You are currently viewing Je suis personnellement témoin de la détresse de certains collègues qui n’arrivent pas à envisager de perdre leur travail qu’ils menaient à bien depuis de nombreuses années. – Pierre RICHARD, Employé #32217 – BENOIT GIROUARD, PAGE PUBLIQUE

Je suis personnellement témoin de la détresse de certains collègues qui n’arrivent pas à envisager de perdre leur travail qu’ils menaient à bien depuis de nombreuses années. – Pierre RICHARD, Employé #32217 – BENOIT GIROUARD, PAGE PUBLIQUE

  • Post category:Covid-19
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Pierre RICHARD, Employé #32217
 
Montréal le 8 octobre 2021
Président-directeur général
CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal
 
Mr. Rosenberg
 
Je viens de recevoir un message non signé de la part de la direction des Ressources humaines, communications et affaire juridique datée du 6 octobre 2021 et intitulée Vaccination Obligatoire (Décret No 1276-2021 – Refuse la vaccination COVID-19 et retrait du lieu de travail en date du 15 octobre 2021)
 
Vous, en temps que Président-directeur général du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, vous appliquez le décret à la lettre, car c’est un décret provincial voté et impliquant tous les centres de santé du Québec dont votre CIUSSS en fait partie.
 
Il est de votre devoir d’appliquer ce décret et vous ne pouvez pas vous y soustraire à moins d’être démis de vos fonctions avec toutes les conséquences que cela comporte.
 
En plus, en temps que médecin, je présume que vous êtes totalement convaincu du bien fondé de cette campagne de vaccination visant à protéger du mieux possible le plus grand nombre de citoyens.
 
Donc il ne fait aucun doute pour vous que ce vaccin est totalement inoffensif et qu’il permettra à la grande majorité des citoyens québécois de passer à travers cette pandémie sans risques majeurs pour leur santé à court, moyen et long terme.
 
Ce choix est basé sur la raison scientifique, épidémiologique et médicale.
 
Je présume également que vous-même, tous vos proches et vos amis sont dûment vaccinés, afin de répondre aux demandes de compassion et de respect des autres, même si vous n’êtes pas, ou s’ils ne sont pas nécessairement convaincus du bienfondé de la vaccination telle qu’administrée avec ces vaccins.
 
Si tel est le cas, ce décret vient à point pour forcer les derniers opposants à accepter de se faire vacciner et près de la totalité des québécois seront enfin vaccinés à la demande gouvernementale.
 
Il est envisageable un jour, qu’un gouvernement provincial, à tendance écologiste, soit élu, ayant un projet de santé visant à interdire toute vaccination au profit d’une meilleure politique de santé globale.
 
Si cela devait arriver, je me joindrais à vous afin de protester contre l’interdiction à la vaccination, car je crois qu’il faut avant tout respecter la diversité d’opinion et de convictions.
 
Un gouvernement qui n’arrive pas convaincre ses citoyens du bienfondé de ses actions ne peut démocratiquement pas agir par coercition et moins en encore par punition.
 
Rappelons-nous qu’en 2021, nous sommes rendus à un point de non-retour au niveau de la disparition de la majorité des espèces. Il en va de même en ce qui concerne les habitats, les sociétés, les cultures, les langues et les croyances.
Tout a été sacrifié à l’uniformité, à la dissolution des différences, à la monoculture, à l’uniformité de la pensée, à la perte de toute diversité.
 
Pour beaucoup, tout cela est une bonne chose, permettant ainsi de simplifier les modes de communication, les modes de pensée et pouvoir se déplacer n’importe où sur ce globe et pouvoir vivre comme à la maison, sans être bousculé par l’autre.
 
Ce mode de pensée à l’« Américaine » a fait ses preuves et s’il profite aux plus nantis, il fait abstraction de la majorité du reste de la population.
Ce concept globaliste est compris par certains qui remettent en cause notre façon hégémonique d’imposer notre culture au reste du monde. Ils croient à la richesse de l’autre qui au lieu de nous réduire, nous agrandit et permet bien souvent de pouvoir penser « en dehors de la boîte ».
 
La diversité est la seule solution à long terme d’une espèce. Les biologistes en font la preuve quotidiennement. Sans diversités les espèces nuisibles prolifèrent et se débilitent.
 
Toutes personnes opposées aux vaccins (ARNm et autres) ne sont pas que des opposants ou des complotistes. Une grande majorité de ces derniers le sont pour des raisons scientifiques, d’idéologie, et de bon sens.
Parmi les « opposants » se trouve un nombre incalculable de responsables en santé : médecins, infirmières, aides-soignants, scientifiques, ayant des responsabilités parfois importantes qui vont saigner le réseau de la santé, et bien d’autres, de manière inimaginable.
 
L’interdiction de permettre à ces gens de faire leur travail est une atteinte directe aux droits fondamentaux d’une démocratie et mène à court, moyen et long terme, à un suicide sociétal.
 
Je suis personnellement témoin de la détresse de certains collègues qui n’arrivent pas à envisager de perdre leur travail qu’ils menaient à bien depuis de nombreuses années. Ils ont des responsabilités familiales et financières qui vont les mener à la limite de la faillite psychologique et financière.
 
À date, il ne nous reste que la désobéissance civile pour survivre à ce décret, et très peu de personnes peuvent se permettre un tel acte de résistance.
 
Contrairement à ce qu’on voudrait véhiculer, il y a parmi les « opposants » une grande majorité de personne ayant le bien de l’ensemble de la société et qui prennent leur décision de s’opposer sur ce principe-même.
 
J’ai 74 ans et je suis actuellement en télétravail pour un établissement de votre CIUSSS, car la politique provinciale n’a toujours pas permis au personnel de plus de 70 ans de retourner au travail. J’ai décidé de ne pas prendre ma retraite à 65 ans, car je suis passionné par mon travail et crois qu’il permet de desservir une grande population du mieux possible.
 
J’ai eu la chance d’avoir pu continuer en télétravail, quoiqu’avec un horaire réduit. Je rends de grands services à mon équipe en m’occupant de la mise à jour et l’innovation des méthodes de travail des mécaniciens en orthèse-prothèse-positionnement.
 
Cette équipe est essentiel à l’adaptation des fauteuils roulants pour nos aînés et tous les autres besoins de ces secteurs.
 
Plusieurs collègues vont devoir faire un choix déchirant en ne pouvant plus se rendre sur leur lieu de travail.
 
Je n’ai aucune attente dans cette demande, mais je me permets de vous signaler qu’il y aura un APRÈS covid et qu’il aura une enquête sur les responsabilités de chacun dans la chaîne de commandements ou responsabilités. Ce fut le cas pour les pensionnats, ainsi que pour plus d’une fois où les gouvernements ont pris des actions et les citoyens ont simplement obéis.
 
Votre travail est de gérer votre CIUSSS et une grande partie du reste de votre personne doit également gérer et respecter votre être, votre milieu, votre environnement.
 
Vous en êtes responsable comme nous le sommes tous, et un jour ou l’autre nous aurons à rendre des comptes. Nous ne pourrons nous cacher derrière notre fonction.
 
Donc si l’administrateur prend la décision d’obéir au décret et votre être est totalement en accord avec ce décret, alors vous êtes en totale harmonie avec vous-même. Si ce n’est pas le cas, vous devrez, tout comme nous, faire le choix de respecter votre être avant votre fonction, et cela coûtera à tous un prix incroyable, mais véridique.
 
Je vous demande donc de permettre à tous les gens qui travaillent sous votre direction et qui vous faisaient confiance, de leur permettre de continuer leur travail en prenant les mesures adéquates de protection, comme leurs collègues, même s’ils ne sont pas vaccinés. S’il y a des sanctions pour non-respect des mesures de protection, qu’elles le soient dans le véritable bénéfice à toute la société.
À votre disposition et en attente de mesures concrètes, je ne compte absolument pas démissionner de mon poste et continue à travailler de chez moi, même si vous me coupez toutes sources de rétribution, tel que mentionné dans votre message du 6 octobre (extrait suivant) :
 
À ce jour, selon l’information que nous avons à votre dossier au Service de la gestion de la santé et de la sécurité au travail vous ne serez pas adéquatement protégé le 15 octobre 2021.
 
Nous tenons a vous aviser que dans le cadre de l’application du décret numéro 1276-2021 vous serez retiré de votre milieu de travail à compter du 15 octobre 2021 et vous serez retiré de l’horaire à partir de cette date.
 
Vous ne recevrez aucune rémunération pour une durée indéterminée et ce, jusqu’à ce que vous soyez adéquatement protégé, que vous fassiez l’objet d’une réintégration au travail par le biais d’une réaffectation exceptionnelle, ou jusqu’à la modification ou la fin de l’application dudit décret.
 
Pour la durée de votre absence, vous serez considéré en absence autorisée sans rémunération, le tout sans avis additionnel. Les modalités prévues lors de cette absence sans solde sont les suivantes:
 
• Aucune accumulation d’ancienneté, d’expérience, de congés de maladie, de journées de vacances ou de congés fériés;
 
• Maintien des assurances collectives pendant 28 jours. Par la suite, vous devez assumer le paiement de l’entièreté des primes pour demeurer assurée;
 
• Aucune cotisation au régime de retraite.
Informations utiles:
 
· En cas d’absence sans solde, vous devez contacter le service de la rémunération et des avantages sociaux pour convenir
 
· du paiement et/ou pour tout changement à votre couverture d’assurances avant le 15 octobre prochain sous réserve de dispositions particulières prévues à votre contrat d’assurance à l’adresse suivante : assurances.collectives.ccomtl@ssss.gouv.qc.ca.
 
Pour ce qui est de ma couverture d’assurance, vu que je ne quitte pas mon poste mais que vous m’empêcher de me présenter à mon lieu de travail sans me renvoyer officiellement, il est donc à vous de prendre les mesures adéquates afin de légitimer vos décisions à mon égard.
 
Merci d’avoir pris le temps de lire ce message
 
Un de vos fidèles employés
Pierre RICHARD
Employé #32217
 
Copie de ce message envoyé à mes collègues de travail, à mes supérieurs, à la Fédération de la Santé et des Services Sociaux, à mon syndicat (C.S.N.), au journal Le Devoir.
 
Le but de la diffusion de ce message est de contrer toute censure et désinformation dont ont fait les opposants aux mesures gouvernementales de cette pandémie