Comment les Nations Unies se transforment discrètement en un partenariat public-privé -OpenDemocracy

Comment les Nations Unies se transforment discrètement en un partenariat public-privé -OpenDemocracy

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Un nouvel accord avec le Forum économique mondial donne aux entreprises multinationales une influence sur les questions de gouvernance mondiale.
 
Harris Gleckman
2 juillet 2019, 8h11
 

Un nouveau mariage entre les entreprises et le gouvernement a eu lieu discrètement la semaine dernière lorsque les dirigeants du Forum économique mondial (WEF) et des Nations Unies (ONU) ont signé un protocole d’accord (PE) pour s’associer. Bien que ce protocole d’entente soit fièrement affiché sur le site Web du WEF, il est introuvable sur le site Web de l’ONU. La seule indication sur le site Web de l’ONU de ce nouveau développement important est une photo du stylo utilisé pour signer l’accord, et deux photos de la cérémonie de signature.

L’une des raisons de cette différence est que le Pacte mondial de l’ONU centré sur les entreprises a reçu beaucoup de mauvaise presse . Maintenant, le nouvel accord WEF-ONU crée une deuxième place spéciale pour les sociétés multinationales au sein de l’ONU. Il n’y a pas de foyers institutionnels similaires dans le système des Nations Unies pour la société civile, les universitaires, les chefs religieux ou les jeunes. Il est difficile d’imaginer qu’un gouvernement national signe un partenariat formel similaire avec l’une de ses organisations professionnelles.

Dans le même temps, l’ONU est sous la pression de Donald Trump qui veut déconstruire tout le système multilatéral. Pour Trump, le démantèlement du système international construit après la Seconde Guerre mondiale est une pièce d’accompagnement de son effort national pour déconstruire l’État administratif. Pour le secrétaire général de l’ONU, le pacte avec le WEF pourrait bien être son effort pour trouver de nouveaux acteurs de pouvoir capables de soutenir le système actuel, qui fête désormais ses 75 ans , face aux assauts de Trump.

D’un autre côté, le WEF a récemment reçu d’importantes critiques du public après avoir chaleureusement accueilli le Premier ministre hongrois Orban et le président brésilien Bolsonaro lors de son rassemblement à Davos en 2019. Ce mariage peut être considéré comme un moyen pour le WEF de se rétablir en tant que partie intégrante du centre de gouvernance mondiale.

Le timing et la gestion des perceptions du public ne sont pas le seul aspect intéressant de cet arrangement. En 2009, le WEF a publié un rapport de 600 pages intitulé Global Redesign Initiative , qui appelait à un nouveau système de gouvernance mondiale, dans lequel les décisions des gouvernements pourraient être subordonnées aux initiatives multipartites dans lesquelles les entreprises joueraient un rôle déterminant. Dans un sens, cette étude du WEF recommandait une sorte de « Nations Unies » public-privé – quelque chose qui a maintenant été formalisé dans ce protocole d’accord. L’accord annonce de nouveaux partenariats multipartites pour fournir des biens publics dans les domaines de l’éducation, des femmes, du financement, du changement climatique et de la santé.

Le protocole d’entente plutôt détaillé comprend des formes d’engagement interorganisationnel de haut en bas de la structure des Nations Unies. Le protocole d’accord contient des engagements selon lesquels le Secrétaire général lui-même sera invité à prononcer un discours liminaire lors des réunions annuelles du WEF à Davos. Ses cadres supérieurs et les chefs des programmes, fonds et agences des Nations Unies seront également invités à participer aux réunions régionales organisées par le WEF. Il contient également une promesse que les représentants de chaque pays de l’ONU exploreront les moyens de travailler avec les centres de forum nationaux du WEF. Conscient de l’importance mutuelle de la légitimité publique que chaque institution peut apporter à l’autre, le protocole d’entente contient également un accord pour faire connaître leurs activités conjointes.

Outre la bénédiction institutionnelle des Nations Unies, qu’est-ce que le WEF obtient du protocole d’accord ? La portée de chacun des cinq domaines d’attention commune est réduite de l’ensemble d’objectifs négociés et convenus au niveau intergouvernemental à un autre plus conforme aux intérêts commerciaux des membres du WEF. Ainsi, en matière de financement, le protocole d’accord appelle uniquement à « construire une compréhension commune de l’investissement durable », mais pas à réduire les instabilités induites par les banques et l’évasion fiscale.

Dans le cadre du changement climatique, il appelle à « … des engagements publics du secteur privé pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 », et non des actions qui aboutissent à la neutralité carbone d’ici 2030 . Dans le cadre de l’éducation, il redéfinit l’objectif d’éducation au développement durable pour « assurer une éducation de qualité inclusive et équitable » en un objectif qui se concentre sur l’éducation pour répondre au « monde du travail en évolution rapide ». Le protocole d’accord interdit explicitement au WEF de verser des contributions financières à l’ONU, ce qui aurait pu atténuer l’impact économique de certaines des menaces de Trump sur les budgets du système des Nations Unies. Dans le même temps, il évite tout engagement à réduire les inégalités mondiales, à rendre l’énergie abordable, à tenir les entreprises multinationales responsables des violations des droits de l’homme,

Tout ce travail conjoint pourrait avoir un intérêt pratique s’il n’y avait pas trois éléments cruciaux : premièrement, l’accord contourne le processus d’examen intergouvernemental ; deuxièmement, l’accord érige le multipartisme en solution aux problèmes du système multilatéral actuel ; et troisièmement, les partenariats multipartites proposés ne sont régis par aucun système démocratique formel. Si le Secrétaire général était convaincu de la sagesse d’un mariage de l’ONU avec le WEF, il aurait pu soumettre le projet de protocole d’accord à l’approbation des États membres. Au lieu de cela, le Secrétaire général a rejoint le WEF en déclarant en effet que les groupes multipartites sans aucune supervision intergouvernementale formelle sont un meilleur système de gouvernance qu’un système un pays-une-vote.

Tous les groupes de gouvernance multipartite sont en grande partie composés d’un groupe auto-sélectionné de sociétés multinationales et d’organisations et d’individus avec lesquels ils souhaitent travailler. Ils fonctionnent sans aucun règlement interne commun pour protéger les points de vue de tous ceux qui pourraient être touchés par le groupe. La participation à un groupe multipartite est une entreprise volontaire. Les accords de non-participation sont contraires aux efforts déployés par l’ONU depuis 75 ans pour mettre en place un système de gouvernance mondiale stable et sûr avec une compréhension claire des obligations, des responsabilités et des responsabilités.

Ce qui est surprenant, c’est qu’en acceptant ce mariage avec le WEF, le Secrétaire général de l’ONU marginalise le système intergouvernemental pour le « sauver ».

SOURCE: OPENDEMOCRACY