You are currently viewing Lettre ouverte de Richard Girgis au chroniqueur haineux Patrick Lagacé — aura-t-il poursuite criminelle pour ses propos dans le Journal La Presse contre les gens qui sont anti-vaccin ? – LES MANCHETTES

Lettre ouverte de Richard Girgis au chroniqueur haineux Patrick Lagacé — aura-t-il poursuite criminelle pour ses propos dans le Journal La Presse contre les gens qui sont anti-vaccin ? – LES MANCHETTES

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Catégorie : Catégorie article justice et faits divers 

Voici l’excellente et très belle réponse de Richard Girgis, propriétaire depuis trois décennies de quatre cliniques médicale.

Avant toute chose, qui est M Girgis ?


Natif de Montréal, Richard a le cœur d’un véritable militant qui agit par conviction et par de profondes valeurs personnelles. Au cours des vingt dernières années, il a acquis beaucoup de connaissances dans le domaine médical en tant que copropriétaire de nombreuses cliniques médicales de la grande région de Montréal. Ayant négocié des ententes commerciales avec certaines des plus grandes pharmacies du Québec et ayant travaillé aux côtés du personnel médical en période de crise de santé publique, Richard a acquis une connaissance intime du fonctionnement du système de santé public au Québec et des incitatifs qui animent les intérêts pharmaceutiques.

Deuxième de leurs deux fils, les parents de Richard ont donné l’exemple à leurs enfants. Sa mère, l’une des très rares femmes ingénieures à avoir obtenu son diplôme de l’Université de Toronto dans les années 1970, a mené une carrière fructueuse et a finalement pris sa retraite de Pratt & Whitney Canada en tant que chef de l’information (CIO) de l’entreprise. Son père, qui est venu au Canada après des débuts modestes en Égypte, est un médecin spécialiste à la retraite qui a servi la communauté du Grand Montréal pendant plus de 40 ans.

En 1997, Richard a terminé ses études secondaires au Lower Canada College dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce de Montréal. En 1999, il a fréquenté l’Université Queen’s à Kingston pendant un an dans le cadre du baccalauréat en commerce. À son retour à Montréal, Richard poursuit ses études à l’Université de Montréal dans le programme de certificat de droit. Tout au long de ses études, Richard a continué à travailler aux côtés de son père en tant que directeur et copropriétaire de cliniques médicales semi-privées à St-Léonard, Laval et Terrebonne. Il a depuis quitté le domaine médical pour continuer sa carrière en tant qu’entrepreneur.

Avec une formation en droit et en commerce, Richard a un intérêt personnel à réseauter avec la grande communauté juridique canadienne afin d’intenter des actions directes contre les mesures de santé publique dommageables, divisives et discriminatoires. Richard est également rédacteur en chef des groupes militants bénévoles Fearless Canada et Courage Québec.


Cher Patrick Lagacé,

Votre dernier éditorial, « Sortir le casque de fer », frise franchement le discours de haine discriminatoire. Il n’a pas sa place dans une société démocratique et ne sert qu’à semer la discorde et la division dans notre société autrefois cohésive.

J’ai du mal à trouver la motivation qu’une personne en position d’influence pourrait avoir pour écrire un éditorial comme le vôtre. Vous semblez toujours être convaincu que la minorité relativement faible de Québécois non vaccinés est la source de tous les problèmes de société et la raison d’un nouveau confinement, qui comprend un couvre-feu imposé par le gouvernement.

Ce que vous ne comprenez désespérément pas, c’est que ce ne sont pas les non vaccinés qui transmettent le virus ou qui constituent la grande majorité des cas.

Vous suggérez que, comme l’a déclaré le ministre de la Santé Christian Dubé, que la moitié de toutes les hospitalisations de Covid sont parmi les non vaccinés. La vérité est qu’ils font partie des « inadéquatement vaccinés », terme qui s’appliquera bientôt à ceux qui ont reçu deux doses.
Ces hospitalisations concernent également les personnes fragiles, les personnes âgées et celles souffrant d’autres comorbidités graves.

Pourtant, nous ne suggérons pas que les personnes souffrant d’obésité morbide ou ayant un mode de vie à risque soient privés de leurs droits, même s’ils sont la principale cause de pression sur le système de santé. Ce serait injuste, n’est-ce pas ? Nous ne savons pas non-plus combien de ces admissions à l’hôpital sont dues au Covid-19 ou sont fortuites après avoir été testées positives bien qu’elles ne présentent pas de symptômes de la maladie.

Enfin, toutes les hospitalisations liées au Covid-19 n’ont représenté en moyenne que 2% des hospitalisations toutes causes confondues au cours de la dernière année.

Le fait est que notre gouvernement est incapable de gérer les virus saisonniers et ne l’a sans doute jamais été. Ne vous est-il pas venu à l’esprit que la quasi-totalité des 12 500 soignants en arrêt maladie sont eux-mêmes COMPLÈTEMENT VACCINÉS ? Pensez-vous vraiment encore que cette crise soit la faute des non vaccinés ? Ou essayez-vous plutôt de trouver des boucs émissaires à blâmer et à diffamer perpétuellement afin de vous soulager de vos frustrations personnelles résultant des mesures de confinement inconstitutionnelles du gouvernement ?

Votre journal et de nombreux autres journaux grand public de la province ont traditionnellement adopté un point de vue critique sur la mauvaise gestion des soins de santé publics au cours des dernières décennies.

Je suis sûr que vous vous souviendrez que la situation dans les salles d’urgence et les autres services est critique depuis des décennies. Je peux vous dire, ayant moi-même possédé et géré quatre cliniques médicales au cours des trois dernières décennies à Montréal et dans les régions avoisinantes, que notre gouvernement n’a jamais eu la main sur les soins de santé.

Au lieu de cela, nos citoyens se voient offrir des paroles en l’air, un monstre de bureaucrates et une trahison récurrente des professionnels de la santé et de leurs syndicats. Je vous informe également que, dans toutes nos cliniques médicales, nous avons mené des campagnes de vaccination contre la grippe saisonnière pour ceux qui désiraient une injection préventive.

La plupart des années, l’efficacité était au mieux de 50 % et, dans les pires années, pratiquement inexistante, tout comme l’efficacité des injections d’ARNm dans la prévention des infections « Omicron ». C’est en partie pourquoi nous laissons la vaccination au libre choix des patients. La communauté médicale est censée défendre les droits des patients et le principe internationalement reconnu du consentement éclairé.

Ce que vous réclamez, c’est plutôt la ségrégation et l’isolement de près de 1,5 million de Québécois à la demande d’un segment distinct de la population. Vous réclamez des sanctions qui vont jusqu’à limiter la capacité de survie des non vaccinés. Et vous faites cela sans vous rendre compte que vous pouvez en fait être un sociopathe jouant le rôle d’un tyran mesquin et vindicatif.

Vous ignorez également les préoccupations légitimes des Québécois qui ont choisi, de leur propre libre arbitre garanti par la Charte, de refuser les injections récurrentes de nouvelles injections à ARNm, malgré les dures conséquences qui leur sont déjà imposées.

Vers la fin de votre éditorial, vous appelez les Québécois à s’unir et à se soutenir en ces temps difficiles. Cela m’étonne que vous ne puissiez pas voir à quel point votre propre discours est diamétralement opposé à cet objectif. Vous avez créé un ennemi dans votre esprit et vous ne réalisez pas que les juridictions les plus vaccinées au monde sont toujours en proie à une pandémie de cas.

Vous refusez de voir ce qui est flagrant et vous continuez à défendre l’indéfendable. Sachez, Monsieur Lagacé, que ceux que vous qualifiez d’« anti-vaxx » ne sont pas le groupe que vous pensez qu’ils sont.

Cependant, vos propos ne sont pas passés inaperçus. Dans les prochains jours, ces propos feront l’objet d’accusations pénales pour incitation à la haine et atteinte à l’ordre public entraînant l’effilochage de l’ordre social.

Soyez assuré; vos actions ne sont pas sans conséquences.

En tant que tel, considérez-vous comme averti.

Cordialement,

Richard Girgis