Lettre ouverte : Mesures sanitaires et enfance : – un sacrifice générationnel

Lettre ouverte : Mesures sanitaires et enfance : – un sacrifice générationnel

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Sherbrooke, le 12 avril 2021 

Christine Labrie 

Députée de Sherbrooke 

Québec solidaire 

Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’éducation 

Porte-parole du deuxième groupe d’opposition pour la famille 

Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de sports et de loisirs 

Mme Christine Labrie,  

Vos enfants semblent bien aller, mais pour plusieurs enfants québécois, les mesures sont  désastreuses. 

Les pédiatres Dre Marie-Claude Roy, Dr. Chicoine et Dr. Lebel affirment que nous sommes face à un sacrifice générationnel : La rentrée scolaire n’est pas coupable 1. Dre Annie Janvier,  pédiatre, chercheure et éthicienne québécoise, se positionne clairement : L’égalitarisme qui tue 2. Le pédiatre Dr. Rami Baz qualifie de crime les mesures qu’on impose aux enfants 12. La  pédiatre Valérie Labbé, affirme que la problématique de la détresse et de l’anxiété chez les  jeunes, c’est énorme 3. Selon une enquête réalisée auprès de 16 500 jeunes de 12 à 25 ans, un  jeune sur deux présente désormais des symptômes d’anxiété ou de dépression 82

La lettre ouverte du Collectif du personnel scolaire en faveur du retour à la normale dans les  écoles du Québec met en lumière les effets pernicieux et dévastateurs des mesures sur les  enfants à l’école 7.  

Pour que vous puissiez saisir l’ampleur des dommages collatéraux chez les jeunes, voici 471  témoignages 4recueillis par le Collectif québécois de parents, grands-parents et intervenants  inquiets pour les enfants

Merci de prendre le temps de lire les informations en annexe qui vous aideront à comprendre  pourquoi la MOITIÉ de la population s’inquiète et vous demande de la représenter dans votre  rôle d’opposition. 

Marc-André Paquette, parent et enseignant de la maternelle, ayant étudié auparavant 5 année la  médecine et œuvrant aujourd’hui au sein du Collectif de parents-grands-parents et  intervenants inquiets pour les enfants

Version PDF avec hyperliens vers les 85 références et les listes d’experts

 

Annexe de la Lettre ouverte adressée à Christine Labrie 

Chronologie au sujet d’un sacrifice générationnel 

Le 5 octobre dernier, au nom de l’Association des pédiatres, Dre Marie-Claude Roy, Dr.  Chicoine et Dr. Lebel affirmaient, avec peu de retenue, que nous étions face à un sacrifice  générationnel : La rentrée scolaire n’est pas coupable (dernière position exprimée par  l’Association des pédiatres) 1. Le 9 octobre, quelques jours après la sortie de l’Association, Dre  Annie Janvier, pédiatre, chercheure et éthicienne québécoise, s’est également positionnée  clairement : L’égalitarisme qui tue 2. Récemment, la pédiatre Valérie Labbé, a affirmé que la  problématique de la détresse et de l’anxiété chez les jeunes, c’est énorme 3. Selon une enquête réalisée auprès de 16 500 jeunes de 12 à 25 ans, un jeune sur deux présente désormais des  symptômes d’anxiété ou de dépression 82

Présentement, des intervenants scolaires se mobilisent au sein du Collectif du personnel  scolaire en faveur du retour à la normale dans les écoles du Québec 6et leur lettre ouverte 7 met  clairement en lumière les effets pernicieux et dévastateurs des mesures sur les enfants à l’école.  Ces impacts sont également très bien rapportés dans Impacts traumatiques de la politique  sanitaire actuelle sur les enfants : un constat clinique alarmant 8, rédigé par des experts  français, et dans le Manifeste pour les enfants 9, rédigé par un collectif français de  professionnels de santé spécialisés en pédiatrie. Des extraits vidéo partagés par le Collectif  Réinfocovid 11, Le monde à l’envers 10, livrent également des témoignages d’enfants français  extrêmement troublants. 

À la mi-août, le Dr. Rami Baz, pédiatre à la clinique Beaubien de Montréal, a accordé à Josée  Turmel une entrevue pour dénoncer l’impact des mesures sanitaires sur les enfants 12. Dans  cette entrevue de 45 minutes, il sonnait l’alarme. Sans retenue, il exprimait clairement ses  craintes pour les enfants et qualifiait de crime les mesures qu’on leur impose. Pourtant, aucun  élément de cette entrevue ni aucune de ses craintes n’ont été relayés par les médias  traditionnels.  

Tenter de comprendre le silence des pédiatres 

À la fin du mois d’août, les pédiatres Dr. Jean-François Chicoine et Dre Annie Janvier faisaient  part de leurs inquiétudes par rapport à la pression exercée sur les médecins par le Collège des  médecins et par rapport à l’avis transmis dès le début de la crise à tous ses membres. Dre  Janvier déplorait : « Des gens qui sont brillants et qui pourraient contribuer à la société vont préférer se taire que de risquer d’être sous enquête ou avoir une réprimande » et Dr. Chicoine : «On a été surpris, parce que parfois on reçoit ça individuellement, mais là c’était publiquement annoncé. On a été inquiets aussi, parce que ça donne l’impression qu’on n’a plus le droit de parler ou de ne plus exprimer et faire circuler des idées »13 81

Depuis le début de la crise, au moins deux médecins ont ainsi été la cible des enquêtes du 

Collège des médecins, le Dr. Marc Lacroix 14 et le Dr. Mathieu Bernier 15. Ils avaient exprimé  des opinions professionnelles différentes de celles véhiculées par la Santé publique et le  gouvernement. Les pressions du Collège semblent avoir eu raison de la volonté de ces deux  médecins d’exprimer leur désaccord, ils ont cessé de prendre une parole publique.  

Le 5 octobre, l’Association des pédiatres a sonné l’alarme une dernière fois publiquement,  c’était il y a 6 mois 1. Par la suite, elle s’est tue à son tour et ce, malgré les nombreux  nouveaux constats alarmants d’experts et d’intervenants au sujet des enfants. Devant ce silence  inquiétant de l’Association des pédiatres dont le mandat premier devrait être le bien-être et la  santé des enfants, plusieurs intervenants s’inquiètent. Dre Valérie Labbé, pédiatre, se  questionne 16. Dr. Robert Béliveau, médecin retraité, sonne l’alarme sur la dérive qu’entraîne le  silence imposé aux médecins : Le Collège des médecins a-t-il failli à sa mission?17 

À la fin de l’automne 2020, nos démarches au sein du Collectif québécois de parents, grands parents et intervenants inquiets pour les enfants 5visaient à supporter les pédiatres en apportant  un appui à la position qu’ils avaient exprimée le 5 octobre 1.  

Au mois de décembre, notre lettre ouverte 71 accompagnée de plus de 400 témoignages 4a totalement été ignorée des 180 membres des médias auxquels nous l’avons fait parvenir. Nous  avons alors invité les pédiatres à se joindre à nous et à d’autres professionnels au sein du Collectif pour une information libre 18 , mais l’Association des pédiatres avait possiblement  déjà subi des pressions suite au 5 octobre. À notre invitation à signer la lettre ouverte du Collectif pour une information libre 19, Dre Marie-Claude Roy, l’une des 3 signataires de la  lettre d’octobre, nous a répondu : « …les médias ont fait preuve de grande objectivité et ont fait  place à tous les points de vue supportés par la science ». Cette réponse, exprimée 2 mois après  la position publique de l’Association des pédiatres référant à un sacrifice générationnel, sonne  faux. Elle sonne faux dans le contexte où les mesures pour les enfants s’intensifiaient et que  notre collectif, en soutien à leur position du 5 octobre, venait d’être complètement ignoré des  médias. Quand les pédiatres défendront-ils véritablement les enfants? 20 Au risque de nous  tromper, cette réponse semblait davantage véhiculer le message exigé par le Collège des  médecins 13 81

Le message sanitaire, un message contrôlé 

En début de crise, il était probablement justifié que le gouvernement et la Santé publique  s’assurent de garder un bon contrôle du message véhiculé par nécessité de cohérence et  d’efficacité. Un an plus tard, ce contrôle excessif du message est inquiétant, La gestion de la  crise est dangereuse pour la démocratie 21

La collaboration étroite des médias, du Collège des médecins et des différents ordres  professionnels avec le gouvernement rendent possiblement difficile, voire impossible, pour les  médecins et les professionnels, d’exprimer des positions différentes et leurs inquiétudes au  sujet des décisions de la Santé publique et du gouvernement. Pourtant, la rencontre d’idées et le  partage entre visions divergentes est un exercice absolument essentiel à la recherche des 

meilleures solutions.  

Depuis plusieurs mois, le Collectif pour une information libre 18 et ses 1500 signataires, parmi  lesquels on retrouve de nombreux professionnels et penseurs de la société québécoise, réclament un débat. Ils souhaitent un espace neutre, publique et officiel où des professionnels  et des experts partageant des points de vue différents et parfois critiques au sujet de la gestion  de la crise sanitaire puissent débattre, se questionner et s’influencer dans une recherche saine  des meilleures avenues. Mais le gouvernement et Radio-Canada 22 persistent à refuser tout  débat.  

Depuis le début de la crise, combien de médecins et d’experts ont été censurés ou ignorés par le  gouvernement, la Santé publique et les médias? Combien d’autres, par crainte de mettre en jeu  leur réputation et leur carrière, ont choisi de se taire devant les menaces d’enquête et de  réprimande de leur ordre professionnel ou pour éviter une couverture médiatique trop souvent  négative de ceux qui questionnent.  

Le monopole de la raison doit cesser. Le gouvernement doit permettre à tous les experts  québécois d’évaluer les différents aspects de la crise et leur permettre de proposer des visions  différentes, des alternatives. Gouverner sans avoir à justifier ses décisions n’est pas acceptable.  Il est inquiétant et inacceptable que nombreuses décisions soient prises sans laisser de trace 23,  que le gouvernement ait longtemps refusé 24 de rendre publics les avis écrits de la Santé publique et que la plupart des quelques rares avis écrits 25 restent toujours secrets. Le  gouvernement s’est opposé fermement pendant très longtemps à une commission d’enquête  publique 26 sur la gestion de la crise dans les CHSLD et les RPA alors qu’il aurait pourtant été  avisé et judicieux de s’assurer de ne pas répéter les mêmes erreurs dans les mois qui suivaient. De plus, le gouvernement ne devrait pas assumer qu’il a la légitimité d’utiliser cette crise pour remodeler l’ensemble de la société sans rendre de comptes, sans réflexion sociale et sans débat. 

Comme presque partout en occident, les médias de masse transmettent un message contrôlé et  donnent l’impression à populations que tous les experts sont unanimes, que tous appuient  presque inconditionnellement et sans réserve les mesures.  

Ce n’est pourtant pas le cas. 

Des visions différentes, un regard critique sur la crise 

Au Québec 27, comme ailleurs 28 des intervenants s’inquiètent. 

Des médecins et des experts s’organisent dans de nombreux collectifs 29 tels The Great  Barrington Declaration 30 , collectif international réunissant plus de 41 500 médecins et 13 700  scientifiques de la médecine et de la santé publique, et Réinfocovid 31, collectif français  regroupant plus de 21 600 soignants, médecins et scientifiques universitaires.

Ces experts, non motivés par des considérations politiques ou économiques, risquent leur  réputation et leur carrière professionnelle en s’opposant aux mesures sanitaires actuelles. Tous  ces collectifs mettent en garde des effets collatéraux dévastateurs des politiques sanitaires face  à un virus beaucoup moins mortel qu’il ne l’avait été annoncé. 

En effet, ces collectifs s’entendent sur ces points : 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 

  • Les risques imputables au virus (potentiel léthal et morbide du virus) ont été exagérés  partout dans le monde. 
  • Le virus affecte essentiellement les personnes très âgées, avec comorbidité et souvent  en fin de vie. 
  • Les mesures sanitaires auraient dû cibler essentiellement ces personnes vulnérables. Les balances bénéfices/risques d’imposer les mesures de la même façon à toute la  population sans égard à la vulnérabilité selon les tranches d’âge n’ont pas été  considérées. 
  • Les jeunes sont très peu affectés par le virus. 
  • Plusieurs mesures sanitaires ne sont pas justifiées sur les enfants. 
  • Les gouvernements et la Santé publique de la plupart des pays ont fait une présentation  erronée des données, entre autre à cause de l’utilisation d’un seuil trop élevé des tests  PCR, provoquant une peur démesurée dans les populations. 
  • Les gouvernements ont utilisé cette peur et la culpabilité de façon exagérée pour  instaurer les mesures : peur d’un virus, peur d’un engorgement dans les hôpitaux, peur  d’être responsable de la mort des autres. 
  • Le facteur humain responsable des décisions sanitaires, politiques et économiques des  mesures appliquées à l’ensemble de la population sans égard au risque de chacune des  tranches d’âge a provoqué des dommages collatéraux beaucoup plus importants que les dommages dus au potentiel léthal et morbide du virus. Les impacts, plusieurs  dévastateurs, se feront ressentir beaucoup plus longtemps que ceux occasionnés par le  virus lui-même. 

Au Québec, il est urgent que nos mesures, dévastatrices pour les enfants comme pour les aînés  et pour une proportion importante de la population, soient réévaluées et tiennent compte des  constats des experts œuvrant au sein de ces collectifs internationaux. 

Él.ÉMENTS À PRENDRE EN CONSIDÉRATION POUR LES MESURES  SANITAIRES AU QUÉBEC 

La mortalité et la morbidité sont pratiquement nulles chez les jeunes et elles  sont très faibles dans la population active 

Les personnes vulnérables sont les personnes très âgées, atteintes de comorbidités, souvent  plus d’une, et souvent en fin de vie. 

En effet : 

Selon le CDC, le risque de mourir de la covid par rapport aux 5-17 ans est 45X plus grand  pour les 30 à 39 ans, 130X pour les 40 à 49 ans, 440X pour les 50 à 64 ans, 1300X pour les  65 à 74 ans, 3200X pour les 75 à 84 ans et 8700X au-dessus de 85 ans 50

Selon une étude suisse, le risque de décès lié à une infection à la covid serait de 0.0016%  pour les 5 à 9 ans, 0.00032% pour les 10 à 19 ans, 00,92% pour les 20 à 49 ans, 0,14% pour  les 50 à 64 ans alors qu’il serait de 5,6% pour les plus de 65 ans. 51 

Selon les données de la CDC relayées par Canadian Doctors Speaking Out, le taux de  survie serait de 99,997% pour les 0 à 19 ans, 99,98% pour les 20 à 49 ans, 99,5% pour les  50 à 69 ans et 94,6% pour les plus de 70 ans 58.  

Au Québec, lors de la première vague, 97% des décès avaient au moins une comorbidité  (la majorité en avait plus d’une) 52, l’âge moyen des décès était de 85 ans, 90% des décès  avaient plus de 70 ans 53 et 85,9% des décès provenaient d’une résidence de personne âgée  (calculé à partir des données quotidiennes de l’INSPQ de mars à décembre 2020) 54

Au Québec, aucun jeune de moins de 19 ans n’est décédé de la covid.  

Selon l’INSPQ, 20 à 30% des enfants testés positifs n’ont aucun symptôme et tous les  autres ont des symptômes peu spécifiques 72. Les symptômes énumérés sont les mêmes  symptômes que l’on retrouvait auparavant chez des enfants infectés par des virus fréquents  et bénins pendant l’enfance. 

Au Canada, selon Canadian Doctors Speaking Out du collectif Canadian Health Alliance 36 , il n’y aurait eu que 4 décès d’enfants en lien avec la covid depuis le début de la crise  comparé à 10 décès d’enfants dus à l’influenza au cours d’une période équivalente l’année  précédente. Selon ces médecins, 4 décès représente un taux statistiquement nul par rapport  à toute la population canadienne 58

Les enfants sont donc peu atteints. 

Des tests PCR >35 engendrent de nombreux faux positifs, faussant les  données 

Le seuil d’amplification pour les tests PCR utilisé au Québec semble >35. Or, même selon l’INESSS (gouvernement du Québec), les faux positifs augmentent de façon  dramatique lorsque le seuil d’amplification du test PCR est >35. 

Depuis le début de la crise, les données sur lesquelles s’appuie le gouvernement du Québec  sont donc possiblement toutes faussées par un nombre probablement très élevé de faux positifs. 

En effet : 

Dans sa publication COVID-19 – Indications et critères d’accès au test de détection  moléculaire du SARS-CoV-2 du 21 juillet 2020, l’INESSS (gouvernement du Québec),

fait référence à une analyse virologique effectuée par une équipe française :  100 % des échantillons avec un Ct entre 13 et 17 cycles ont produit des cultures  positives contre 12 % pour les échantillons avec un Ct de 33 cycles. Les patients  trouvés positifs par RT-PCR après 34 cycles d’amplification et plus n’excrèteraient  plus de particules virales infectieuses et ne seraient donc plus considérés contagieux [La Scola et al., 2020] 56 (p.29)

Selon une revue externe par les pairs, lorsque le cycle d’amplification est >35, la  probabilité d’obtenir un faux positif est de 97% 74

Une étude a déterminé qu’à un seuil de 35, seulement 3% des cultures devenaient  positives 75

Une autre revue des recherches a constaté qu’à des seuils de test PCR >34, aucun  résultat positif ne donnait une croissance virale en culture 80

L’OMS a, le 21 janvier 2021, émis un avis de mise en garde concernant les tests PCR :  les résultats faiblement positifs doivent être interprétés avec prudence, la valeur de  cycle seuil (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnelle à la  charge virale du patient 61

Cette mise en garde est également partagée par le milieu scientifique : quand la charge  virale est faible, il faut en tenir compte pour déterminer la validité du test 78

Or, le seuil utilisé au Québec, depuis le début, de la crise semble plus élevé que 35 : 

Dans le protocole de Laboratoire de santé du Québec Recherche du SARS-CoV-2 par  RT-PCR avec détection en temps réel, INSPQ, l’appareil est programmée à 45 cycles  d’amplification (p.5) et un résultat est considéré comme positif lorsque la valeur de Ct  est égale ou inférieure à 37 (p.6).59

Et selon le Protocole de détection de variants SRAS-CoV-2 portant la mutation N501Y,  INSPQ, l’appareil doit être calibré à 45 cycles d’amplification et il n’y a aucune autre  mention de cycle d’amplification dans le document 60

Depuis le début de la crise, le seuil d’amplification pour les tests PCR utilisé au Québec  serait donc trop élevé (>35), occasionnant un nombre possiblement très grand de faux  positifs. 

Selon les médecins de Canadian Health Alliance, 97% des cas recensés par les autorités  au Canada seraient des faux positifs 58 

Le nombre de faux positifs augmente si on fait plus de tests et si on teste des  asymptomatiques 

L’OMS a, le 21 janvier 2021, émis un avis de mise en garde concernant les tests PCR :  les résultats faiblement positifs doivent être interprétés avec prudence, la prévalence 

d’une maladie altère la valeur prédictive des résultats de test, car à mesure que la  prévalence diminue, le risque de faux positifs augmente 61

L’INESSS fait le même constat : la fiabilité du TAAN est fortement influencée par la  prévalence de la COVID-19 parmi la population testée. Un dépistage systématique  nécessite de réaliser beaucoup de tests afin de trouver un vrai positif et favorise donc  une augmentation de résultats faussement positifs. Lorsque le niveau de transmission  communautaire est faible, la proportion de résultats faux positifs augmente. C’est pour  cette raison qu’une meilleure stratégie de dépistage doit s’adresser aux individus dont le  risque d’avoir la COVID-19 est plus élevé afin de réduire le nombre de faux positifs 56 (p.31)

Pour la covid, les cas (tests positifs) ne sont donc pas un indicateur fiable pour évaluer la  gravité de l’épidémie et en assurer la gestion puisque les faux positifs sont trop nombreux  et ils sont encore plus nombreux si on teste massivement des asymptomatiques comme des  classes ou des écoles entières. Le nombre possiblement très élevé de faux positifs fausse  probablement les données de cas, d’éclosions, et de mortalité par covid. 

Être un cas (test positif) asymptomatique ne signifie pas être malade ou  infectieux  

Les cas asymptomatiques ne sont pas des vecteurs importants. Souvent, les cas  asymptomatiques sont possiblement des sujets post-infectieux (donc immunisés). 

Une étude chinoise réalisée sur plus de 10 millions de sujets a révélé que les  asymptomatiques ne sont pas des vecteurs importants 67

L’INSSS explique qu’en présence de résidus viraux, l’ARN détecté ne correspond pas  nécessairement à des particules virales infectieuses et qu’un test positif ne renseigne pas  sur le potentiel infectieux d’un individu 56 (p.28)

Une faible quantité d’ARN viral détecté au test PCR ne signifie pas que l’hôte a été  infecté par le virus, seule une culture virale peut alors le confirmer 78

Kary Mullis, l’inventeur des Tests PCR, avait mis en garde sur la non spécificité des  tests PCR qui amplifient de toutes petites molécules et il soutenait qu’un test positif  n’indiquait nullement qu’une personne était malade 57

Des résidus viraux pourraient demeurer plusieurs semaines alors que le sujet ne serait  plus infectieux 78

Des experts, publiés dans le Lancet, affirment que les résidus pourraient être présents  des semaines et parfois même des mois et que 50 à 75% des tests PCR positifs seraient  des sujets post-infectieux 79

Selon Dr. Arruda, les enfants ne sont ni vraiment malade ni vraiment vecteurs 63

Dr. Rosenberg a fait le même constat et il a ajouté que la covid était moins dangereuse  pour les enfants que l’influenza (son entrevue réalisée sur les médias traditionnels a été  supprimée) 70

Les médecins de Canadian Doctors Speaking Out corroborent ces affirmations de Dr.  Arruda et Dr. Rosenberg 58

Selon une étude canadienne, les enfants seraient moins contagieux que les adultes  lorsqu’ils contractent la covid 85

La Santé publique, le gouvernement et les médias confondent, volontairement ou non, les  cas positifs au test PCR à des personnes malades et contagieuses. Cette désinformation  entretenue crée une peur déraisonnable dans la population. 

Une éclosion n’est pas un indicateur fiable :  

Parce qu’elle est déterminée par la présence de tests PCR positifs 

Or, un trop grand nombre de tests PCR sont des faux positifs à cause du seuil  d’amplification des tests PCR >35 56 (p.29) 59 60 61 58 74 75 80 et le nombre de faux positifs  augmente lors dépistages massifs 56 (p.31) 60 chez une population asymptomatique 56 (p.28) et jeune comme dans une classe ou une école . 

Même des PCR négatifs semblent être comptés 

Certains tests négatifs seraient considérés comme des cas (comme s’ils étaient positifs  même s’ils sont négatifs). 

Dans ce document de l’INSPQ, il est indiqué : Ceux qui ont une « faible quantité  d’ARN viral »au test PCR sont considérés comme des cas confirmés en regard des  éclosions 64 (p.12)

Pourtant, l’INSSS, a affirmé elle-même que l’ARN détecté ne correspond pas toujours à  des particules virales infectieuses 56 (p.28) et l’OMS et la communauté scientifique  mettent en garde que les résultats faiblement positifs doivent être interprétés avec  prudence 60 78.  

Même des cas probables sont comptés 

Désormais, les cas probables qui ont de la fièvre ou de la toux, mais dont le test n’est  pas concluant (donc test négatif) comptent : un sujet est considéré comme infecté par le  SARS-CoV-2 même si le test ne peut pas détecter l’infection 68

Comme mentionné juste précédemment, l’INSSS a pourtant affirmé que l’ARN détecté  ne correspond pas toujours à des particules virales infectieuses 56 (p.28) et l’OMS et la  communauté scientifique mettent en garde que les résultats faiblement positifs doivent 

être interprétés avec prudence 60 78

Une éclosion peut être déclarée à partir de seulement 2 cas 64 (p.11) 

Les 2 cas peuvent être des faux positifs, des post-covid donc non contagieux 78 79 ou des  enfants asymptomatiques donc non vecteurs 67

La Santé publique utilise les éclosions comme si cet indicateur était fiable 64 et se base sur  cet indicateur pour justifier ses mesures et orienter ses interventions dans les milieux  scolaires 65.  

Or, on comprend qu’une éclosion peut être déclarée à partir de seulement 2 cas 64 (p.11),  que ces 2 cas peuvent être des faux positifs, des post-covid non contagieux 78 79 ou des  asymptomatiques non vecteurs 67 56 (p.28) 78 79 57 et que la Santé publique se base sur les  éclosions pour ordonner la fermeture des écoles 65

L’utilisation de cet indicateur devrait pourtant être contre-indiqué pour ordonner la  fermeture des écoles et cela, pour deux raisons : 1- L’indicateur des éclosions n’est pas  fiable quant à la présence de sujets malades et infectieux. 2-La fermeture d’un milieu  scolaire ne peut pas être justifiée par une éclosion puisque même de vrais positifs  symptomatiques (des jeunes véritablement infectés et malades de la covid) ne seraient pas  dangereux pour ces milieux étant donné que le risque pour les jeunes de mourir de la  covid ou d’être gravement malades est statistiquement nul 50 51 58, que le risque pour le  personnel scolaire (population active) est également très faible 50 51, que les enfants ne  sont pas de bons vecteurs de la maladie 63 et qu’il y a très peu de contacts entre les enfants  et les personnes âgées vulnérables, souvent en fin de vie, qu’on retrouve essentiellement  dans l’un des 3 types d’hébergements de personnes âgées (CHSLD, RI, RPA) ou à  domicile. 

Puisque les éclosions ne sont pas déterminées par la présence de vrais malades ou de  sujets dangereusement infectieux, mais qu’elles sont déterminées par un très petit  nombre de tests pouvant être trop souvent de faux positifs (et parfois étant même  négatifs), les éclosions en milieu scolaire ne sont donc pas un bon indicateur pour évaluer  la gravité d’une épidémie de covid et en assurer sa gestion en fermant des classes et  encore moins toutes les écoles d’une région 66.  

Tout comme la courbe des cas, l’indicateur des éclosions utilisé de façon erronée alimente  un sentiment de panique dans la population.  

Les indicateurs les plus fiables seraient : les décès et les hospitalisations nécessitant un  respirateur, mais même ces indicateurs sont en partie faussés par les faux-positifs.

10 

Le portrait réel au Québec est faussé depuis le début de la crise 

Le portrait des cas est faussé par : 

Nombre élevé de faux positifs  

 PCR >34 56 (p.29) 59 60 61 58 74 75 

 On teste massivement des asymptomatiques (classes, écoles, contacts) 56 (p.28) 56 (p.31) 60 

Le portrait des décès est faussé par : 

Décès de faux positifs 56 (p.29) 59 60 61 58 74 75 56 (p.28) 56 (p.31) 60 

 Décès avec covid (vrai positifs, mais autre cause responsable de la mort) Décès positifs post-covid (un sujet qui n’est plus malade de la covid) 78 79  Décès par association épidémiologique 84 

Le portrait des éclosions est faussé par : 

Faux positifs 56 (p.29) 59 60 61 58 74 75 56 (p.28) 56 (p.31) 60 

Les cas qui ont une « faible quantité d’ARN viral » 64 (p.12)  

Les cas probables (symptôme peu spécifique et test négatif)68 56 (p.28) 60 78 Les positifs post-covid (ont été en contact avec la covid, ne sont plus infectieux)78 79 Asymptomatiques non vecteurs 67 56 (p.28) 78 79 57 

 Peu de cas nécessaires pour déclarer une éclosion 64 (p.11) 

Tranche de la population non vulnérable 50 51 58 53 54 72 58 

La présentation des données à la population est faussée : 

Une courbe de cas faussement élevée 

Une courbe de décès faussement élevée 

Des déclarations d’éclosions non justifiées  

Ce portrait faussé de la réalité a provoqué, intentionnellement ou non, une peur exagérée  dans la population et a conduit à des mesures excessives et non justifiées sur toutes les  tranches d’âge de la population dont les mesures imposées par les adultes sur les jeunes. 

Le gouvernement maintient la peur et justifie les mesures imposées en  s’appuyant sur des données faussées et une présentation erronée de la réalité 

Il y a, au Québec, une politique de gestion où la Santé publique, le gouvernement et les médias  ne donnent pas toute l’information et où la peur est entretenue 69

L’été dernier, le masque a été imposé partout au Québec alors que la prévalence était  faible en date du 15 juin dans toutes les RSS du Québec à l’exception de la région de  Montréal 56 (p.31) et que les décès et les hospitalisations aux soins intensifs, les 2  indicateurs les plus fiables (même s’ils sont également faussé par les faux positifs), 

11 

étaient presque nuls depuis plus d’un mois 54 62.  

Pour justifier le maintien de mesures et l’instauration du port du masque, on a alors  encouragé ou/et contraint plus de gens à se faire tester. Or plus on teste des  asymptomatiques, plus on trouve de faux positifs 56 (p.31) 60 : le % de test positif (taux de  positivité des tests) tournait autour de 3% au mois de juin, alors qu’il était de 15% en  avril et de 10% en mai 56 (p.32). Le dépistage massif a fait monter le nombre total de cas  (et non de malades), permettant au gouvernement de justifier le maintien de l’état  sanitaire et des nouvelles mesures dont le port obligatoire du masque. Le virus n’était  probablement pas plus actif en juillet, la courbe de mortalité, un indicateur beaucoup  plus fiable, était à plat et presque nulle depuis un mois 54

Aujourd’hui, mars 2021, les mesures (couvre-feu, distanciation, masque et l’ensemble  des mesure affectant les enfants) sont maintenues malgré les très bas niveaux des  indicateurs de mortalité et d’hospitalisation au soins intensifs depuis plus d’un mois 54 62. Pour continuer à justifier les mesures, la Santé publique dénombre désormais les  éclosions ainsi que les cas présumés (probables) 68. La Santé publique, le gouvernement  et les médias véhiculent également la peur des variants alors que l’augmentation réelle  du taux de mortalité du variant britannique n’est que de 0,16%, ce qui représente une  augmentation de risque extrêmement faible pour l’ensemble des tranches d’âge de la  population puisque les taux de mortalité réels sont déjà extrêmement faibles sauf pour  les sujets très âgés, avec comorbidités et souvent en fin de vie 50 51 58 53 54 72 58. Depuis 1  mois, on note moins de 10 décès liés à la covid par jour pour une population de 8,5  millions et ces décès sont possiblement, en grande partie, des personnes appartenant à la  tranche d’âge la plus vulnérable. Certains de ces décès sont aussi possiblement des faux  positifs ou des post-covid 78 79 puisque le seuil pour les tests PCR est plus grand que 34  74 75 80 78 61 56 (p.28)

Le médecin québécois retraité, Dr. Robert Béliveau, explique très bien comment les  courbes de données et les statistiques peuvent être utilisés pour accentuer un sentiment  de peur dans la population et justifier le maintien de l’état sanitaire 83

Concernant le masque, mesure qui a été imposée à l’été 2020 et qui est toujours  maintenue, plusieurs études ont démontré qu’ils étaient inefficaces 77 et nuisible 76. Comme noté par la plus vaste étude réalisée à ce jour sur le port du masque chez les  enfants, une étude allemande menée par 363 médecins sur plus de 25 000 enfants, les  effets négatifs du port du masque sont nombreux et doivent être considérés  sérieusement chez les enfants 73

L’immunité naturelle bouclier, un concept totalement éradiqué par la Santé  publique et le gouvernement 

La Santé publique du Québec a éliminé de son discours tout concept d’acquisition  d’immunité collective par contact naturel entre personnes non vulnérables s’échangeant  le virus. Pourtant, les jeunes auraient été d’excellents candidats pour acquérir cette  immunité naturelle puisqu’ils ne sont ni vraiment malades ni vraiment vecteurs. Par la 

12 

suite, ils auraient servis de bouclier pour les personnes âgées et les personnes  vulnérables. C’est la stratégie que prônent les 41 500 médecins et 13 700 scientifiques  de la médecine et de la santé publique qui ont signé The Great Barrington Declaration 30. C’est aussi l’une des stratégies qu’ont considérée les médecins québécois Dr.  Mathieu Bernier 15 et Dre Annie Janvier 2

Notre dérive concernant nos enfants sera-t-elle plus grande ?  

Aujourd’hui, au lieu d’envisager la possibilité que les enfants acquièrent de façon naturelle et  rapide une immunité en s’exposant de façon naturelle au virus, ce qui permettrait un retour à la  normal immédiat pour les enfants et permettrait au reste de la population de retrouver une  certaine normalité plus rapidement, le gouvernement s’acharne à retirer et à isoler les enfants  de leur environnement social. On retire et on isole un enfant dès qu’il a des symptômes qui font  croire à la possibilité de covid, qu’il teste positif ou qu’il a eu un contact avec un cas positif (même si lui-même n’a pas de symptôme). Ces interventions et les mesures imposées au  quotidien ont des impacts désastreux sur le bien-être et le développement des jeunes.  

Les jeunes pourraient pourtant reprendre une vie normale et s’échanger, sans danger, le virus  entre eux, acquérant ainsi une immunité naturelle et ne mettant pas à risque les personnes âgées  qui ne fréquentent pas les mêmes milieux, surtout que les jeunes et les asymptomatiques ne  sont pas des vecteurs importants. 

Les mesures actuelles de masque, de distanciation, de restriction des contacts et d’isolements  préventifs retardent une immunité collective et ont considérablement nuit à l’acquisition d’une  immunité naturelle bouclier qui auraient permis à l’ensemble de la population de reprendre une  vie active normale.  

Pire encore, puisque les enfants n’auront pas acquis cette immunité naturelle par les pairs, la  Santé publique exigera peut-être, ou insistera sûrement, qu’on vaccine tous les enfants pour le  bien de la collectivité. Et pourtant, jamais on ne pourra justifier une telle approche sur le plan  scientifique et moral : le risque de mortalité et de séquelle est statistiquement nul pour les  jeunes lorsqu’ils s’exposent de façon naturelle au virus alors que l’injection d’un vaccin  comportent toujours des risques, si minime soient-ils, et que ces risques, dans le cas d’une  thérapie géniques encore expérimentale, sont encore bien inconnus. 

Malheureusement, cette réflexion a été écartée de l’espace public depuis que la Santé publique  et le gouvernement imposent une vision sanitaire unique. 

Nous sommes incontestablement tombés dans les pièges d’une dictature sanitaire où les contre experts, nécessaires à des prises de décisions éclairées et lucides, se font museler. 

Marc-André Paquette

13 

Références  

1-Association des pédiatres du Québec, La rentrée n’est pas coupable pas coupable  https://www.facebook.com/lemondeestailleurs/posts/1627462124091524 

2-L’égalitarisme qui tue 

https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-10-09/l-egalitarisme-qui 

tue.php?fbclid=IwAR2gY93oUTGrWC0QWjpC_mTIxhzVPiqhNhOXUWEHr3-L_j5f3Q6psZj9YOo 

3-Détresse et anxiété chez les jeunes : «c’est énorme, énorme, énorme!» 

https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-10-09/l-egalitarisme-qui 

tue.php?fbclid=IwAR2gY93oUTGrWC0QWjpC_mTIxhzVPiqhNhOXUWEHr3-L_j5f3Q6psZj9YOo 

4- Témoignages de parents, grands-parents et intervenants québécois recueillis par le Collectif québécois  Parents, grands-parents et intervenants inquiets pour les enfants 

https://parentsinquiets.wixsite.com/my-site-3/t%C3%A9moignages-recueillis  

5-Collectif québécois Parents, grands-parents et intervenants inquiets pour les enfants https://parentsinquiets.wixsite.com/my-site-3 

6-Collectif du personnel scolaire en faveur du retour à la normale dans les écoles du Québec https://liberezleseleves.blogspot.com/ 

7-Libérez les enfants, lettre ouverte du Collectif du personnel scolaire en faveur du retour à la normale dans  les écoles du Québec 

https://liberezleseleves.blogspot.com/2021/03/lettre-ouverte.html 

8-Collectif d’auteurs, Impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants: un constat  clinique alarmant 

https://reinfocovid.fr/wp-content/uploads/2020/12/Politique-sanitaire 

enfants.pdf?fbclid=IwAR0Ko5RXKBwDkI1gFrzJYd390o-uHT1uPmqxVMj1Daj81DW7Odo7z8Rh69Q 

9-Collectif d’auteurs, Manifeste pour les enfants  

https://reinfocovid.fr/science/manifeste-pour-les-enfants/ 

10-Extraits de témoignages réels d’enfants français qui souffrent à cause des mesures sanitaires / contés  par des adultes 

https://www.youtube.com/watch?v=4HWuWEDh9Zw 

11- Manifeste du Collecif Réinfocovid 

https://reinfocovid.fr/le-collectif-reinfocovid/ 

12-Entrevue du Dr. Rami Baz, pédiatre  

https://balancelababouche.com/blog/joseeturmel-entrevue-avec-un-pediatre-qui-se-prononce-contre-le port-du-masque-obligatoire-a-lecole/ 

13-COVID-19 : difficile pour des médecins de se faire entendre 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1730179/college-medecins-reseaux-sociaux-sante publique?fbclid=IwAR2x2vwDW3CNrS0ekzk4tmaZCpz2cV6GN2oCwueUWwZ-24KpSCcFXnI9Yi0 

14- Plainte contre le médecin antimasque Marc Lacroix 

https://www.journaldequebec.com/2020/08/25/plainte-contre-le-dr-marc-lacroix 

15-COVID-19: ce médecin controversé fait l’objet d’une enquête 

https://www.journaldequebec.com/2020/12/06/un-medecin-controverse-fait-lobjet-dune-enquete 

16-Valérie Labbé, pédiatre, témoignage vidéo 

https://www.facebook.com/marcandre.paquette.547/posts/10224112536675643 

17-Le Collège des médecins a-t-il failli à sa mission? Dr. Robrt Béliveau, médecin retraité https://plus.lapresse.ca/screens/b70dbbd5-4ad6-4cc6-8614-

14 

cfac48066d81__7C___0.html?utm_content=screen&utm_medium=facebook&utm_campaign=microsite%20s hare&fbclid=IwAR3YqalfCDWrCKK_xvlBMTbG3BMZixThsVuX8WZTJkEMoX7FPmPpJIMUnwU 

18-Collectif pour une information libre, collectif québécois 

https://infolibre.ca/ 

19-Lettre ouverte du Collectif pour une information libre 

https://infolibre.ca/lettre-ouverte/ 

20-Quand les pédiatres défendront-ils véritablement les enfants? Lettre ouverte adréssée aux pédiatres https://parentsinquiets.wixsite.com/my-site-3/quand-les-p%C3%A9diatres-d%C3%A9fendront-ils 

21-La gestion de la crise est dangereuse pour la démocratie 

https://www.lapresse.ca/covid-19/2020-04-22/la-covid-19-dangereuse-pour-la-democratie-dit-le lieutenant-gouverneur 

22- Lettre du refus d’un débat publique sur les ondes de Radio-Canada, Radio-Canada, société d’état https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=134216595102114&id=100101221846985&__cft__ %5b0%5d=AZUTZMZoHlEKCN4QGmjLC48BtBy9RmYf6ND3-ylL2Jiedcbr0nJ92Oo5yVEe ju_Z6XjVujku1lH0EDQ1y8L6CIaMttz 

B_y2B29g8zQkGibm1QsjMzxTEqHk5c8lXBoApHZxP9xT0nngXbgtG1CVjyF&__tn__=%2CO%2CP-R 

23-Un «oubli» inexplicable 

https://www.journaldemontreal.com/2020/10/11/un-oubli-inexplicable 

24-Legault refuse de rendre publics les avis de la Direction de la santé publique 

https://www.lapresse.ca/covid-19/2020-10-07/legault-refuse-de-rendre-publics-les-avis-de-la-direction de-la-sante-publique.php 

25-Les rares avis écrits du Dr Arruda resteront secrets 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1762439/avis-ecrits-arruda-secrets-quebec-legault-covid 

26-Commission d’enquête publique – La CAQ refuse à nouveau de faire la lumière sur la gestion de la  COVID-19 dans les CHSLD et les RPA 

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/commission-d-enquete-publique-la-caq-refuse-a-nouveau de-faire-la-lumiere-sur-la-gestion-de-la-covid-19-dans-les-chsld-et-les-rpa-815213622.html 

27-Liste de médecins, professionnels et autres intervenants du Québec ayant soulevés des questions sur  des éléments de la pandémie et de sa gestion 

https://nouscitoyens.ca/medecins-professionnels-et-autres-intervenants-du-quebec-ayant-souleves-des questions-sur-des-elements-de-la-pandemie-et-de-sa-gestion/ 

28-Liste de médecins et spécialistes hors Québec portant un regard critique sur la pandémie  https://nouscitoyens.ca/elementor-1596/ 

29-Liste de collectifs de Collectifs de professionnels, de scientifiques et d’acteurs de la société portant un  regard critique sur les mesures sanitaires au Québec et ailleurs dans le monde 

https://nouscitoyens.ca/collectifs-de-professionnels-de-scientifiques-et-dacteurs-de-la-societe-portant-un regard-critique-sur-les-mesures 

sanitaires/?fbclid=IwAR0Uwn94nzcpV0p1u3CpLLsEb5tbdUaRuWlGNnDc-cDw-wv9pHNamH7F-BY 

30-La Déclaration de Great Barrington, colectif internationnal de médecins et spécialistes de la médecine et  de la santé publique 

https://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington/ 

31-Réinfocovid, collectif français regroupant de soignants, médecins et scientifiques universitaires https://reinfocovid.fr/le-collectif-reinfocovid/ 

32-United Health Professionals, collectif internationnal de professionnels de la santé https://www.facebook.com/United-Health-Professionals-113530073772726/

15 

33-Commission d’enquête internationale extra-parlementaire (collectif initié par des scientifiques en  Allemagne pour faire la lumière sur l’imposition des mesures restrictives 

https://ensemblecitoyens.be/wp-content/uploads/2020/07/Transcription_presentation_ACU_francais.pdf 

34-World Doctors Alliance, collectif international de médecins, infirmiers et professionnels de la santé https://worlddoctorsalliance.com/?fbclid=IwAR1SF4Cqz16KfVBEDiBS_yEbO8VR1TMeJiY5LsCZhIa8QfO48 x3hpYekg8g 

35-Medical Professionals and Scientists for Health, Freedom and Democracy, collectif de professionnels  médicaux et scientifiques pour la santé, la liberté et la démocratie 

https://www.mshfd.org/fr/professionnels-medicaux-et-scientifiques-pour-la-sante-la-liberte-et-la democratie/ 

36-Canadian Health Alliance, collectif canadien de médecins, de personnel infirmier et autres soignants https://www.canadahealthalliance.org/ 

37-Docteurs pour la vérité, collectif de médecins hollandais et irlandais 

https://odysee.com/@rebelmedias:c/medecins 

irlandais:5?fbclid=IwAR2l0ANwSS6C0PZEzrUQW6Qfz12rO7DmPmV_BdKTvd4IpLeap6GkgxH_0dM 

38-Lettre ouverte aux responsables politiques : Il est urgent de revoir totalement la gestion de la crise  Covid-19, collectif belge réunissant 64 signataires, médecins, professeurs et autres acteurs de la société  civile 

https://www.lalibre.be/debats/opinions/lettre-ouverte-a-nos-responsables-politiques-il-est-urgent-de revoir-totalement-la-gestion-de-la-crise-covid-19- 

5f467dfe7b50a677fb2b0d77?fbclid=IwAR3KmAjJC2unWPNbrNMNV_V4l_o3E0nBkNsZ45WxRh_MZFOs0Ll FOXBCuck#.X0eV9lgSSgc.facebook 

39-Belgian Pediatric Covid-19 Task (collectif d’experts pédiatriques belges 

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-en-belgique-la-task-force-pediatrique-demande-que tous-les-enfants-retournent-a-l-ecole-normalement?id=10560054 

40-Regroupement transparence coronavirus, collectif de 370 soignants belges 

https://www.transparence-coronavirus.be/appel.php 

41-America’s Frontline doctors, collectif de médecins américains 

https://www.americasfrontlinedoctors.com/ 

42-Médecins flamands contre le port du masque dans les écoles, collectif de 70 médecins https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_septante-medecins-flamands-demandent-l-abolition-du masque-dans-les-ecoles?id=10579881&fbclid=IwAR2lXs1wUSkTL-pwHcJ 

hTbVRuRDernykk_Ai7XgKu_dX5uElQNc2NcK9Sw 

43-Soutien au professeur Didier Raoult, Collectif de 200 médecins 

https://reseauinternational.net/un-immense-chercheur-de-dimension-mondiale-200-medecins-apportent leur-soutien-a-didier-raoult/?fbclid=IwAR1KFOXDTsYUnz92W6i4i9Ty1iIO6a09iZ9mySbl4RXPEjGF4V ANQuIIo8 

44-Covid-19 laissons les médecins prescrire, collectif français de 2000 médecins 

https://stopcovid19.today/ 

45-Association Santé Suisse 

https://jdmichel.blog.tdg.ch/media/01/01/78405660.pdf 

46-Médicos por la verdad, collectif de médecins espagnols 

https://medicosporlaverdad.es/comunicado-de-prensa-desde-medicos-por-la-verdad-espana/ 

47-Psicólogos por la verdad, collectif de psychologues espagnols 

https://medicosporlaverdad.es/comunicado-de-psicologos-por-la-verdad/

16 

48-Combien de gens faut-il affamer pour désengorger les hôpitaux?, collectif réunissant 26 spécialistes et  acteurs français de différents horizon 

https://www.lepoint.fr/debats/tribune-combien-de-gens-faut-il-affamer-pour-desengorger-les-hopitaux 02-11-2020-2399122_2.php 

49-Collectif français d’avocats 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/covid-19-un-collectif-davocats-va deposer-un-recours-contre-lobligation-du-port-du-masque-des-6- 

ans_4188743.html?fbclid=IwAR0OrISOls3TX0PnawMNhLOvqYMOUlXM0ULji-So51RCfI5jZSrq8tRyKbk 

50-CDC, Risk for COVID-19 Infection, Hospitalization, and Death By Age Group 

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/covid-data/investigations-discovery/hospitalization-death by-age.html 

51- Serology-informed estimates of SARS-COV-2 infection fatality risk in Geneva, Switzerland https://osf.io/wdbpe/ 

52-Impact des comorbidités sur les risques de décès et d’hospitalisation chez les cas confirmés de la COVID 19 durant les premiers mois de la pandémie au Québec 

https://www.inspq.qc.ca/publications/3082-impact-comorbidites-risque-deces-covid19 

53-Qui sont les victimes du coronavirus ? 

https://www.lapresse.ca/actualites/2021-01-31/qui-sont-les-victimes-du-coronavirus.php 

54- INSPQ, Évolution du nombre de décès liés à la COVID-19 au Québec selon le milieu de vie et la date de  décès, tableau 2.2 

https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees 

55-Nearly All Patients Hospitalized With Covid-19 Had Chronic Health Issues, Study Finds https://www.nytimes.com/2020/04/23/health/coronavirus-patients-risk.html 

56- COVID-19 – Indications et critères d’accès au test de détection moléculaire du SARS-CoV-2, INESSS, 21  juillet 2020 

https://www.inesss.qc.ca/fileadmin/doc/INESSS/COVID-19/COVID 

19_INESSS_test_detection_moleculaire.pdf 

57- Kary Mullis explains the PCR Test 

https://www.youtube.com/watch?v=ZmZft4fXhQQ 

58-Canadian Doctors Speaking Out, vidéo réalisée par le collectif Canadian Health Alliance https://rumble.com/veg3uf-canadian-doctors-speak-out.html?fbclid=IwAR1IGTw7czX8_fn dU3oZTBcZZcuWlkgVF85yUArhjohgRkNIDuCQpgnyK0 

59- Recherche du SARS-CoV-2 par RT-PCR avec détection en temps réel, INSPQ, Laboratoire de santé du  Québec, approuvé par Hugues Charest 

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/demandes_acces/pr-bm-131_0.pdf 

60- Protocole de détection de variants SRAS-CoV-2 portant la mutation N501Y, INSPQ, Laboratoire de santé  du Québec, 2021-02-11, révisé par Marc-Christian Domingo 

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/lspq/protocole_variants_N501Y.pdf 

61- Avis de l’OMS à l’attention des utilisateurs de tests de diagnostic in vitro 2020/05, Tests d’amplification  des acides nucléiques basés sur la méthode PCR (amplification en chaîne par polymérase) pour la détection  du SARS-CoV-2, 20 janvier 2021 

https://www.who.int/fr/news/item/20-01-2021-who-information-notice-for-ivd-users-2020- 05?fbclid=IwAR0YCJOnrTORaRHbufr6oyx80q9q2f5Nlr-JHBYS9RxfZU6MBqGYv5DOca4 

62- INSPQ, Évolution du nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19 au Québec selon le milieu de vie et la  date de décès, tableau 3.1 et 3.2 

https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees

17 

63-Arruda, entrevue 15 septembre 2020 

https://covid19flu.info/index.php/component/allvideoshare/video/arruda-les-enfants-ne-sont-pas-des vecteurs-de-contagion-des-adultes-15-sept 

2020?fbclid=IwAR1myDNpFI8bGSEI2Ikv2y99hjmyS38meSfm0Vcx-dFXYQsG6Erc74rEVUU 

64- COVID-19 : Gestion des cas et des contacts dans les services de garde éducatifs à l’enfance et les  établissements d’enseignement préscolaire, primaire et secondaire, Recommandations intérimaires, INSPQ,  24 mars 2021 

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/3055-services-garde-enseignement-prescolaire primaire-secondaire-covid19.pdf 

65-Plusieurs écoles ferment pour cause d’éclosion de COVID-19, 22 février 2021 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1772370/ecole-fermeture-saint-bruno-tests-covid-montreal blainville 

66-La fermeture des écoles crée une onde de choc, 31 mars 2021 

https://www.journaldequebec.com/2021/03/31/la-fermeture-des-ecoles-cree-une-onde-de-choc 

67-Covid-19: Asymptomatic cases may not be infectious, Wuhan study indicate 

https://www.bmj.com/content/371/bmj.m4695 

68- La gestion des cas et des contacts, Fiche : Types de cas – Définition, mise à jour du : 2020-04-08 https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/covid/formation-gestion-cas-covid19-definition-cas.pdf 

69-Épidémie de morts, épidémie de cas, épidémie de cas présumés… ou épidémie de peur ? Réflexion, par  Marc-André Paquette 

https://www.facebook.com/marcandre.paquette.547/posts/10224217427377845?__cft__[0]=AZWnFJeQx ZlmQqMPIcVL4V-0X6ehUjyFRePQDcxS 

m4J49xMzUg6vMgXlZE4QCQ1D3o2qEfbhlsG2L0lb5irWrQHyD2b605cTyRQxV_56-IGB8bh4Oz YKVV1ElMPO4n3I0&__tn__=%2CO%2CP-R 

70- Dr. Lawrence Rosenberg, président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de  services sociaux (CIUSSS) du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, 14 septembre 2020 https://www.lapresse.ca/covid-19/2020-09-22/le-coronavirus-pas-plus-dangereux-que-la-grippe vraiment.php 

71-Que sommes-nous en train de faire subir aux enfants?Lettre ouverte du Collectif québécois de parents,  grands- parents et intervenants inquiets pour les enfants, 5 décembre 2020 

https://parentsinquiets.wixsite.com/my-site-3/que-sommes-nous-en-train-de-faire-s 

72-Portrait de la COVID-19 parmi les enfants du Québec du 23 février au 11 juillet 2020, INSPQ https://www.inspq.qc.ca/publications/3081-portrait-enfants-covid19 

73-Corona children studies « Co-Ki »: First results of a Germany-wide registry on mouth and nose covering  (mask) in children, étude dirigée par 363 médecins sur plus de 25 000 enfants 

https://www.researchsquare.com/article/rs-124394/v1 

74-External peer review of the RTPCR test to detect SARS-CoV-2 reveals 10 major scientific flaws at the  molecular and methodological level: consequences for false positive results. 

https://cormandrostenreview.com/report/ 

75-Correlation Between 3790 Quantitative Polymerase Chain Reaction–Positives Samples and Positive Cell  Cultures, Including 1941 Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 Isolates https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciaa1491/5912603 

76-Review of scientific reports of harms caused by face masks, up to February 2021 https://www.researchgate.net/publication/349518677_Review_of_scientific_reports_of_harms_caused_by_ face_masks_up_to_February_2021

18 

77-Masks don’t work – a review of science relevant to Covid-19 social policy 

https://thewallwillfall.org/2020/06/23/masks-dont-work-a-review-of-science-relevant-to-covid-19- social-policy/ 

78- False-positive COVID-19 results: hidden problems and costs, The Lancet 

https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(20)30453-7/fulltext 

79-Clarifying the evidence on SARS-CoV-2 antigen rapid tests in public health responses to COVID-19 https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00425-6/fulltext 

80-Viral cultures for COVID-19 infectivity assessment. Systematic review, Oxford Centre for Evidence Based Medicine (CEBM) 

https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.08.04.20167932v4 

81-COVID-19 : difficile pour des médecins de se faire entendre 

https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=ZjZLVhl9wuE&feature=youtu.be&fbclid=IwAR39_s2vQ ggW8yNXxRmuF0fQ9wfFucgGJOHTqDc5OWNQun9hcnNUhzSVP-Q 

82-Un jeune sur deux présente des symptômes d’anxiété ou de dépression, Enquête menée par l’Université  de Sherbrooke sur la santé psychologique des 12 à 25 ans 

https://www.usherbrooke.ca/actualites/nouvelles/nouvelles-details/article/44448/ 

83-Présentation des statistiques au sujet de la covid, entrevue, Dr. Robert Béliveau, médecin retraité https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2882906018632996&id=100007408775203 

84-Entrevue sur les liens épidémiologiques, Dr. Arruda, 22 avril 

https://www.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=ysH40P8MiTE&fbclid=IwAR3CLdvj_foBmGEFiVYE Q89MCqtyI9HJjPSB41xJlOUefVZubOqmvHc3UJI&app=desktop 

85-Les enfants seraient moins contagieux que les adultes, article référant à une étude publiée par des  chercheurs canadiens 

https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-04-09/covid-19/les-enfants-seraient-moins-contagieux-que-les adultes.php?fbclid=IwAR10RLto4CmYQ3W8iw9o3glLcpxi7YI84r_ZgRh4gUgr_zqFCDzaMnaHlqo

19