You are currently viewing Huit mois après son départ, Stéphan Bureau brise le silence – Journal de Montréal

Huit mois après son départ, Stéphan Bureau brise le silence – Journal de Montréal

  • Post category:Philosophie
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
SARAH-ÉMILIE NAULT
 

MISE À JOUR 

Huit mois après avoir mis un terme, dans la controverse, au contrat qui le liait avec Radio-Canada, Stéphan Bureau brise son silence et sa longue pause professionnelle. Le journaliste prépare sa propre émission de télévision qu’il décrit comme un talk-show d’informations permettant des rencontres inhabituelles au petit-écran. 

• À lire aussi – Stéphan Bureau: «Je laisse à d’autres le soin de ramper et demander pardon»

En mai dernier, Stéphan Bureau a réalisé une entrevue avec le controversé infectiologue français Didier Raoult à son émission Bien entendu diffusée sur les ondes d’ICI Première. En juillet, l’ombudsman de Radio-Canada déclarait que l’entrevue avait enfreint les normes et pratiques journalistes de Radio-Canada. Le 20 août dernier, Stéphan Bureau quittait la station après avoir répliqué publiquement à l’ombudsman qui lui avait reproché de ne pas avoir suffisamment « encadré » les propos de son invité. Il n’a pas retravaillé depuis. 

En entrevue, le journaliste d’expérience assure que rien de ce qui s’est passé cet été n’a eu d’impact sur son destin contractuel. Il explique avoir reçu des offres de la part de Radio-Canada avant et après son entrevue avec Didier Raoult, dont une, il y a à peine quelques semaines. Ce sont les différends « de l’ordre des rapports privés entre employeur et employé » qu’il a eus le printemps dernier qui lui ont fait prendre la décision de faire ses adieux à ses auditeurs.

Malaise 

« Beaucoup de ce que je faisais hérissait certains, dit-il. Je sais qu’il y avait un malaise profond par mes invités, par mes questions, et à ce moment-là, pour moi la paye n’était pas une raison de m’accrocher et surtout pas de faire des compromis, je veux dire par rapport à moi. C’est un très gros deuil, car le prix à payer est d’arrêter de faire quelque chose qu’on aime faire dans la vie, de se priver d’une tribune et du plaisir de travailler avec des gens. »

Mais l’animateur est conscient que la société se transforme. « De nos jours, la ligne est mince entre être audacieux et toxique. Je n’ai pas en moi l’idée de provoquer pour provoquer. Le couloir de confort dans notre univers médiatique est assez étroit. Est-ce possible de repousser un peu les murs et d’étendre l’espace ? » 

La préparation de cette émission non traditionnelle d’informations représente le premier geste professionnel de l’animateur en huit mois. « J’espère que ce sera un endroit pluriel où nous pourrons retrouver, dans les sièges des invités, toutes sortes de points de vue, dit-il. Y compris, peut-être parfois, des points de vue qui sont moins fréquents à l’antenne. Le tout dans une perspective d’entendre des gens qu’on n’entend plus, ou pas, et des questions qu’on ne pose pas. On veut offrir de la complémentarité à l’offre en informations en ce moment au Québec. »   

Rester exigeant

Ses souhaits ? Arriver à être exigeant sans être complaisant, un peu baveux à l’occasion (« dans ce que cela peut être sympathique de l’être », dit-il) et surtout, de toujours refuser de juger d’avance ses invités. Si les menus détails seront émis par voie de communiqué dans une dizaine de jours, on comprend que ce n’est pas à l’antenne de Radio-Canada que nous retrouverons l’animateur. 

« Je ne suis pas ailleurs pour être en opposition à Radio-Canada ni pour régler des comptes, je n’ai pas cela en moi. Je suis ailleurs parce que je pense qu’après ce qu’on a traversé, il était clair que ce que j’espérais faire ne se ferait pas là. J’insiste toutefois, il n’y a pas d’amertume. » 

SOURCE: JOURNAL DE MONTREAL