La recherche d’un expert canadien révèle que les méfaits du verrouillage sont 10 fois plus importants que les avantages – TORONTO SUN

La recherche d’un expert canadien révèle que les méfaits du verrouillage sont 10 fois plus importants que les avantages – TORONTO SUN

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Un panneau fermé est vu dans la fenêtre d’une petite entreprise. PHOTO PAR OLIVIER DOULIERY / AFP via Getty Images / Files
Traduction avec : GOOGLE TRADUCTION
 
Anthony Furey
Publishing date:
09 janv.2021  • il y a  1 semaine  •  6 minutes de lecture
 

Le Dr Ari Joffe est spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques au Stollery Children’s Hospital d’Edmonton et professeur clinique au Département de pédiatrie de l’Université de l’Alberta. Il a écrit un article intitulé COVID-19: Repenser le Lockdown Groupthink qui constate que les méfaits des verrouillages sont 10 fois plus importants que leurs avantages.

Le Q&A ci-dessous est un échange entre Joffe et Anthony Furey.

Vous étiez un fervent partisan du verrouillage au départ, mais vous avez depuis changé d’avis. Pourquoi donc?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j’ai pris en charge les verrouillages au début.

 
 

 

Premièrement, les données initiales suggéraient à tort que le taux de mortalité par infection était de 2 à 3%, que plus de 80% de la population serait infectée et la modélisation suggérait que des verrouillages répétés seraient nécessaires. Mais des données émergentes ont montré que le taux médian de mortalité par infection est de 0,23%, que le taux de mortalité médian par infection chez les personnes de moins de 70 ans est de 0,05% et que le groupe à haut risque est constitué des personnes âgées, en particulier celles qui présentent des comorbidités sévères. En outre, il est probable que dans la plupart des situations, seulement 20 à 40% de la population seraient infectés avant que la transmission continue ne soit limitée (c.-à-d. Immunité collective).

Deuxièmement, je suis un spécialiste des maladies infectieuses et des soins intensifs, et je ne suis pas formé pour prendre des décisions de politique publique. Je ne considérais que les effets directs du COVID-19 et mes connaissances sur la façon de prévenir ces effets directs. Je ne considérais pas les immenses effets de la réponse au COVID-19 (c’est-à-dire les verrouillages) sur la santé publique et le bien-être.

Des données émergentes ont montré une quantité impressionnante de soi-disant «dommages collatéraux» dus aux verrouillages. On peut prévoir que cela affectera négativement plusieurs millions de personnes dans le monde avec l’insécurité alimentaire [82-132 millions de personnes supplémentaires], la pauvreté extrême [70 millions de personnes supplémentaires], la mortalité maternelle et des enfants de moins de 5 ans due à l’interruption des soins de santé [1,7 million de personnes supplémentaires], maladies infectieuses décès dus à des services interrompus [millions de personnes atteintes de tuberculose, de paludisme et du VIH], fermetures d’écoles pour les enfants [affectant le potentiel de revenus et la durée de vie futurs des enfants], l’interruption des campagnes de vaccination pour des millions d’enfants et la violence entre partenaires intimes pour des millions de femmes. Dans les pays à revenu élevé, des effets indésirables se produisent également en raison du retard et de l’interruption des soins de santé, du chômage, de la solitude, de la détérioration de la santé mentale, de l’augmentation des décès dus aux crises d’opioïdes, etc.

Troisièmement, une analyse coûts-avantages formelle des différentes réponses à la pandémie n’a pas été effectuée par des experts du gouvernement ou de la santé publique. Au départ, je supposais simplement que les verrouillages pour supprimer la pandémie étaient la meilleure approche. Mais les décisions politiques en matière de santé publique devraient exiger une analyse coûts-avantages. Étant donné que les verrouillages sont une intervention de santé publique visant à améliorer le bien-être de la population, nous devons tenir compte à la fois des avantages des verrouillages et des coûts des verrouillages sur le bien-être de la population. Une fois que je suis devenu plus informé, j’ai réalisé que les verrouillages causaient beaucoup plus de tort qu’ils n’en empêchaient.

 

 

Il n’y a jamais eu d’analyse complète des coûts-avantages des verrouillages au Canada. Qu’avez-vous trouvé lorsque vous avez fait le vôtre?

Tout d’abord, quelques informations générales sur l’analyse coûts-avantages. J’ai découvert des informations dont je n’étais pas au courant auparavant. Premièrement, encadrer les décisions entre sauver des vies et sauver l’économie est une fausse dichotomie. Il existe une forte relation à long terme entre la récession économique et la santé publique. Cela a du sens, car les dépenses publiques consacrées aux soins de santé, à l’éducation, aux routes, à l’assainissement, au logement, à la nutrition, aux vaccins, à la sécurité, aux filets de sécurité sociale, à l’énergie propre et à d’autres services déterminent le bien-être et l’espérance de vie de la population. Si le gouvernement est obligé de dépenser moins pour ces déterminants sociaux de la santé, il y aura des «vies statistiques» perdues, c’est-à-dire que des gens mourront dans les années à venir. Deuxièmement, j’avais sous-estimé les effets de la solitude et du chômage sur la santé publique. Il s’avère que la solitude et le chômage sont connus pour être parmi les facteurs de risque les plus importants de mortalité précoce, de réduction de la durée de vie et de maladies chroniques. Troisièmement, dans la prise de décisions politiques, il y a des compromis à considérer, des coûts et des avantages, et nous devons choisir entre des options qui ont chacune des résultats tragiques afin de plaider pour que le moins de gens meurent possible.

Dans l’analyse coûts-avantages, je considère les avantages des verrouillages dans la prévention des décès dus au COVID-19, et les coûts des verrouillages en termes d’effets de la récession, de la solitude et du chômage sur le bien-être et la mortalité de la population. Je n’ai pas considéré tous les autres soi-disant «dommages collatéraux» des verrouillages mentionnés ci-dessus. Il s’est avéré que les coûts des verrouillages sont au moins 10 fois plus élevés que les avantages. Autrement dit, les verrouillages causent beaucoup plus de dommages au bien-être de la population que le COVID-19. Il est important de noter que je soutiens une approche de protection ciblée, dans laquelle nous visons à protéger les personnes réellement à haut risque de mortalité par COVID-19, y compris les personnes âgées, en particulier celles qui ont des comorbidités graves et celles qui vivent dans les maisons de soins infirmiers et les hôpitaux.

Vous avez étudié le rôle de la modélisation dans la formation de l’opinion publique. Pouvez-vous nous expliquer cela?

 

Je pense que la modélisation et les prévisions initiales étaient inexactes. Cela a conduit à une contagion de la peur et des politiques à travers le monde. Les médias populaires se sont concentrés sur les nombres absolus de cas et de décès de COVID-19 indépendamment du contexte. Il y a eu une concentration unilatérale pure sur la prévention du nombre d’infections. L’économiste Paul Frijters a écrit qu’il s’agissait «de sembler réduire les risques d’infection et de décès dus à cette maladie en particulier, à l’exclusion de tous les autres risques pour la santé ou d’autres problèmes de vie». La peur et l’anxiété se sont propagées, et nous avons élevé le COVID-19 au-dessus de tout ce qui pourrait avoir de l’importance. Nos biais cognitifs nous ont empêchés de faire des politiques optimales: nous avons ignoré les «  décès statistiques  » cachés rapportés au niveau de la population, nous avons préféré des avantages immédiats à des avantages encore plus importants dans le futur,

 
 
 

 

J’ai découvert qu’au Canada, en 2018, il y avait plus de 23000 décès par mois et plus de 775 décès par jour. Dans le monde en 2019, il y avait plus de 58 millions de décès et environ 160000 décès par jour. Cela signifie que le 21 novembre de cette année, le COVID-19 représentait 5,23% des décès au Canada (2,42% en Alberta) et 3,06% des décès dans le monde. Chaque jour, pendant les années non pandémiques, plus de 21 000 personnes meurent du tabagisme, 3 600 de pneumonie et de diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans et 4 110 de tuberculose. Nous devons considérer les chiffres tragiques du COVID-19 dans leur contexte.

Je pense que nous devons faire une «pause énergique» et reconsidérer les informations dont nous disposons. Nous devons calibrer notre réponse au risque réel, effectuer des analyses rationnelles des coûts-avantages des compromis et mettre fin à la pensée de groupe de verrouillage.

Le Canada suit déjà la voie du verrouillage depuis de nombreux mois. Que faut-il faire maintenant? Comment changer de cap?

Comme ci-dessus, je pense que nous devons prendre une «pause d’effort» et reconsidérer les informations dont nous disposons. Nous devons calibrer notre réponse au risque réel, effectuer des analyses rationnelles des coûts-avantages des compromis et mettre fin à la pensée de groupe de verrouillage. Certaines considérations que j’ai suggérées ailleurs sont les suivantes:

Nous devons mieux nous renseigner sur les risques et les compromis impliqués, et atténuer les craintes déraisonnables grâce à des informations précises. Nous devons nous concentrer sur l’analyse coûts-avantages – les verrouillages répétés ou prolongés ne peuvent pas être basés uniquement sur les chiffres du COVID-19.

Nous devrions nous concentrer sur la protection des personnes à haut risque: les personnes hospitalisées ou dans des maisons de retraite médicalisées (par exemple, le masquage universel dans les hôpitaux réduit considérablement la transmission), dans des conditions de surpeuplement (par exemple, refuges pour sans-abri, prisons, grands rassemblements), et 70 ans et plus (en particulier avec des comorbidités sévères) – ne verrouillez pas tout le monde, quel que soit leur risque individuel.

Nous devons garder les écoles ouvertes car les enfants ont une morbidité et une mortalité très faibles dues au COVID-19 et (en particulier ceux de 10 ans et moins) sont moins susceptibles d’être infectés par le SRAS et ont une faible probabilité d’être la source de transmission du SRAS. -CoV-2.

Nous devrions augmenter la capacité de pointe des soins de santé si les prévisions, étalonnées avec précision à plusieurs reprises sur des données en temps réel (jusqu’à présent, les prévisions, même à court terme, ont échoué à plusieurs reprises), suggèrent qu’elles sont nécessaires. Avec le masquage universel dans les hôpitaux, les agents de santé asymptomatiques devraient être autorisés à continuer à travailler, même s’ils sont infectés, préservant ainsi le personnel de santé.

SOURCE: TORONTO SUN