François Legault me fait peur – Le JOURNAL de MONTREAL

François Legault me fait peur – Le JOURNAL de MONTREAL

  • Post category:Covid-19
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
MADELEINE PILOTE-CÔTÉ
 

MISE À JOUR 

À la conférence de presse de mardi dernier, le premier ministre a laissé entendre que le nombre de jeunes hospitalisés aurait considérablement augmenté.

Son message m’a terrifiée. J’ai réalisé l’ampleur de la troisième vague. Elle frappe fort. J’ai mal dormi cette nuit-là.

Monsieur Legault a dit ceci : « Le portrait a beaucoup changé chez les plus jeunes. Il y a beaucoup plus de jeunes qui sont hospitalisés. »

Samedi, le Bureau d’enquête du Journal présentait des données de l’Institut national de santé publique du Québec. On pouvait y lire : « Comparativement au sommet de la première vague, il y a sensiblement le même nombre de jeunes admis à l’hôpital. »

En résumé, la semaine dernière, on comptait moins de personnes de moins de 60 ans admises à l’hôpital à cause de la COVID-19 que dans la semaine du 19 avril 2020, celle où a été enregistré le pic des hospitalisations de la première vague. Pour ce qui est de la tranche d’âge de 0-29 ans, on compte seulement une personne de plus.

Quand notre premier ministre tente de faire peur aux plus jeunes en sous-entendant des faits erronés, ça va vraiment trop loin.

  • Écoutez la chronique de Madeleine Pilote-Côté à QUB radio

Faire ses recherches

Loin de moi l’idée de me mettre la tête dans le sable. Les variants nous mettent tous et toutes à risque. Ce genre d’information est très important à savoir.

Ceci dit, il est du devoir de François Legault de nous exposer les faits tels qu’ils sont.

S’il veut alerter les jeunes, la moindre des choses est de le faire en s’appuyant sur des statistiques solides.

La leçon que j’en retire ? Un bon moyen de se rassurer, c’est de vérifier ce qu’on nous dit. Même ce qui sort de la bouche du premier ministre, à qui on devrait pouvoir faire confiance.

En attendant de me faire injecter le vaccin, je n’accepterai plus que l’on m’injecte indûment de la peur.

SOURCE: LE JOURNAL DE MONTREAL