Le juge Thomas plaide pour la création d’utilitaires Facebook, Twitter et Google – Protocol

Le juge Thomas plaide pour la création d’utilitaires Facebook, Twitter et Google – Protocol

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Traduction;  Google traduction
 

 

 

L’automne dernier, le juge Clarence Thomas a soutenu qu’il était temps de limiter l’ immunité en vertu de l’ article 230. Maintenant, le juge Thomas expose un argument pour expliquer pourquoi des entreprises comme Facebook, Twitter et Google devraient être réglementées en tant que services publics.

Lundi, la Cour suprême a annulé une décision d’un tribunal inférieur en concluant que le président Trump avait agi de manière inconstitutionnelle en bloquant des personnes sur Twitter. Cette affaire, que les juges ont jugée sans objet, reposait sur l’idée que le compte @realdonaldtrump était un forum public géré par le président des États-Unis et qu’il était donc constitutionnellement interdit d’étouffer le discours privé. Dans son accord, le juge Thomas est d’accord avec la décision, mais soutient qu’en fait, l’interdiction récente par Twitter du compte @realdonaldtrump suggère que ce sont les plates-formes elles-mêmes, et non les représentants du gouvernement sur elles, qui détiennent tout le pouvoir.

«Comme Twitter l’a clairement indiqué, le droit de couper la parole est principalement entre les mains des plates-formes numériques privées», écrit Thomas. « La mesure dans laquelle ce pouvoir compte aux fins du premier amendement et la mesure dans laquelle ce pouvoir pourrait légalement être modifié soulèvent des questions intéressantes et importantes. »

Thomas soutient que si les entreprises privées ne sont pas soumises au premier amendement, les transporteurs publics sont uniques aux autres entreprises privées en ce qu’ils n’ont pas le «droit d’exclure». Thomas suggère que les grandes plates-formes technologiques dotées d’un pouvoir de marché substantiel devraient être liées par les mêmes restrictions. «Si l’analogie entre les transporteurs publics et les plates-formes numériques est correcte, alors une réponse peut se poser pour les utilisateurs de plate-forme insatisfaits qui apprécieraient de ne pas être bloqués: des lois qui restreignent le droit d’exclusion de la plate-forme», écrit Thomas.

Une telle restriction limiterait considérablement la capacité des géants de la technologie à modérer le contenu, une proposition que les géants de la technologie et ceux de gauche qui souhaitent voir une modération de contenu plus agressive en ligne rejetteraient presque certainement.

Thomas poursuit en décrivant l’étendue du pouvoir de marché de Facebook et de Google, citant les quelque 3 milliards d’utilisateurs de Facebook et la part de marché de 90% de Google dans la recherche. «Cela ne change rien au fait que ces plates-formes ne sont pas les seuls moyens de diffusion de la parole ou de l’information. Une personne peut toujours choisir d’éviter le pont à péage ou le train et à la place, nager sur la rivière Charles ou parcourir le sentier de l’Oregon», écrit Thomas. « Mais pour évaluer si une entreprise exerce un pouvoir de marché substantiel, ce qui compte, c’est de savoir si les alternatives sont comparables. Pour de nombreuses plates-formes numériques d’aujourd’hui, rien ne l’est. »

 

Thomas reconnaît qu’il appartiendrait à «une législature» d’imposer une telle restriction et que l’affaire de blocage de Twitter devant le tribunal n’a pas offert l’occasion de s’attaquer à ces questions. Mais, écrit-il, « Nous n’aurons bientôt d’autre choix que de nous pencher sur la manière dont nos doctrines juridiques s’appliquent à des infrastructures d’information privées hautement concentrées telles que les plates-formes numériques. »