Maires urbains de la Colombie-Britannique: nous avons besoin d’un traitement de santé mentale et de rétablissement en quelques mois et non en quelques années – VANCOUVER SUN

Maires urbains de la Colombie-Britannique: nous avons besoin d’un traitement de santé mentale et de rétablissement en quelques mois et non en quelques années – VANCOUVER SUN

  • Post category:Covid-19
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Le terrain de jeu du parc Strathcona est entouré de tentes utilisées par la population croissante de sans-abri. PHOTO DE JASON PAYNE / PNG

Opinion: Les maires urbains demandent au gouvernement nouvellement élu de la Colombie-Britannique d’élargir immédiatement la disponibilité des traitements de toxicomanie et de santé mentale pour les jeunes et les adultes.

 

Pendant la campagne électorale, le Caucus des maires urbains de la Colombie-Britannique a publié un plan directeur pour l’avenir urbain de la Colombie-Britannique. Il a appelé tous les partis politiques à s’attaquer à la santé mentale, à la consommation et au traitement de substances, au logement abordable, au transport en commun et à développer une nouvelle relation de financement durable et prévisible avec les gouvernements locaux. Toutes ces questions sont importantes pour le bien-être de nos collectivités et la santé de nos économies. Nous soulignons ici deux points sur quatre.

Depuis le début de la pandémie, il y a eu une escalade sans précédent des défis auxquels nos communautés sont confrontées en raison des crises de santé mentale et de consommation de substances et du manque d’options de traitement dans nos communautés.

Au moment d’écrire ces lignes, 276 personnes sont décédées du COVID-19 en Colombie-Britannique en 2020. En septembre, 1 202 personnes en Colombie-Britannique sont décédées des suites d’une overdose. Tous ces décès sont tragiques. Ce qui est tout aussi tragique, c’est qu’il ne semble y avoir aucun espoir à l’horizon pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie.

 

Tout comme le COVID-19, la crise de la santé mentale, de la consommation de substances et de l’itinérance nous touche tous. Cela met le système de soins de santé à rude épreuve, en particulier les ambulanciers paramédicaux et les autres premiers intervenants. Cela signifie que les gens dorment dans les parcs, emportent des espaces verts pour un usage public général et créent des points chauds dans nos quartiers. Nos entreprises – déjà aux prises avec les impacts économiques du COVID-19 – sont confrontées à des perturbations accrues en raison de taux plus élevés de troubles sociaux et de comportements imprévisibles et parfois violents de la part de personnes en détresse médicale.

Pour résoudre ces problèmes, nous demandons au gouvernement provincial nouvellement élu d’élargir immédiatement la disponibilité de la gamme complète d’options de traitement et de rétablissement de la toxicomanie et de la santé mentale dans nos communautés pour les jeunes et les adultes, y compris des installations appropriées pour ceux qui ont des besoins complexes. Nous avons besoin d’un traitement à la demande pour que les gens le reçoivent quand ils en ont besoin. Nous devons agir en mois, pas en années.

En plus de la crise de la santé mentale et de la consommation de substances, notre reprise économique et notre prospérité durable sont entravées par la relation financière désuète entre les villes et le gouvernement provincial.

Le COVID-19 a clairement montré que le cadre fiscal mis en place en 1867 – qui voit les gouvernements locaux dépendre principalement des impôts fonciers – est totalement insuffisant pour relever les défis et les opportunités auxquels sont confrontées les villes du 21e siècle. Le système de taxe foncière ne croît pas avec l’économie et ne répartit pas équitablement les coûts. Et les administrations locales sont responsables d’environ 60 p. 100 de l’infrastructure de la Colombie-Britannique, mais ne reçoivent que huit cents de chaque dollar d’impôt. Ce n’est pas durable.

 

Nous sommes optimistes de notre rencontre avec John Horgan, quelques jours avant les élections, qu’il y a une forte volonté de travailler ensemble pour développer un nouveau cadre avant la fin de notre mandat en octobre 2022. Nous aimerions ce nouvel accord avec la section locale de la Colombie-Britannique. les gouvernements doivent fournir au moins 1 milliard de dollars par an en financement direct et inconditionnel pour les infrastructures municipales. Nous ne voulons pas la permission de créer de nouvelles taxes et nous ne demandons pas non plus à la province de le faire. Ce que nous demandons, c’est une redistribution du gâteau fiscal.

Demander des subventions pour des projets d’infrastructure, c’est comme un lancer de dés – parfois nous obtenons du financement pour des projets communautaires hautement prioritaires et parfois nous ne le faisons pas. Cela empêche les gouvernements locaux d’épargner, d’investir et de planifier à long terme. Et, dans le temps qu’il faut pour rédiger, soumettre, évaluer et attribuer des subventions, l’escalade des coûts de construction ajoute des millions de dollars aux projets et gaspille l’argent des contribuables.

Nous sommes impatients de travailler avec le nouveau gouvernement pour lutter contre la crise de la santé mentale et de la consommation de substances et pour élaborer un nouveau cadre financier. Nous savons que le gouvernement veut prendre des mesures audacieuses pour créer une prospérité inclusive et durable en Colombie-Britannique. Nous sommes ici pour aider, soutenir et défendre ces efforts.

Le maire de Kelowna, Colin Basran, et la mairesse de Victoria, Lisa Helps, écrivent au nom du Caucus des maires urbains de la Colombie-Britannique.

SOURCE: VANCOUVER SUN