à la tête… fatigue intense j’ai dormis 2 jours entiers.
Dose 2, symptômes identiques a l’injection, puis les 3 jours suivant on recommence les meme symptômes que la 1ère dose…
en ajoutant que depuis cette 2ème injection, je suis constamment malade, et très souvent au niveau de la gorge ! Angine, grippe… je l’es enchaine à peine soignée.
Mal de côtes amasser regulier.
je n’ai plus le goût aussi développer qu’avant.
Des migraines se manifestent quasiment tout les jours.
Alors non je ne ferais pas ma 3e dose tout le temps que cela me seras permis… je le suis sentie forcé et je l’ai fait pour subvenir à mes besoin car je n’ai pas le choix. Mais je regrette amèrement.
« 
7 décembre 2021
« Nous sommes en parcours PMA pour essayer d’avoir un 2nd enfant. Lors de nos rendez vous nous avons rencontré plusieurs jeunes femmes 30/35 ans qui n’ont plus de règles, plus d’ovulation, plus de cycle menstruel depuis le vaccin. Elles n’arrivent pas à concevoir …
De mon côté j’ai une personne qui m’est proche en EHPAD. Les 2 doses se sont passées sans aucun effet secondaire.
Elle a cédé à la 3e dose pour pouvoir continuer les activités communes et les repas en collectivité.
Quelques heures après l’a piqûre 40 de fièvre, déshydratation… elle est décédée 48h plus tard.
Les médecins ont dit que c’était un concours de Circonstances car elle était âgée de 92 ans … je n’y crois pas absolument pas, ce serait une sacrée coïncidence … 
« 
« Ma belle-sœur 36 ans avec aucun soucis de santé connu à part sujette à de grosse migraine.
Elle a fait sa 2eme dose de Pfizer le 06/08, les premiers jours pas bien comme beaucoup, Le mardi je passe l’après-midi avec elle, elle avait chaud/froid comme en état de grippe, Le mercredi migraine et règle hémorragique avec 2 jours d’avance, Le jeudi elle se retrouve à terre sans force mon frère revient d’urgence du travail car elle est avec mon filleul de 11 ans et ma nièce de 3 ans. Ces paramètres sont bon mais par sécurité ils l’emmènent à l’hôpital et mon frère doit sonner dans +/- 1h30. Là on lui annonce que son étant s’est dégradé et qu’elle est dans le coma suite à une hémorragie cérébral.
De la nuit de vendredi à samedi, elle décédé SOIT DISANT UNE LEUCÉMIE!! 7 JOURS APRES LA 2EME DOSE!
« 
8 décembre 2021
« Ma fille de 16ans sait fait vacciné (Pfizer 2doses) Sans mon accord.
Déjà je ne sait pas si c’est légal et vers qui je peux me retourné si ce n’est pas le cas. Depuis chaque semaine, elle me fait des déchirures musculaires…2 fois au urgence…mtn je connais la chanson, je n’y vais plu et le soigne moi même ( je suis aide soignante diplômé 2020) et je serai bientôt suspendu car hors de question de faire parti d’une expérience medical par Arnm.
Elle ne dort casi plus, elle a crevé, elle est à bout, elle ce sent oppressé. Pas bien….
« 
« Bonjour, apres la 1ere dose j ai eu des douleur dans tout le corps, de la fievre et un etat fébrile pendant 2 jours. Apres la 2de, j ai eu de la fièvre, de fortes douleurs dans tout le corps, notamment jambes et bras, des maux de tête intenses, un état febrile …et des pétéchies sont apparues sous mes yeux au 3ème jour.
Le medecin a fait mesurer le raux de d-dimeres qui etait a 840 au lieu des 500 maximum. Deux mois apres, a ma demande, il a de nouveau fait mesurer par prise de sang ce taux de d-dimeres …pour verifier qu iks aient redescendus….1300 unités…le taux a encore augmenté…..on n a rien trouvé d anormal au Doppler. Mon medecin ne croit pas qu il y ait de lien avec le vaccin…..
Quoiqu il en soit a 51 ans j etais ménopausée depuis plus d 1 an, dans le mois qui a suivi le vacc et pendant les 3 mois suivants j ai eu des pertes de sang importantes , des regles…ça semble enfin etre rentre dans l ordre…. mais je ne ferai pas la 3ème.
J avais cede a la pression vaccinale pour ne pas perdre mon emploi…croyant au moins que je pourrais travailler jusqu a la retraite…quelquesoient les risques de santé, en croisant les doigts et prenant des compléments alimentaires…
Mais ça n aura pas duré 6 mois…l obligation vaccinale va me faire perdre mon travail, mon seul revenu et équilibre de vie.
J ai abîmé mon corps, ma santé pour finalement devoir refaire une dose ( tous les 6 mois???) ou perdre mon emploi…je regrette de l avoir fait. 
« 
9 décembre 2021
« Bjr voilà je viens vous exposer mon compte rendu du week end.. J ai emmené mon bb 18mois aux urgences pour gastro .. J attends 10h dans l espace attente pour qu on me l’a prenne.. Du coup je discute avec des parents dont 1 papa qui m explique avoir son bb de 1mois 1/2 hospitalisé depuis le 22 novembre pour bronchiolite mais me dit avoir 4enfants et n avoir jamais eu de souci avec les 3 premiers mais que le petit dernier a déjà été hospitalisé à plusieurs reprise pas en bonne santè et me dis que sa femme a reçu l injection pendant sa grossesse et qu il mets donc en doute ce dernier d avoir rendu malade son bb.. Et me dit par la suite que tous les bébés hospitalisé pour bronchiolite en même temps que lui sont des mamans qui ont recu aussi l injection pendant leur grossesse !. ..et bizarrement nous avons 1 grosse épidémie de bronchiolite ces dernière semaine… La pediatre qui m’a pris au bout de 10h d attente ma dit que cette semaine c était comme ça tous les jours qu il n avait jamais été aussi débordé la journée et la nuit… « 
10 décembre 2021
«  Bonjour, j’avais déjà commenté ici en tant que préparatrice en pharmacie la situation que j’observe depuis quelques temps est grave. Les gens sont malades et c’est un constat que nous faisons avec mes collègues et dans d’autres pharmacies, dans d’autres villes! Il y a du monde dans les pharmacies, nous sommes débordés ma patronne a dû embaucher 2 autres personnes car nous n’avons même plus le temps de gérer les réceptions de commandes, au comptoir toute la journée ça n’arrête pas. Des personnes viennent pour prendre la tension, du jamais vu on a des 18, 19 de tension chez des personnes doublement ou triplement injectées ! J’ai 3 personnes qui ont fait un infarctus en direct dans la Pharma qu’on a dû gérer. J’ai de plus en plus d’ordos d’hôpital, post-AVC chez des personnes jeunes! Des jeunes filles qui viennent acheter des tests de grossesse toutes les semaines car ne comprennent plus leur cycle. Des personnes pendant la 3ème d*** qui ont réagit se sont senties mal… mais les gens continuent de courir au V***** !!! « 
11 décembre 2021
« Voilà mon expérience:
1) mon cousin de 18 ans après la première dose pfiser, arrêt cardiaque et repris par DEA. 2) mon oncle après la deuxième dose il a eu des cailloux qui l ont entubé en réa et après 2 semaines il est mort.
3) ma cousine de 50 ans est morte après la deuxième injection dans le sommeil.
Je m’arrête là, sinon je veux vous donner trop, mais en tout cas dans la cause du décès « arrêt cardio~circulatoire! »
Perso je suis pro vaccin, j ai aussi fait mon vaccin de la grippe saisonnière, ainsi que tous les vaccins qui existent au monde (HAV, HBV, HPV, pneumo 23, est etc etc), mais je suis pas pour ce vaccin qui ne respecte pas le protocole du vaccin tel qu il était a l origine. Donc non merci. 
« 
12 décembre 2021
« Mon médecin généraliste. Deuxième piqûre de rappel. Il se réveille un matin, totalement aveugle de l’œil droit. Arrête les consultations pour consulter un ophtalmo en urgence. L’ophtalmo lui fait une petite batterie de test, ne comprends pas et lui dit que ça vient du vaccin. Il prend rdv à Montpellier chez un professeur en ophtalmo, dans la salle d’attente un cardio comme lui à moitié aveugle et une neurologue avec perte de mémoire. Tout ce petit monde a été vacciné et a subi la deuxième dose.« 
13 décembre 2021
« Mon oncle de 61 ans à eu sa dernière dose de vaccin fin octobre, la Première quinzaine de novembre divers petits symptômes types fourmillements dans les gens ,sensations de fatigue . Mais mon oncle n’étant pas trop chaud pour aller au médecin pensait que ça passerai comme lui avait dit le vaccinateur, les effets secondaires sont bénin et passent vite!! Mais voilà la perte de sensation dans les jambes s’aggrave , il ne se sens plus uriné mais ne se plaint pas . Ma cousine le voyant décliner ,plus d’appétit ne mange plus, ne fume plus du jour au lendemain, décidé de l’emmener au urgent . Il y rentre le 8 décembre , diagnostic insuffisance rénale des deux reins,direction service intensif. Le 9 les dialyses ne fonctionnent pas, hypothermie sévère , difficultés à respirer, placé dans le coma.on annonce une septicémie . Le 10 intubation on dit si il passe 4 jours il a peut être une chance. IRM scanner…. Le 12 décembre ses reins refonctionne il se stabilise mais son colon est hyper gonflé et les médecins n’ont jamais vu ça , il disent qu’ils comprennent pas ce qui ce passe et ce qu’il a . Aujourd’hui il est toujours en réanimation et on en sait pas plus. « 
14 décembre 2021
«  Bonjour à tous je suis dégoûtée … plein d’effets secondaires autour de moi ..ma tante : perte de la vue d’un seul coup après la 2 e .. le fils d’une amie 33 ans péricardite il a faillit mourir ma filleule fausse couche et maintenant plus ses règles … ma meilleure amie des boutons sur le visage et ma mère aussi mon beau-père caillot dans les poumons .. et j’en passe ..« 
15 décembre 2021
« En une semaine :
Une grande amie. Trois injections. Ce matin ablation du sein, cancer apparu d’un coup. 51 ans.
Une autre, prof de fitness. Elle se pointe pour donner son cours. Boutique fermée. Le patron est mort la veille au soir, crise cardiaque. 37 ans.
Ce matin, une de mes clientes. Deux injections. Terrible mal de dos (infiltrations, kiné, médoc) ET n’a plus ses règles depuis la 2ème. 42 ans. Son médecin lui a dit qu’il n’y a pas de lien…
« 
16 décembre 2021
« 14 jours après ma deuxième dose pfizer au bout de 3 mn de match lors d’une compétition de tennis , douleur à la poitrine et difficultés à respirer. Le 9 octobre , dans la nuit , infarctus et sauvé miraculeusement car j’ai téléphoné très vite au samu et l’hôpital à 300m , le centre de coronarographie disponible à pu me sauver en enlevant le caillot qui s’était formé dans l’artère coronaire. Pas de séquelles, ouf !
Je me remets tranquillement.
Dans mon club de tennis d’autres joueurs ont eu des problèmes cardiaques 15 jours après leur deuxième dose , et ni moi et mes connaissances avaient eu des problèmes cardiaques avant.
« 
17 décembre 2021
« J’ai développé un zona très douloureux suite aux deux premières injections de Pfizer ( mai et juin ), suivies du vaccin anti grippe début décembre… J’ai annulé mon rendez vous du 16 décembre pour la troisième injection et je ne ferai pas ce rappel !!!« 
18 décembre 2021
« Une amie de ma cousine s’est faite Vac***** il y a quelques mois. Tout se passe bien jusqu’au jour au volant de sa voiture, elle s’est sentie très mal. Elle avait des vertiges. Elle a eu le temps de se garer rapidement sur le bas côté avant de perdre connaissance. Une fois éveillée, elle n’avait aucune idée depuis combien de temps elle s’était évanouie. Elle était complètement perdue et désorientée.
Deux autres personnes ont perdues connaissance mais ont eu également des problèmes au coeur. Ma cousine qui est également coiffeuse parle souvent à ses clientes qui lui confient des choses terribles sur les effets secondaires suite au vac*** (pertes de cheveux, vertiges, perte d’équilibre, de mémoires, irruption cutanée et fausses couches) 
« 
19 décembre 2021
« Bonjour. J’ai eu 2 cas autour de moi d’infection dentaire nécessitant une hospitalisation et qui aurait pu être mortelle, suite au vax 3e dose. « 
20 décembre 2021
« 2 doses vaccin , 2 mois après 2 ème dose problèmes essouflement, fatigué extrême et problèmes cardiaques je ne sais même plus marcher plus de 15 minutes. « 
21 décembre 2021
« Je suis tatoueur et ce que je vois ne me plait pas du tout, je signale que j‘ai 25 ans de métier donc je ne suis pas un débutant, je suis formateur agréé donc je sais de quoi je parle aussi au niveau de la peau.
Depuis quelques mois, nous nous rendons compte que les gens vaccinés réagissent bizarrement lors des séances : la peau des personnes vaccinés ne perle plus du tout (léger saignement normal lors d’une effraction cutanée) nous notons aussi que les rougeurs et les gonflements sont presque inexistants. Certes ce n’est spécialement dérangeant pour notre métier (pour le moment) mais c’est très alarmant tout ça. Il y a bien une modification au niveau du sang, la peau ne se défend plus !
Avant l’été c’était quelques cas mais on ne prêtait pas grande attention car ça peux arriver oui , mais depuis le gros rush des vaccinations c’est vraiment tout le monde. C’est simple : en 20/30 min nous pouvons vous dire si vous avez été vaxx ou non, juste en regardant comment la peau se comporte.
A l’heure d’aujourd’hui bcp de confrères se rendent compte aussi qu’il y a un gros problème.
Ceci va t’il passer je ne sais pas, mais plus de 5/6 mois après les 2 doses les patients ont la peau qui ne réagit toujours pas normalement.
J’ai interpelé du monde dans le milieu médical, et on me confirme bien que ça joue sur le sang.
Certaines infirmières remontent aussi que le sang bouche souvent les cathés lors des prises de sang tellement c’est épais. Ces soucis ne sont même plus remontés sur leurs sites de problèmes car c’est tout les jours… 
« 
22 décembre 2021
« Après 3e dose : J’ai eu affreusement mal dans la nuit de samedi à dimanche .( depuis la nuit de jeudi en fait donc deux jours après l’injection ) donc á 5h45 je n’ arrive pas à joindre le sos medecin saturé , mon fils a juste pu joindre le samu qui est arrivé à 7h15 .j ai eu des malaises et tremblements.ils m ont emmené aux urgences . J’ai été prise en charge dans le quart d heure tension température .prise de sang .puis pour finir échographie Du Coeur. Je pensais que c’était le traitement anticoagulant donné le jeudi pour la trombose pulmonaire Eliquis 10mg ..( il me repond y a aucuns effets indésirable bizarre ) puis je lui dis que j’ai eu ma 3eme injection vaccin Covid .. »il me répond fallait commencer par me dire ça!!!… vous avez fait une réaction à #Pfizer va falloir plusieurs jours pour reprendre des forces , vous ne dormez pas donc vous avez les effets secondaires vous devez manger et dormir » aux urgences ils ont tous ete gentils avec moi . J’étais épuisée . Je prends des cachets pour dormir.« 
23 décembre 2021
« Bonjour, j’ai dû, pour garder mon emploi faire le va**in (pf***). Pour les deux premières injections, j’ai eu des énormes douleurs à la poitrine au point de ne plus pouvoir porter de soutien-gorge pendant deux semaines à chaque va**ination.
Bien sûr mon médecin pro vaccin n’a pas voulu m’écouter, j’ai du en voir un autre pour attester et signaler que mon effet plus qu’indésirable était dû à celui ci…
Ma dernière vaccination pour ma deuxième dose, A eu lieu en août… Depuis j’ai régulièrement mal au seins j’ai eu deux fois des règles de 20 jours et maintenant je n’ai plus de vrais règles… 
« 
24 décembre 2021
«  Un ami 60 ans pile, ex Gendarme, vie saine sans fumer ni alcool, sportif. Après sa seconde injection de Pf…., douleur stomacale durant 3 jours. N’a pas souhaité consulter un médecin, en pensant que la douleur à l’estomac allait passer. Il décèdera d’un arrêt cardiaque durant son sommeil… « 
26 décembre 2021
« Bonjour . Ma grand mère et mon cousin ont eu leurs troisième doses . Les deux ont un ganglion dans la gorge .
Mon cousin a été voir le médecin et celui ci lui a confirmé que c était dut a cette 3 ème dose ..
« 
27 décembre 2021
« Première dose de l’injection moderne le 20 août RAS malgré une légère douleur au bras injecté pendant 2 jours. Deuxième dose de moderna le 10 septembre. Ras en effets immediats.
Depuis ma deuxième dose, je suis réglée tous les 15 jours, abondamment, je suis victime de violentes céphalées, je suis asthénique ++, très nerveuse, et je chope tout ce qui passe même le VRS de mon fils …! syndrome du canal carpien bilatéral également vertiges constants… 
« 
28 décembre 2021
« Bonjour, vaccinée moderna les 2 doses dont la 2eme le 8 octobre. J’ai attrapé le covid delta début novembre le 6 déclarée positive. Déjà les deux doses m’avaient rendue fatiguée comme jamais, mais sinon a part la douleur au bras concerné pendant 2 jours, rien d’autres à signaler. Comme le covid est arrivé rapidement après je ne sais pas si c’est le vaccin ou le covid mais je suis très fatiguée, et là j’ai des restes de covid je tousse par moments comme une tuberculeuse, j’ai une douleur dans la poitrine, je suis essoufflée à rien faire. L’odorat et le goût vont et viennent encore à ce jour, ça fait bizarre. Et je chope tout ce qui traîne, gros rhume dernièrement.« 
29 décembre 2021
« Suite à ma première dose, J’ai eu une allergie aux yeux et une grande fatigue durant au moins une semaine.
Dès la 2eme dose, de nouveau allergie aux yeux et au bout de 6 jours, un zona important s’est déclaré dans le dos et sur mon côté. Je reste dans l’inquiétude quant à la 3eme au vu de cette amplification d’effets à chaque dose.
« 
30 décembre 2021
« Vaccinée deux doses, covid + le 9/12, et la j’ai perdu la sensibilité totale de ma cuisse et la hanche.
Direction médecin, elle pensait à un nerf coincé, j’ai passé un scanner.
Finalement ce matin des grappes de boutons sont sorties : zona.
Elle m’a dit que c’était un effet secondaire fréquent de la vaxx, et que mon système immunitaire était affaibli donc compléments ++.
« 
31 décembre 2021
« Mon conjoint, 32 ans en Octobre dernier, reçu sa première dose en juin, deuxième Juillet. Aucun problème de santé à part TDA. Depuis Septembre, toujours fatigué, très irritable. Il a souvent des pertes de mémoires, est beaucoup plus lent qu’avant pour l’exécution de tâche simple et se cherche beaucoup quand il doit faire quelque chose… Très bonne forme physique, il est paysagiste et déneigeur. Je ne reconnaît plus du tout mon mari..« 
1er janvier 2022
« Ce matin… Enterrement de ma voisine… 84 ans.. Une semaine après sa troisième dose… Elle était belle, en pleine forme… Indépendante..
Son mari mort en septembre, un mois après sa deuxième dose… Zona géant, impossible de marcher.. Perte de l’appétit et du sommeil… C’est lui qui me disait que depuis sa dose, il se sentais très mal.. Il était dèg car savait que ça venait du vax..
Un couple magnifique.. En forme… Jusqu’à ce que…Poussés à la vax par leurs enfants..
« 
2 janvier 2022
« Bonjour à tous, j apporte mon témoignage car aujourd’hui mon voisin proche sera incinéré, il avait 50 ans…. son état de santé était convenable, je m explique il était en rémission d un cancer depuis 4 ans et avait vu son cancérologue au mois de septembre…nickel. bref .. LA PEUR …aura fait son effet cette fois ci encore…. pas la peur de la maladie…il ne voulait pas se faire vacciné..mais on lui avait mit dans la tête que de toute façon si il ne passait pas par la case vaccin, il ne pourrait bientôt plus aller faire ses courses à carrefour market… la blague…. donc panique à bord ===))) 1 er dose faite dans la foulée. Dans les 10 jours suivant problèmes cardiaque, 3 h du mat , ambulance hosto pour 4 semaines…. il est sorti avec un régime sans sel, des bas de contention , des cachets et….là seconde dose … bien entendu l histoire de son retour domicile n a pas duré…retour hosto et 4 semaines après il en ait sorti dans un sac noir. Bref , 3 jours avant de mourir il m a dit, je sais que c est ce vaccin, faudra que tu m aide pour faire un dossier, la quand je parle de ça, on me prends pour un fou et j ai peur qu on me soigne pas…. mon cancer est revenu aussi… on prévoit de la chimio. Malheureusement l embolie pulmonaire aura eu raison de lui….. « 
3 janvier 2022
« Bonsoir pour moi c est une fibromyalgie que j ai depuis très longtemps et mon traitement m aide à avoir moins de crise mais depuis le premier vaccin j ai commencé par maigrir j ai perdu en tout 12 kilos la deuxième injections m’a donné beaucoup de palpitations au coeur et la troisième la c est des fatigué intense mais limite insurmontable j espère que ça passera avec le temps mais au fond de moi je suis sûr que cela vient du vaccin car tout ses enchaîner 5 jours après ma première injection « 
« Bonjour a tous….je ne sais pas si il y a un rapport,mais ma sœur, injectée 3 doses à déclenché un cancer du sein et des taches noirs derrière l œil….actuellement, ma fille injectée 2 doses….opérée de la vesicule il y a 2 semaines est actuellement aux urgences pour douleurs (comme un point de cote) depuis deux jours….Je vous avoue que je suis terrorisée et très en colère…« 
« Bonjour ! 1 ère dose tout c’est bien passé sauf que quelque jours après, j’ai ressenti de la fatigue, des problèmes de crampes dans les jambe et articulations, chose que je n’ai jamais eu avant étant un grand sportif.
Après ma mauvaise réaction a la 2 ème dose ou j’ai faillis y rester, je ne pouvais plus courir. Et la fatigue persiste , après quelque effort je dois m allonger pour reposer mes jambes. Des examens ont été fait, analyses sanguines, rien trouvé, mes artères et veines sont seins.
« 
4 janvier 2022
«  J’avais déjà écrit cette été, mon mari a fait une belle réaction allergique au va….. Depuis, il choppe tous ce qui traîne évidemment…..
Il a 34 ans, et il tombe malade 1 semaine tous les 2 ans en général.
Et la depuis septembre c’est la 4eme foix.
Bref, il termine l’année mourant dans le lit positif à la cov….
Le seul piquer de la maison, c’est à mourir de rire …. 
« 
5 janvier 2022
« Bonjour je sais pas si sa à avoir avec la 3eme dose qui a été faite le 21 décembre mais depuis mal de tête tout les jours. Fatiguée +++.« 
6 janvier 2022
« Ma sœur est décédée après plusieurs mois de réa. Elle est tombée quelques heures après l’injection (anévrisme, plusieurs AVC et arrêt cardiaque pendant le transport à l’hôpital). Pas de recours possibles car elle avait eu antérieurement un anévrisme. Réponse du médecin par en regard du lien avec l’injection: « on n’a pas de recul »« 
7 janvier 2022
« J’ai eu le covid en mai 2020 avec pneumonie aux poumons ainsi que infiltras. J’ai fait sur conseil de mon médecin une dose moderna en septembre 2021 et depuis je vis un calvaire. Perycardite, oppression thoracique, étourdissements au moindre effort et rythme cardiaque irrégulier. Sa fait 3 mois bientôt 4 et sa ne passe pas..« 
8 janvier 2022
«  Pour ma part, 1er dose le 5 juillet, grosse fatigue.. Le 11 juillet forte céphalée.. Urgence et la on m’annonce un anévrisme cérébral… Embolisation cérébral en septembre et deux avc transitoire… J’ai dis non a la deuxième doses.. Je resterai a vie sous kardegic… Cause au Vaccin pas vaccin je ne le saurai jamais « 

Outre ces très nombreux témoignages d’anonymes qui ne sont quasiment jamais relayés par les grands médias, de nombreux soignants commencent à s’exprimer malgré les pressions et les risques pour leur situation professionnelle et personnelle. En France, des soignants sont arrêtés et placés en garde à vue pour leurs propos anti-vaccin COVID ou les soins précocent qu’ils appliquent, rappelant les périodes obscurantistes de l’histoire.

Une infirmière en France se questionne fin août 2021 sur l’absence de prise en compte des nombreux effets secondaires sur des personnes en très bonne santé.

Le Pr. Perronne, médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français dont les travaux sur les maladies infectieuses sont reconnus, a été démis de ses fonctions à l’APHP et sa page Facebook supprimée pour avoir critiqué la gestion de la crise sanitaire. Il s’exprime ici le 25 novembre 2021 lors du Conseil Scientifique Indépendant.

« Cette mortalité vaccinale (qui n’est que la pointe émergée de l’iceberg des effets indésirables graves) est donc inédite, elle est particulièrement grave et sa dissimulation l’est plus encore. Soyons clair : dissimuler d’une façon ou d’une autre un tel danger est tout simplement criminel vis-à-vis de la population. Même réduite à ses plus élémentaires principes de déontologie (primum non nocere), l’approche de cette question en termes de santé publique devrait conduire à suspendre d’urgence la campagne vaccinale, à étudier beaucoup plus en détail les données de cette pharmacovigilance (en particulier selon les classes d’âge et en fonction des différents facteurs de risque) et, au terme d’une analyse bénéfices/risques méticuleuse, à déterminer à quelles catégories bien précises de la population il est possible de proposer la vaccination sans risque que les effets secondaires graves soient plus nombreux que les formes graves de la Covid dont elle est censée les protéger. Tout autre approche ne relève pas de la santé publique mais de postures idéologiques ou d’un marketing commercial. » déclarent également plusieurs chercheurs français dans un article publié dans REINFOCOVID.

COVID-19-image
Illustration du coronavirus COVID-19
Auteur : Fusion Medical Animation / Unsplash – Licence : DR

« Vaccins » anti-COVID : 150 000 morts aux Etats-unis ?

C’est aux Etats-Unis que la base de données de pharmacovigilance (VAERS) est la plus transparente et exploitable. Au 30 décembre 2021 plus de 20 600 décès y étaient reportés et plus de 32 000 personnes invalides à vie (dont des enfants aveugles ou sourds) suite à la « vaccination » anti-COVID. Là aussi c’est du jamais vu dans l’histoire des effets indésirables des médicaments et vaccins aux Etats-Unis !

VAERS-deces-USA-1990-2021
Nombre de décès enregistrés aux USA dans la base de données VAERS suite à la vaccination (tous vaccins confondus) de 1990 au 17 décembre 2021. L’excès de mortalité en 2021 en pleine période de vaccination contre la COVID-19 est édifiante.
Crédit : VAERS – Licence : CC0

Mais ce n’est sans doute qu’une estimation très insuffisante des dégâts engendrés : Steve Kirsch, directeur exécutif du COVID-19 Early Treatment Fund a rassemblé 19 médecins et scientifiques renommés pour évaluer les conséquences de ces « vaccins » aux Etats-Unis à l’aide de données officielles disponibles dans le monde. Ils ont publié leurs résultats et leurs questionnements sur le site de la Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Leur conclusion est, là aussi, alarmante : « nous avons trouvé des preuves qui démontrent clairement que les vaccins actuels sont nettement plus dangereux qu’on ne le croyait auparavant« 

Le Dr. Robert Malone, inventeur de la vaccination via ARNm fait partie de ces 19 personnalités scientifiques. Il a immédiatement reconnu les dangers des vaccins lorsque les données de biodistribution dans l’organisme ont été publiées. C’est l’une des premières personnes qui a alerté le monde sur les dangers de ces « vaccins ».

Leur analyse, qui mérite d’être lue, montre une réalité qui ne correspond pas du tout aux messages rassurants martelés par les laboratoires pharmaceutiques fabricants, une majorité des politiques au pouvoir et de nombreux journalistes :

  • aucun « vaccin » anti-COVID ne réduit la morbidité toutes causes confondues et c’est même le contraire qui se produit : ils ont considérablement augmenté la morbidité (de 1,5 à 4,2 fois plus).
  • Ils estiment qu’environ 150 000 Américains seraient déjà morts des suites de la « vaccination » en 2021, alors que 845 000 personnes seraient mortes des suites de la COVID aux USA depuis début 2020.

Ces estimations alarmantes sont étayées par des analyses scientifiques à partir de plusieurs méthodes indépendantes. Les scientifiques sont formels : « Il y a eu une augmentation spectaculaire du nombre d’événements indésirables graves et de décès signalé au VAERS. Ce rapport fournit des preuves solides que l’augmentation n’est pas due principalement à une augmentation du nombre de vaccinations administrées, ni à des déclarations exagérées. Après avoir pris en compte le nombre de doses de vaccin, le taux de déclaration des décès suite aux vaccins COVID-19 est 30 fois plus élevé que le taux de déclaration pour tous les vaccins combinés de 2010-2020. De plus, le taux de déclaration des événements graves et décès par dose de vaccin est significativement plus élevé pour les vaccins COVID-19 que pour les vaccins de la grippe depuis 2015, atteignant jusqu’à 98 fois le taux de déclaration de décès et 370 fois le taux de déclaration de coagulopathie chez les 65 ans et plus. »

Vu ces nouvelles données sur les conséquences tragiques de la « vaccination » massive, les auteurs de cette étude demandent, comme tant d’autres médecins et chercheurs, l’arrêt immédiat de la vaccination, notamment chez les personnes de moins de 50 ans. Un cri d’alarme d’autant plus audible qu’il existe des traitements efficaces et peu coûteux.

Et pourtant, la CDC affirme sur son site web : « Les vaccins contre la COVID-19 sont sûrs et efficaces »…

Le malaise est perceptible aux Etats-Unis puisque Marion Gruber, directrice de l’agence de recherche et d’avis sur la vaccination de la FDA et Phil Krause, directeur adjoint de la FDA (Food and Drug Administration) ont présenté leurs démissions le 31 août 2021, au moment où l’administration Biden préconise une 3e dose, appelée « booster shot » aux américains et qu’il serait même prévu que les américains prennent une dose tous les 5 mois ! En effet la FDA n’avait pas fini d’auditer l’ensemble « vaccins » et juge la troisième vague de vaccination prématurée…

Deborah Conrad, assistante d’un médecin hospitalier (USA) en première ligne de la pandémie, alerte sur l’absence de remontée des effets indésirables suite à la « vaccination » et la pression de sa hiérarchie pour masquer les faits et faire dire que les « vaccins » sont sûrs. Voir la version longue (en anglais)

Il n’empêche, en France, le 2 septembre 2021, les Sénateurs socialistes ont déposé une proposition de loi pour imposer la vaccination obligatoire contre la COVID pour toutes et tous… Rejetée à une forte majorité le 13 octobre 2021.
Déjà en Australie comme en Italie, la vaccination est devenue une obligation pour travailler et provoque des manifestations régulières violemment réprimées.

Synthèse du nombre de décès suite à la vaccination anti-COVID

Nombre de cas de décès officiels enregistrés par les systèmes de pharmacovigilance suite à la vaccination anti-COVID, du début des campagnes de vaccination jusqu’au 28 décembre 2021.
* Le total n’inclut pas la France qui est déjà comptée dans l’UE.
Pays ou régionNombre de morts suite vaccination anti-COVIDSource
Etats-Unis20 622VAERS
Union Européenne36 627EudraVigilance
Grande-Bretagne1 889Yello Card
France1 512*ANSM
Australie717Database of Adverse Event Notifications
Taiwan865nd
Total décès60 720 

Selon les données officielles que nous avons synthétisées sur seulement quelques pays, les « vaccins » ont vraisemblablement entraîné la mort de plus de 60 000 personnes, ce qui est inédit dans l’histoire des médicaments. Si l’on considère que seulement 10% des cas sont enregistrés et que nous n’avons pas toutes les données des pays qui vaccinent, cela pourrait donc être bien davantage à l’échelle mondiale…

Les « vaccins » anti-COVID sont-ils vraiment efficaces ?

Notre alerte sur les effets délétères des « vaccins » sur les populations jeunes et en bonne santé ne doit pas masquer leurs bénéfices sur les populations âgées et à risque, principalement pour les premières souches du SARS-CoV-2.

En effet, une récente étude publiée dans The Lancet d’après des données recueillies (du 8 décembre 2020 au 4 juillet 2021) via une application smartphone chez les britanniques suggère que la vaccination (par rapport à l’absence de vaccination) était associée à une probabilité réduite d’hospitalisation ou d’avoir plus de 5 symptômes pendant la première semaine de maladie après la première ou la deuxième dose, et d’avoir des symptômes de longue durée (≥ 28 jours) après la deuxième dose. De plus, presque tous les symptômes ont été signalés moins fréquemment chez les personnes vaccinées infectées que chez les personnes infectées non-vaccinées, et les participants vaccinés étaient plus susceptibles d’être complètement asymptomatiques, surtout s’ils avaient 60 ans ou plus.

Cependant, les données britanniques (Briefing #24 du 18 octobre 2021 au 14 novembre 2021, montrent que 78,2 % des personnes mortes suite au variant Delta étaient doublement vaccinées… Cela pourrait s’expliquer par le variant delta qui échappe en grande partie aux « vaccins » actuels.
Le conseiller scientifique en chef du gouvernement anglais Sir Patrick John Thompson Vallance confirmait dans une allocution télévisée du 4 septembre 2021 que 60 % des personnes admises à l’hôpital pour COVID avaient eu leur 2 doses de vaccins.

Jean-Marc Sabatier, Directeur de recherches au CNRS et Docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, confirme cette tendance : « Il a été récemment mis en évidence une proportion anormalement élevée de personnes vaccinées contre SARS-CoV-2 présentant des formes plus graves de la Covid-19, que lors d’une infection virale de personnes non vaccinées. » dans une interview publiée sur idj.

Israël est souvent cité car il fut un des premiers pays à se vacciner et au 25 novembre 2021, 62 % de sa population avait reçu deux doses de « vaccin » (70 % en France). Et pourtant, le pays a connu une 4e vague très forte avec un nombre de cas jamais atteint (+ 20 500 le 01/09/2021 ainsi qu’un grand nombre d’hospitalisations et de morts), curieusement au moment où la 3e dose devenait obligatoire…
Un article publié dans Science mi-août 2021 indiquait que « près de 60 % des patients gravement malades sont entièrement vaccinés ». Quand certains y voient un échec de la stratégie de vaccination, le Professeur Salman Zarka, en charge de la lutte contre le coronavirus en Israël, a appelé le 4 septembre 2021, sur la radio publique Kan, à se préparer à l’administration d’une 4e dose de vaccin contre la Covid-19.

En France, les autorités ont martelé pendant des mois que 85% des personnes hospitalisées pour COVID n’étaient pas « vaccinées », une exception mondiale qui s’expliquerait par un cafouillage sur le croisement des bases de données françaises ou sur une méthodologie statistique favorable au discours ambiant.
Mi-décembre 2021, des statistiques plus cohérentes avec le reste du monde tombaient : parmi les personnes hospitalisées testées positives au Covid-19, 64,2% étaient « vaccinées » contre 35,8% de « non-vaccinées », selon la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES).

Selon le rapport publié le 11/10/2021 par l’organisme d’Etat EPI-PHARE, les personnes « vaccinées » de 50 à 74 ans ont un risque d’hospitalisation de 0,005 % tandis que les non vaccinées ont un risque de 0,048 %. Un bénéfice extrêmement faible eu égard à un risque qui l’est également. Bénéfice qui est sans doute perdu avec les nombreux effets indésirables graves de la vaccination (non pris en compte dans ce rapport).

Autre pays intéressant : la Suède. Si 76 % de la population a eu au moins une dose de « vaccin » (73% une dose), il y a très peu de morts depuis mi-2021 alors que les principales mesures de restrictions ont été levées le 15 juillet 2021 et que le masque n’est pas obligatoire.

Mentionnons les pays africains qui restent très peu affectés par la mortalité dû au COVID-19 et qui pourtant n’ont pas accès aux « vaccins », mais qui, eux, ont le droit de traiter leurs patients…

mortalite-COVID-Afrique-Europe
Nombre de morts attribués à la COVID par million de personnes : comparaison entre quelques continents. L’Afrique a très peu de vaccinés (10 %) comparativement à l’Asie (57 %), l’Amérique du Nord (58 %), l’Europe (61 %) et l’Amérique du Sud (64 %). Il n’y a que dans certains Etats d’Europe (comme en France) et des USA que les traitements précoces contre la COVID-19 sont interdits.
Crédit : Our world in Data – Licence : CC BY

Ce qui est maintenant certain, c’est que les « vaccins » n’empêchent absolument pas d’être contaminé et contagieux (Anika Singanayagam et al. – The Lancet Infectious Deseases, 10/2021), « les vaccins sauvent des vies mais ils ne previennent pas tellement la transmission (…) Si vous êtes vaccinés, vous risquez tout de même de contracter la maladie » déclarait le Directeur Général de l’OMS dans une conférence de presse, le 23 novembre 2021.

Ce qui pose un énorme problème de santé publique et rend contre-productif le « pass sanitaire » imposé notamment en France : les personnes vaccinées – qui peuvent être malades sans le savoir puisqu’elles ne sont pas soumises aux tests – peuvent se rassembler alors qu’elles sont aussi contaminantes que les non-vaccinés ! Cela peut engendrer des contaminations importantes notamment chez les soignants et les malades.
« Compte tenu de la transmissibilité et de la contagiosité du variant Delta et de l’efficacité réduite des vaccins contre l’infection par ce variant, le SARS-CoV-2 peut continuer à générer une charge importante sur les systèmes de santé en l’absence de mesures d’atténuation, même avec une couverture vaccinale élevée. » indiquent des chercheurs de l’Institut Pasteur dans une étude publiée le 6 septembre 2021.

De plus en plus d’études confirment l’évidence, comme celle publiée dans Science le 4 novembre 2021 : 780 000 retraités de la Health Administration ont été suivis aux Etats-Unis de février à octobre 2021. Les résultats sont sans appel : la prétendue protection vaccinale est passée en moyenne de 87,9 % à 48,1 % sur cette période :

« Vaccin »Protection en février 2021Protection en octobre 2021
Janssen (Johnson & Johnson)86,4 %13,1 %
Pfizer BioNTech86,9 %43,3 %
Moderna89,2 %58 %

Notons la conclusion de cette étude qui préconise des boosters (davantage de doses de « vaccins ») alors que cette stratégie est délétère et inefficace comme en témoignent les résultats catastrophiques en Israël qui se pose des questions sur la 4e dose prévue.

Le vaccinologue belge Geert Vanden Bossche explique pourquoi la stratégie vaccinale massive est contre-productive et pourquoi il n’y a aucun intérêt à vacciner les enfants.

La vaccination de masse a tendance à augmenter les cas de COVID

Dans les faits, plus la population est vaccinée et plus il y a de personnes infectées par la COVID. C’est que montre une analyse statistique sur 68 pays publiée dans European Journal of Epidemiology le 30/09/2021.

Par exemple, Israël, avec plus de 65 % de sa population entièrement vaccinée, a enregistré les cas de COVID-19 les plus élevés pour 1 million de personnes au cours des 7 derniers jours. L’absence d’association significative entre le pourcentage de population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 est encore illustrée, par exemple, par la comparaison de l’Islande et du Portugal. Les deux pays ont plus de 75 % de leur population entièrement vaccinée et ont plus de cas de COVID-19 pour 1 million d’habitants que des pays comme le Vietnam et l’Afrique du Sud qui ont environ 10 % de leur population entièrement vaccinée.

Courbes du nombre de décès imputés à la COVID-19 et moment où la « vaccination » de masse a été mise en place. Ces données n’invitent pas à considérer les « vaccins » comme efficaces, bien au contraire.

Quand la vaccination massive favorise l’émergence de variants

De plus en plus de chercheurs admettent que la stratégie vaccinale massive actuelle comme sortie de crise est un leurre : « L’idée qu’il y a derrière tout ça, c’est de forcer les gens à se faire vacciner comme si la vaccination était une sorte de talisman contre la maladie. Et bien ça c’est faux ! » déclarait sur CNEWS le 3 juillet 2021, le Pr P. Poindron, virologue.
Même son de cloche du côté de l’Institut Pasteur par la voix du Pr F. Tangy, responsable du laboratoire d’innovation vaccinale : « On sait que vacciner de plus en plus de monde va probablement faire naître d’autres variants résistants aux réponses immunitaires » (interview donnée sur LCI le 9 septembre 2021).

Comment peut-on expliquer cela ? Lorsqu’une niche écologique est inoccupée, elle est rapidement investie. Si les « vaccins » ont peut-être permis de lutter efficacement contre les premières souches du SARS-CoV-2, ils ont aussi permis aux variants de s’imposer pour les remplacer. Combattre des variants sucessifs par des « vaccins » mis à jour et une course perdue d’avance et potentiellement dangereuse. En effet, si le variant Delta actuel est plus contagieux que les premières souches, il est moins pathogène et n’affecte quasiment pas les personnes encore jeunes et en bonne santé, c’est une chance ! Les virologues craignent que notre combat contre les variants via des mises à jour des « vaccins » ne favorise l’émergence d’un variant beaucoup plus mortel qui toucherait toutes les tranches d’âges.

L’immunité naturelle, qui passe par les populations jeunes et en bonne santé et donc une chance formidable qu’il ne faudrait pas contrarier pour qu’elle profite à toute la population. Outre les conséquences graves de la vaccination chez les jeunes, elle est encore ici, contre-productive et dangereuse. Par contre, les personnes âgées et ou à risque devraient être particulièrement surveillées.

« Lorsqu’on va faire des rappels vaccinaux multiples (troisième, quatrième, voire cinquième injection, etc.), le rapport bénéfice/risque de la vaccination va être de plus en plus défavorable. À vouloir trop protéger en faisant produire des anticorps neutralisants, finalement, on fait l’inverse. On va donc augmenter la proportion d’anticorps facilitants par rapport aux anticorps neutralisants. Nous n’aurons plus de protection vaccinale, mais au contraire une facilitation vaccinale, avec une infection cellulaire facilitée. Ainsi, les personnes qui seront infectées par les nouveaux variants pourront faire des formes plus sévères que si elles n’étaient pas vaccinées. » (Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS et docteur en biologie cellulaire et microbiologie dans une interview donnée à France Soir le 29/12/2021.)

Pourquoi les « vaccins » à ARNm sont-ils dangereux pour la santé ?

Des médecins et juristes allemands s’interrogent sur les analyses de sang des personnes qui viennent d’être vaccinées par des vaccins anti-COVID à ARNm.

Plusieurs mécanismes sont évoqués par les chercheurs et médecins pour expliquer cette mortalité et ces cas graves inédits, d’autant plus sur des personnes en parfaite santé. En voici quelques uns :

Les « vaccins » à ARNm induisent la production de la protéine Spike par nos propres cellules pendant 5 à 15 jours après l’injection. Or la toxicité de la protéine Spike est connue depuis plus de dix ans (Chen IY et al., 2010) avec le SARS-CoV1.

  • La protéine Spike est suffisante pour provoquer les dommages cardiovasculaires associés au COVID-19.
  • La protéine Spike engendre une forte réponse inflammatoire immunitaire en particulier dans le poumon et le foie. Cela peut conduire à une « tempête de cytokines », à la pneumonie et au syndrome de détresse respiratoire aiguë potentiel (ARDS) avec coagulation et enfin à la mort. Elle pourrait également engendrer une inflammation dans les vaisseaux du cerveau et dans le cerveau lui-même.
  • L’ARNm des vaccins peut atteindre le cerveau (Bahl et al., 2017), comme le précise aussi l’Agence Européenne du Médicament (EMA) à hauteur de 2% de la concentration plasmatique (European Medicines Agency, 2021). Cet ARNm peut y produire de la protéine spike et les récepteurs ACE2 étant très nombreux dans le cerveau, on peut s’attendre à des problèmes neurologiques, de dégénérescence, des états dépressifs voire suicidaires (Klempin F et al., 2018) (de Melo LA et al., 2020).
  • La protéine Spike induit de l’inflammation et un stress oxydatif en se fixant sur les récepteurs ACE2 présents dans tout l’organisme (Lesgards JF, 2021). « Etant donné la gravité des effets secondaires observés et le fait que les mécanismes biochimiques soient en partie similaires, on peut émettre l‘hypothèse que les vaccins ARNm peuvent oxyder les guanines de l’ADN et en partie des télomères. » (Xavier Azalbert et al.) Ce qui entraînerait un vieillissement prématuré et significatif de nos cellules et donc de notre âge biologique.
  • La protéine Spike stimule la production d’anticorps. Cependant, ces anticorps produits en trop grand nombre pourraient attaquer les tissus de plusieurs organes vitaux comme le cœur, le foie, le cerveau, les ovaires et la rate et engendrer toutes sortes de maladies dégénératives (voir l’explication de la chercheuse Stephanie Seneff du MIT)
  • « Certains des adjuvants et les nanolipides entourant l’ARNm sont aussi préoccupants et peuvent participer aux effets secondaires graves observés, dont, en particulier, les thromboses. » (Lesgards JF, 2021)
  • La vaccination entraîne, chez la majorité des personnes, la formation de nombreux caillots sanguins microscopiques (révélés par un test D-Dimère). Ceux-ci peuvent entraîner des embolies pulmonaires et dégrader de manière irréversible les organes (poumons, coeur…)
  • Avec l’injection Pfizer, les globules rouges perdent leur capacité de transport d’oxygène et coagulent. Ce qui expliquerait les dommages neurologiques, cardiaques et les caillots sanguins qui se forment dans le corps (Dr Fleming, 10/2021)
  • La présence maintenant révélée (c’est un « secret commercial » pour les laboratoires qui l’ont donc soigneusement caché) d’oxyde de graphène réduit (rGO) (Dr. Robert O. Young, 2021). Les vaccins à ARNm utilisent l’oxyde de graphène pour protéger l’ARNm particulièrement fragile et instable. Or, l’oxyde de graphène pourrait être toxique pour l’organisme. C’est aussi l’oxyde de graphène qui pourrait expliquer les expériences d’aimantation suite aux injections.
  • Des analyses au microscope électronique à balayage publiées par des universitaires allemands révèlent la présence de microparticules métalliques de fer et de chrome dans les 3 vaccins cités ci-dessus. Or, la présence de ces composants, non déclarés par les fabricants, peut être, suivant les quantités, potentiellement toxique pour l’organisme (le chrome est déclaré cancérigène).

Outre leur inefficacité, « sans aucun doute, l’injection de vaccins à base de gènes COVID-19 place des vies sous la menace de maladie et de mort. » (S. Bhakdi, A. Burkhardt, 12/2021)

Quels sont les effets indésirables les plus fréquents suite à la « vaccination » ?

« C’est la première fois en médecine humaine que nous injectons des vaccins et demandons au corps humain de fabriquer cette protéine [la protéine spike] potentiellement mortelle » (Dr. McCullough) dans la vidéo ci-dessous :

Présentation du Dr Peter McCullough, cardiologue américain (plus de 700 publications, géant de la médecine académique) le 02/10/2021 sur la dangerosité de cette « vaccination » expérimentale.

De nombreux effets, souvent graves et mortels ont été recensés. En voici une liste non exhaustive construite par Emilie M, soignante, sur la base des milliers de témoignages francophones remontés dans les groupes Facebook sucessifs de témoignages « Recensement effets indésirables » :

Thromboses ; A.V.C. (Accident Vasculaire Cérébral) ; A.I.T. (Accident Ischémique Transitoire) ; O.A.P. (Œdème Aïgu du Poumon)/Embolie pulmonaire/pneumothorax ; Rupture d’anévrisme, anévrisme ; Affaissement inexpliqué de l’aorte ; hypertension (très élevée supérieure à 20), hypotension ; Infarctus ; Myocardite, péricardite, inflammation de la plèvre, épanchements pleurales, épanchements péricardiques ; Arythmie, tachycardie, bradycardie ; Troubles de la coagulation : thrombopénie, purpura ; Vascularite, phlébite ; Réactions auto-immunes : rash cutané, zonas, urticaire, syndrome de Guillain Barré, crises de polyarthrite rhumatoïde ; hyperthyroïdie, hypothyroïdie ; Hypermégalies : grosseurs anormales et notamment au niveau des ganglions lymphatiques, œdèmes des membres, œdèmes lèvres, langue, contour des yeux, visage etc. ; chondrocalcinose ; insuffisance rénale, insuffisance hépatique, pancréatite aïgue ; Réactions allergiques, œdèmes de quincke ; Réactions neurologiques : crises d’épilepsie, polyneuropathie aïgue … ; Paralysies faciale de Bell ; Algies faciales vasculaires ; Cécité et/ou surdité dûe à des thromboses puis des nécroses tissulaires ; Occlusions rétiniennes ; Perte d’acuité visuelle, gêne visuelle (filaments, mouches, tâches …), décollement de la rétine ; Diabète ; Hyponatrémie ; Réactivation de cancers en rémission ; électromagnétisme corporel exacerbé (patients aimantent des objets métalliques au point d’injection et même au niveau du cœur …) ; Scléroses en plaques ; Tumeurs cérébrales ; Radiculite ; Capsulite ; Encéphalites ; Méningite ; Péritonite ; Vasculite ; Myélite idiopathique ; fausses-couches, accouchements prématurés, stérilité … ; Aménorrhées, dysménorrhées, métrorragies ; Acouphènes, hyperacousie, diplopie ; Dysphasie ; « Brain-fog » : pertes de mémoire + confusion + dépersonnalisation, désorientation, apathie etc …; Hypoesthésies, fourmillements, engourdissements de membres, spasmes, contractures musculaires, crampes … ; Nécroses tissulaires (jambes etc …), phlegmon ; Coliques, rectorragies ; Bronchite asthmatique aiguë ; Essoufflement, frissons, vertiges, syndrome de Ménière, nausées, céphalées, asthénie, dyspnée, sensations de brûlures disséminées, diarrhée, arthralgies, épanchement articulaire, Epistaxis, hématomes, otorragies … ; idéations suicidaires, dépression, troubles psychologiques à psychiatriques (paranoïa …), crises d’angoisse, démence …

Faut-il vraiment « vacciner » les jeunes ?

Rappelons que la majeure partie des décès officiels attribués au COVID-19 par habitant surviennent chez les personnes âgées présentant des comorbidités élevées, et les décès attribués au COVID-19 par habitant sont négligeables, voire inexistants chez les enfants.

Si la « vaccination » était absolument sûre, la question se poserait en d’autres termes, mais il faut rappeler que les « vaccins » sont toujours en phase de test, que les données de pharmacovigilance sont plus qu’alarmantes pour le court terme et que nous n’avons aucun recul sur les effets indésirables à moyen et long terme. De plus, ce sont majoritairement les jeunes personnes qui sont affectées par les effets indésirables des « vaccins », les mêmes qui ne risquent quasiment rien face au COVID-19.

C’est aussi la conclusion d’une étude publiée dans Toxicology Reports : le rapport bénéfice / risque lié de la « vaccination » est défavorable pour les enfants. Cette étude souligne notamment que les essais cliniques n’ont pas abordé les effets à long terme qui, s’ils étaient graves, seraient supportés par les enfants/adolescents pendant potentiellement des décennies.
« Un certain nombre de chercheurs ont suggéré la possibilité d’effets auto-immunes graves à long terme, d’amélioration dépendante des anticorps (ADE), neurologiques et d’autres effets potentiellement graves, avec des périodes de latence allant de quelques mois à plusieurs années. Si de tels effets s’avèrent réels, ce sont les enfants qui devront supporter le poids de la souffrance. Il semble qu’il n’y ait aucun avantage pour les enfants et les jeunes adultes des inoculations et seulement des conséquences ! » précisent les chercheurs.

C’est aussi la précaution du Joint Committee on Vaccination and Immunisation (JCVI) britannique qui considère que le bénéfice de la « vaccination » chez les moins de 15 ans n’est pas suffisant vu les risques d’effets indésirables parfois graves qu’elle engendre : « Les preuves disponibles indiquent que les avantages pour la santé individuelle de la vaccination COVID-19 sont faibles chez les personnes âgées de 12 à 15 ans qui n’ont pas de problèmes de santé sous-jacents qui les exposent à un risque de COVID-19 sévère. Les risques potentiels liés à la vaccination sont également faibles, les rapports de myocardite post-vaccination étant très rares, mais potentiellement graves et toujours en cours de description. Compte tenu de la rareté de ces événements et du temps de suivi limité des enfants et des jeunes atteints de myocardite post-vaccination, une grande incertitude demeure quant aux risques pour la santé associés à ces événements indésirables. »

JM-Claverie-myocardites-jeunes-USA
Jean-Michel Claverie, virologue et spécialiste de génomique, Professeur d’université et praticien hospitalier émérite, ancien directeur de l’Institut de Microbiologie de la Méditerranée (CNRS & Université d’Aix-Marseille) s’exprime sur son compte LinkedIn suite aux statistiques américaines du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) au 30 août 2021 concernant les cas de myocardites chez les enfants.
© Jean-Michel Claverie – Licence : Tous droits réservés

Citons également l’ancien vice-président de Pfizer, le Dr. Michael Yeadon, à propos de la vaccination des enfants contre la COVID : « Si on vous dit que c’est pour protéger les membres vulnérables de la famille, c’est un mensonge. ».

Enfin, dans une déclaration lue en décembre 2021, le Dr Malone lance un avertissement aux parents : « un gène viral sera injecté dans les cellules de vos enfants. Ce gène oblige l’organisme de votre enfant à fabriquer des protéines Spike toxiques. Ces protéines provoquent souvent des dommages permanents dans les organes vitaux des enfants notamment : leur cerveau et leur système nerveux ; leur coeur et leurs vaisseaux sanguins, y compris les caillots sanguins ; leur système reproductif ; ce vaccin peut en outre déclencher des modifications fondammentales dans leur système immunitaire. Le point le plus alarmant à ce sujet est qu’une fois ces dommages survenus, il sont irréparables.« 

L’obscurantisme et l’autoritarisme en marche

Cette crise sanitaire – qui n’est ni une « guerre », ni un cataclysme avec une létalité très faible (1,8 %) – a engendré d’importantes tensions et divisions dans notre société jusqu’au sein des familles.

Les gouvernements, les médias mainstream et les réseaux sociaux se mobilisent comme jamais pour faire taire ou ridiculiser toute voix dissidente et pour marteler leur « vérité » sans aucun débat scientifique tout en rejetant avec mépris toute contestation. Quasiment aucune personne « dissidente » n’est invitée par les grands médias qui font donc croire que personne ne remet en cause la politique actuelle. Les interviews sont orientées, agressives ou tronquées lorsqu’elles ne siéent pas.

Pour le Docteur canadien Hodkinson, membre du Collège Américain des Pathologistes et du Collège Royal des médecins et chirurgiens du Canada, il s’agit « d’une pandémie de peur. Peur qui a été délibérément provoquée par deux facteurs majeurs : le test PCR et la censure de tout ce qui va à l’encontre du narratif officiel.« 

En France, l’Etat communique massivement sur tous les canaux possibles (TV, radio, Internet, routes…) pour inciter à la vaccination, à croire que le monde vit une nouvelle peste où une personne sur deux en mourerait.

Presque tous les virologues, médecins et scientifiques[3] qui mettent en doute la stratégie de « vaccination » de masse et/ou émettent des réserves sont systématiquement rabaissés, ignorés ou rejetés dans des articles à charge de soit disant « fact-checking » (qui sont plus que discutables et souvent dénués d’arguments) à la solde des médias mainstream : certains journalistes usent de tous les moyens pour entacher leur réputation en fouillant leur vie privée, leurs amitiés pour les faire passer pour des « complotistes » qui auraient basculé dans la démence.

En France, comme aux USA, les malheureux médecins qui administrent des traitements pourtant très efficaces ou qui expriment publiquement leurs doutes sur les vaccins sont menacés de radiation (ex : Dr. Thierry Lagrange, Dr. Benoit Ochs, Dr Nicolas Zeller, Dr Hélène Rezeau-Frantz, Dr Théron, Dr Agret, Dr Le Grall, Dr Martine Gardénal…). Des décisions étonnantes lorsque l’on voit maintenant les très bons résultats de géants comme l’Inde ou le Brésil peu vaccinés et les mauvais de pays fortement vaccinés comme Israël ou la Grande-Bretagne.
C’est pourquoi, plus de 15 000 médecins et scientifiques médicaux ont signé une « Déclaration de Rome sur la Covid » pour dénoncer l’ingérence du politique et du business dans le libre arbitre des médecins.

L’une des conséquences de l’absence de soins précoce est l’augmentation du nombre de personnes en services de réanimation et le nombre de morts.

Une infirmière guadeloupéenne témoigne début août 2021 sur la situation en Martinique alors que le gouvernement et les médias ne cessent de crier à la catastrophe sanitaire dans les territoires d’Outre-mer récalcitrants à se faire vacciner.

Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les chaînes Youtube (Youtube a déclaré avoir supprimé plus d’un million de vidéos anti-vaccin COVID), les comptes Twitter, les posts LinkedIn, les comptes Instagram supprimés y compris de soignants et scientifiques qui dénoncent les effets indésirables des « vaccins » et remettent en cause la stratégie « vaccinale ».

Facebook a supprimé par 5 fois un groupe qui donne la parole aux victimes de la « vaccination » en France : moins de deux mois après le début de la campagne de vaccination, le premier groupe comptait plus de 260 000 personnes et des dizaines de témoignages accablants par jour.
A chaque fermeture, un nouveau groupe « Recensement effets indésirables » adossé d’un nouveau numéro a été ouvert. Manifestement, ces très nombreux témoignages (souvent choquants) dérangent…

Facebook-censure-Pr-Raoult
Résultat d’une tentative de partage d’une vidéo du Pr. Raoult sur Facebook provenant du compte Youtube officiel de l’IHU Méditerranée. On appréciera la fiabilité de l’avertissement de Facebook…
Crédit : – Licence : CC0

Même sur certaines revues médicales réputées (The Lancet, New England Journal of Medicine et Annals of Internal Medicine), des études sont refusées ou supprimées lorsqu’elles contredisent l’efficacité des masques, de la « vaccination » anti-COVID ou les bons résultats des traitements.
Enfin mentionnons les articles à charge sur Wikipédia qui dénigrent les médecins réfractaires aux « vaccins », accusés de faire de la désinformation.

notre-planete.info et l’auteur de cet article subissent également des pressions, des menaces et des injures suite à la parution de cet article.
En outre, la régie publicitaire Google nous a blacklisté et nous coupe donc d’une partie de nos financements.

Comme souvent, les manifestations sont largement minimisées avec des chiffres de manifestants caricaturaux et la mise en avant de minorités extrémistes pour faire croire que tous les manifestants le sont. Et pourtant, depuis septembre 2021, des millions de Français dont des soignants et des pompiers sont dans la rue tous les samedis avec comme mot d’ordre : « liberté ».

manifestation-La-Rochelle-pass-sanitaire-092021
Environ 4 000 personnes manifestaient le 4 septembre 2021 à La Rochelle contre le pass sanitaire
© Christophe Magdelaine / www.notre-planete.info – Licence : Tous droits réservés

L’obscurantisme est le terreau de l’autoritarisme qui se met en place principalement dans les pays qui se disent démocratiques et libres (Autriche, France, Espagne, Israël, Canada, Belgique, Pays-Bas, Grêce, Pologne, Turquie, Italie, Lituanie, Allemagne, Australie…). Eux aussi connaissent d’importantes manifestations de mécontentement qui rassemblent des millions de personnes.

Comble de cette crise : en France, une partie importante de nos soignants sont maintenant interdits d’exercer si ils ne sont pas vaccinés… En pleine « pandémie » ?!

Enfin, les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner (et c’est leur droit le plus fondammental) sont rapidement assimilées à des « complotistes », pour mieux les discréditer, les rendre infréquentables et les priver de leurs libertés.

« J’ai rencontré de nombreux chercheurs, médecins et scientifiques « de haut niveau » animés par la volonté farouche de connaître et de dire la vérité. Or, très curieusement, ils sont passés, en quelque mois, du statut de « scientifiques brillants » à celui de « sombres complotistes » (…) Jamais je n’ai connu de « purge (médiatique) » d’une telle ampleur dans le monde scientifique (…) La stratégie de tous les systèmes totalitaires : mensonges, calomnies, décrédibilisation de toute pensée non « orthodoxe » et surtout, détournement de l’attention du public de la recherche de certaines vérités. » (Jean Stevens, médecin retraité après 45 ans d’expérience en médecine hospitalo-universitaire, médecine interne, médecine générale (en Belgique) et cardiologie (en France)

Intervention du Dr. Peter Doshi, début novembre 2021, lors d’un panel d’experts (convoqué par le sénateur Johnson du Wisconsin) sur ces « vaccins »

Quand les leçons de l’histoire ne sont pas retenues

Rappelons qu’en 1976, l’apparition de la grippe porcine H1N1 aux Etats-unis, faisait craindre une épidémie comparable à la grippe espagnole de 1918 (50 à 100 millions de morts). Une vaccination massive était alors lancée le 1er octobre 1976 sans données suffisantes sur le rapport bénéfices / risques. En 10 semaines, 45 millions de personnes étaient vaccinées mais la campagne fût stoppée après la découverte d’environ 450 cas de syndromes de Guillain-Barré (10 fois plus que la normale) et « seulement » 35 morts.

Cette histoire n’a semble-t-il pas servi de leçon…

Après avoir été « vacciné » et maintenant atteint d’effets secondaires indésirables, Eric Clapton a écrit cette chanson pour dénoncer les mesures liberticides et les conséquences des « vaccins ».

Notes

  1. De nombreux témoignages de soignants et de travailleurs dans les pompes funèbres convergent pour affirmer que bien des personnes ont été étiquetées mortes du COVID alors que leur décès n’a strictement aucun rapport avec cette maladie. En outre, cette maladie a surtout précipité le décès de personnes déjà très affaiblies et dont les mois étaient comptés.
  2. La Norvège, la Suède, la Finlande, le Danemark et l’Islande ont suspendu les injections au « vaccin » Moderna à cause de ses effets secondaires graves.
  3. Citons notamment : Dr. Luc Montagnier, Dr. Sucharit Bhakdi, Dr. Alexandra Henrion-Caude, Dr. Malone, Dr. Christian Perronne, Pr. Raoult, Dr. Judy Mikovits, Dr. Christian Vélot, Dr. Ryan Cole, Dr. Nicole Delépine, Dr. S. Immanuel, Pr. Henri Joyeux, Dr. Lee Merritt, Dr. Sucharit Bhakdi, Dr. Fouché, Dr. De Chazournes, Dr. Hodkinson, Dr. Zelenko, Dr. Jane Ruby, Dr. McCullough, Dr. Tess Lawrie, Dr. Astrid Stuckelberger, Dr. Geert Vanden, Dr. Li-Meng Yan, Dr. L. Toubiana …

 

Références et sources
Droits de reproduction du texte

CC BY-NC-ND Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification

Citer cet article

Vaccination contre la COVID-19 : un remède pire que le mal ? ; 07/01/2022 – www.notre-planete.info