1 Québécois sur 3 est au bord de l’épuisement professionnel! – Les affaires

1 Québécois sur 3 est au bord de l’épuisement professionnel! – Les affaires

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Un clair enjeu de santé mentale… (Photo: Jen Theodore pour Unsplash)

 

31-10-2020 8:00

Vous sentez-vous submergés par le travail? Stressés? Fatigués? Hum, ce n’est pas si étonnant que ça… C’est qu’au Québec 33% des travailleurs disent aujourd’hui qu’ils sont carrément au bord de l’épuisement professionnel, qu’ils le sont même davantage qu’ils ne l’ont jamais été depuis ces douze derniers mois. C’est du moins ce qui ressort d’un sondage du cabinet de recrutement Robert Half.

Quelle en est la cause? 40% des Québécois estiment que cela découle essentiellement de l’augmentation de leur charge de travail, laquelle résulte en droite ligne de la pandémie du nouveau coronavirus; le télétravail impose de nouvelles façons de faire, et donc une plus grande autonomie, et donc davantage de responsabilités.

C’est bien simple, seulement 18% des Québécois se trouvent à présent moins stressés, et donc loin de l’épuisement professionnel, que l’an dernier. Ce qui montre a contrario l’ampleur de l’impact de la COVID-19 sur la santé mentale des Québécois. Une ampleur, disons-le sans ambiguïté, phénoménale.

Le sondage dévoile par ailleurs deux points qui méritent d’être soulignés:

– Les femmes (36%) sont plus affectées que les hommes (31%).

– Les 25-40 ans (37%) sont les plus affectés, ex aequo avec les 41-54 ans (36%). En revanche, les boomers (28%) – 55 ans et plus – le sont nettement moins.

«Les Québécois travaillent plus fort que jamais, si bien que leurs gestionnaires se doivent d’avoir le cran d’aborder avec eux le sujet sensible de l’épuisement professionnel, dit David King, président, district principal du Canada, de Robert Half. Il faut que ceux-ci trouvent le moyen non seulement d’alléger la charge de travail de chaque employé, mais aussi d’améliorer leur bien-être.»

D’ailleurs, un autre sondage de Robert Half met au jour le fait que 82% des gestionnaires sont inquiets de voir partir certains de leurs employés chez un concurrent. Et lorsqu’on leur demande pourquoi, ils sont 47% à reconnaître que c’est sûrement à cause de la surcharge de travail depuis le début de la pandémie…

Alors, comment corriger le tir? Les experts de Robert Half ont trois suggestions à l’attention des gestionnaires:

1. Établir les priorités sans vergogne. «Consultez régulièrement les membres de votre équipe pour discuter des projets en cours et des obstacles, préconisent-ils. Aidez-les à se concentrer sur les tâches opérationnelles critiques.»

2. Encourager les congés. «Les employés débordés peuvent hésiter à prendre une pause. Encouragez, donc, l’équilibre travail-vie personnelle, en rappelant à vos employés d’utiliser leurs jours de vacances et de gérer efficacement leur temps.»

3. Partager des ressources utiles. «Faites la promotion des offres en matière de bien-être auxquelles l’entreprise donne droit, et transmettez de l’information sur les cours et les programmes gratuits qui favorisent un mode de vie plus sain.»

Voilà. L’enjeu est énorme. Reste à voir, chers employeurs, si vous serez à la hauteur du défi…

En passant, le médecin et écrivain français Georges Duhamel disait: «Je me défie de la machine qui est en moi».

*****

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

SOURCE Les Affaire